Europe 1 – résolution 2014: J’arrête de râler

2 jan

Screen Shot 2014-01-02 at 6.44.26 AM

Pour accéder à l’interview cliquez sur l’image ou bien visitez http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Europe-1-vous-repond/Sons/Cette-annee-c-est-decide-j-arrete-de-raler-1758963/

Image

Ouest France

31 déc

Ouest France 29 decembre

J’arrête de râler sur TEDx

19 déc

Whoohoo voici la vidéo de ma conférence TEDx de la Rochelle

Et regarder et surtout à PARTAGER !!!!

Je suis le maître de mon destin

8 déc

Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Noires comme un puits où l’on se noie,
Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,
Pour mon âme invincible et fière,

Dans de cruelles circonstances,
Je n’ai ni gémi ni pleuré,
Meurtri par cette existence,
Je suis debout bien que blessé,

En ce lieu de colère et de pleurs,
Se profile l’ombre de la mort,
Et je ne sais ce que me réserve le sort,
Mais je suis et je resterai sans peur,

Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

William Ernest Henley

Mandela

L’AIKIDO VERBAL

8 déc

Luke Archer, formateur en communication,nous livre son approche de l’aïkido verbal et nous invite à mettre de l’harmonie dans nos relations.

Je suis curieuse de votre avis.

http://youtu.be/r2cljZxqIzI

Atmosphère, atmosphère… Soigner l’ambiance à la maison

4 déc

Disputes, jalousies, fatigue nerveuse… Stressés, de plus en plus de parents se plaignent d’une ambiance dégradée en famille. Comment retrouver une sérénité? ecoutez l’emission que je viens d’enregistrer avec  Stéphanie Gallet.

On souhaite tous vivre dans un environnement serein, apaisé, qui exhale bonheur et douceur de vivre. Un rêve pour beaucoup, un vœu pieux pour la plupart, tant il est compliqué de se comporter en humain civilisé quand les enfants n’en font qu’à leur tête, que notre conjoint s’enferme dans sa tour d’ivoire, et que notre maison se dérange aussi vite que nous tentons de lui imposer un semblant d’ordre !

On a alors le sentiment de se plaindre sans cesse et on a beau élever la voix, maugréer, parfois même hurler : rien ne se passe… Et finalement ces râleries intempestives, grognements, cris ou vociférations sont bien souvent inefficace. Pire, ils altèrent notre image et minent notre confiance en nous.

Je me souviendrai toujours de ce moment…

26 nov

Cet article a été écrit par Marie-Pier Charron et reproduit ici avec son accord.

Screen Shot 2013-11-26 at 1.50.44 PM
Je me souviendrai toujours de ce moment…
C’était en 2003 ou 2004. J’étais installée au salon avec mon conjoint de l’époque, et nous regardions The deer hunter, un film des années 1970 portant sur la guerre du Vietnam. Il avait remporté plusieurs Oscars lors de sa sortie, et Robert De Niro jouait le rôle principal.

Je viens de découvrir sur le Web que la version française du film est intitulée Voyage au bout de l’enfer. Pas étonnant. Car dès les premières minutes, j’avais l’impression d’avoir atterri directement en enfer, justement. L’ambiance était incroyablement sombre, terriblement lourde. Nous étions toujours en Amérique, les scènes de guerre n’avaient même pas encore commencé, et je commençais déjà à suffoquer. En fait, on aurait dit que les détraqueurs de la série Harry Potter avaient aspiré toute ma joie de vivre et ma vitalité!

Après un moment, on s’est finalement transporté au Vietnam. Mon souvenir est flou, mais dans une des premières scènes, on voyait un groupe d’hommes armés envahir un village. Et je ne vous raconterai pas de ce qui s’est passé par la suite, je me contenterai de vous dire qu’il y avait de la violence dirigée contre des enfants. Et quelque chose dans mon âme s’est brisé en voyant cela.

Un déclic s’est fait en moi à ce moment. Je me suis spontanément levée du sofa, à la fois ébranlée et recueillie. J’ai marché vers la télévision. J’ai appuyé sur le bouton «stop» du magnétoscope (la télécommande était brisée…). Puis j’ai déclaré que je n’allais plus jamais regarder ce genre de film ou m’exposer à ce type de cruauté – de quelque façon que ce soit. Et à quelques exceptions près (est-ce que les Harry Potter comptent?), c’est ce que j’ai fait depuis.

~*~

Il y a plusieurs choses que l’on critique de notre monde actuel. La violence dans les films et à la télévision est un exemple évident. Mais sinon, il y a les standards de beauté irréalistes véhiculés dans les magazines dont on parle beaucoup. La négativité des bulletins de nouvelles, également. On dit que Noël est trop «commercial», aussi, parfois. Etc.

On pourrait dire que ces critiques sont justifiées, bien sûr. Et elles le sont sûrement. Or, il s’avère que la vie nous a donné un don assez extraordinaire. Un superpouvoir, vraiment! Celui de choisir à quoi on s’expose, et où on porte notre attention. Oui, on a la capacité de se créer une bulle de douceur et de beauté dans laquelle on ne laisse que la magie entrer. On peut se créer un monde à nous à l’intérieur du «vrai monde», en fait, si vous voulez. D’ailleurs, je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais on dirait qu’avec leurs extrémités bien coussinées, nos doigts ont été spécialement conçus pour appuyer sur le bouton «stop» du magnétoscope! Et notre bouche – ô merveilleux instrument! – peut formuler les mots «non merci» avec une facilité déconcertante, lorsqu’on nous propose quelque chose qui ne nous convient pas tout à fait. ;-)

Blague à part… Ce n’est évidemment pas toujours simple, car toutes ces choses qu’on déplore ont un certain attrait. La violence et le drame tendent à nous captiver, par exemple, même quand ils nous démoralisent. Les blogues parfois très cyniques ont une sorte de magnétisme, même s’ils ne laissent pas de très jolies empreintes dans nos esprits et dans nos vies. Et puisque les magazines de mode continuent de se vendre, j’imagine qu’on aime bien zieuter leurs photos retouchées. Donc effectivement, bien que l’on souhaite être joyeux et serein, en théorie, il reste que la lourdeur et la négativité ont un attrait indéniable. J’ai justement été aspirée récemment dans un roman assez déprimant que j’ai eu beaucoup de difficulté à abandonner, tellement il était captivant.

Mais voici justement une distinction importante, dont je n’étais moi-même pas tout à fait consciente pendant longtemps : ce n’est pas parce qu’une chose nous captive qu’elle a quelque chose à nous apporter. Ce n’est pas parce que c’est intéressant ou divertissant qu’on gagne à s’y exposer. Et pourquoi s’y exposer, vraiment, si cela ne met pas de soleil dans notre journée?

~*~

On n’est pas obligé de regarder tout ce qui est devant nous, de se laisser aspirer par tout qui cherche à attirer notre attention. En fait, c’est notre droit et même notre responsabilité de prendre soin de nous et de dire non à ce qui nous éteint – et de le faire un peu drastiquement, même, si nécessaire. Pour ma part, ma règle est la suivante : si une chose fait baisser mon niveau d’énergie, ou rend mon univers le moindrement gris, c’est «non merci!». Je ne suis intéressée que par ce qui m’élève et m’inspire. Cela s’applique à la musique, aux films, aux magazines, aux sites Web, etc. C’est simple, mais c’est assez phénoménal l’impact qu’une telle décision a sur une vie.Vous aurez compris qu’il n’est pas question ici de tenter d’éliminer systématiquement ce que l’on n’aime pas de la surface de la planète. Car ce qui ne convient pas à l’un peut apporter quelque chose de précieux à l’autre, parfois. Par exemple, The deer hunter a certainement éveillé plusieurs personnes à la réalité de la guerre (qui était vue comme «glamour», imaginez, à une certaine époque…). On parle simplement ici d’être très présent à nous et de faire des choix qui nous font du bien.

Oui, il y a certaines choses que l’on ne peut pas éviter aussi facilement, et qui se retrouvent dans notre environnement, qu’on le veuille ou non. C’est sûr. Mais il y a encore bien davantage que l’on peut choisir, éloigner, arrêter, encourager ou modeler. En fait, c’est assez extraordinaire, à bien y penser… Car à tout moment, on peut se créer une vision du monde dans lequel on veut vivre, puis choisir d’en faire notre réalité.

Passez une belle journée!

Marie-Pier

© 2013 Monde Magique International Inc. – Tous droits réservés.

 

Si vous voulez vous inscrire à la newsletter de Marie Pier  je vous encourage à aller visiter son site: http://www.matinmagique.com. Le concept de Matin Magique est bien simple : vous recevez du lundi au jeudi un message inspirant de Marie-Pier Charron qui explore toutes sortes de thèmes tantôt très concrets, tantôt plutôt subtils, pour mettre un peu plus de magie dans vos vies. C’est toujours livré avec beaucoup d’humour et de bonne humeur.

J’ai le pouvoir de refuser d’être victime!

25 nov

Quand nous nous sentons victime de notre patron, de notre emploi (ou de notre manque d’emploi), de la crise, de la politique, de notre conjoint, de notre famille, vous remarquerez que nous nous sommes bien souvent mis nous-mêmes dans cette position de victime dans nos conversations. Nous mettons souvent en effet beaucoup d’énergie à dire que ce n’est pas notre faute et que c’est la faute de l’autre si nous sommes dans cette galère ( la faute de notre conjoint, de nos enfants, de notre patron, de notre collègue, du Président, de l’administration, des fournisseurs de services).

Pointing finger

 J’ai moi-même découvert que j’étais parvenue à développer un réel talent pour pointer du doigt les coupables de ma vie. En quelque sorte c’est plaisant d’être victime car si l’autre à tord alors j’ai forcément raison. Si l’autre est coupable alors c’est à lui de trouver une solution au problème, pas à moi. Mais au final ce qui est sous-jacent et ce qui est plus embêtant c’est que si je dis que c’est la faute de l’autre alors cela veut dire que moi, je ne peux rien faire !

C’est vrai que c’est souvent plus facile parfois d’être victime que acteur mais quand je suis victime je décide en fait de ne plus avoir de pouvoir pour prendre ma vie en main. Et au final c’est moi qui en subi les réelles conséquences. Vous ne pensez-pas ?

Quand je me positionne en victime dans mes conversations alors je fais le choix de donner mon pouvoir à celui ou celle qui est soit disant «  coupable ». Je le pointe du doigt mais en même temps je lui transmet mon destin. J’ai compris un jour que j’avais tout à fait le pouvoir de refuser cela et je n’ai aucun doute que vous pouvez en faire autant.

Dans nos conversations quand nous racontons ce qui nous arrive à nos amis, à nos proches, à nos collègues, nous avons besoin d’échanger et de partager nos difficultés et c’est vrai que l’amour et l’amitié c’est aussi fait de cela, de compassion et de soutien et tout cela c’est bon. Je ne dis pas ici que nous ne pouvons plus échanger et parler de nos soucis ou de nos souffrances, loin de moi cette idée mais nous avons le pouvoir de REFUSER de nous mettre dans la position de victime de qui que ce soit et de quoi que ce soit.

C’est une de mes plus grandes révélation de ma vie d’avoir pris conscience que je me mettais moi-même en position de victime dans mes conversations et que je pouvais finalement très facilement choisir de ne plus le faire. Quand je me mets dans la position de victime en fait je donne le pouvoir aux autres. Je donne le pouvoir à celui que j’accuse de coupable et finalement je me mets moi-même dans une position où je décide que ce n’est pas ma faute, que moi je ne peux rien faire, que la solution à mon problème n’est pas entre mes mains.

 C’est hallucinant je trouve de prendre conscience qu’on peut choisir de faire autrement !

Qu’en changeant ce qu’on dit dans nos conversations quand on parle de nos soucis, nous pouvons choisir de donner le pouvoir à notre coupable ou pas. Imaginez… si vous n’êtes plus victime, si les autres ne sont plus coupables alors tout est possible ! non ?

 

Je serais a Lille dimanche 1er Decembre !

25 nov

Venez me retrouver pour le salon  Natura Bio au Grand Palais de Lille Dimanche 15 Décembre.

Screen Shot 2013-11-25 at 10.54.10 AM

A 17h je ferais une conférence sur J’arrête de râler !

http://www.salon-naturabio.com/visiteur_programme/visiteur_programme_conf/

Pourquoi je danse?

16 nov

Faire la paix avec la ballerine qui est en moi

Quand j’étais adolescente je dansais tout le temps. Je sortais beaucoup et j’étais toujours sur la piste jusqu’au bout de la nuit. Et puis j’ai commencé à travailler, à avoir des enfants et à crouler sous le poids des contraintes et des responsabilités. Les enfants étant trop petits nous ne sortions plus, moins de soirées dansantes, moins d’invitation pour des mariages. La piste de danse était petit à petit sortie de ma vie. J’avais pourtant à plusieurs reprise essayer des cours de danse en club de sport mais j’avais l’impression d’être toujours le vilain canard sur la piste à oublier de faire un pas sur la gauche ou à perdre le fil des enchainements. Je ne retrouvais pas ce plaisir, cette liberté, de m’éclater et de me lâcher sur le rythme de la musique. J’avais l’impression de revenir en arrière et d’être la petite fille de 8 ans qui avait abandonné le ballet parce qu’elle ne se sentais pas à la hauteur par rapport à ses amies et pas assez souple et gracieuse pour son professeur.

En 2007 après la naissance de ma troisième fille j’ai découvert le NIA et je me souviens toujours d’un de mes premiers cours ou je me suis retrouvée en larme avec un immense sourire sur mon visage entrain de tourbillonner sur le parquet. Ce jour là j’ai eu l’impression de reconnecter avec la danseuse qui était en moi et que j’avais ignoré depuis des années. J’ai ressentie cette liberté et cette joie d’explorer les mouvements, de tourner, de virevolter avec grâce et légèreté. Explorer les quatre coins de la salle, et les trois niveaux de mouvement du corps humain, haut, milieu et bas. Danser debout, danser sur le sol , sur la pointe des pieds, les bras en l’air ou allongé par terre. Dessiner un sourire avec mon bassin, lever la tête et voir la beauté et la divinité de tous ces corps qui dansaient dans la salle, y compris le mien…Oui je suis une danseuse, hommes ou femmes je suis convaincue que nous sommes tous des danseurs en puissance si seulement nous nous donnons la permission de lâcher prise, de laisser la musique nous guider et d’explorer. Love and Respect, Christine

dancing in the sunlight NIA

J’arrête d’être victime

15 nov

 

 

Pour en savoir plus sur Wake-Up: http://www.christinelewicki.com/wake-up

Une invitation à me rejoindre

13 nov

Pour en savoir plus http://www.christinelewicki.com/wake-up

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 8 069 autres abonnés