Pour arrêter de râler : Fumez !

18 Déc

Pour arrêter de râler : Fumez !

smoking

Un article écrit par Dominique Demaegdt
Formateur Certifié J’arrête de râler!  en Anjou

Cela fait maintenant quatorze ans que j’ai arrêté de fumer et un an que j’ai réussi mon challenge d’arrêter de râler pendant 21 jours consécutifs.

Du point de vue bien-être personnel et liens sociaux, ce fut deux changements majeurs dans ma vie.

Je ne suis vraiment pas prêt à reprendre la cigarette, et je désire profondément poursuivre le cheminement j’arrête de râler.

Pour autant, je constate qu’en fumant j’activais, sans le savoir, trois éléments essentiels à mon équilibre. Éléments que j’ai repris pour arrêter de râler.

Le souffle pour arrêter de râler

Un des éléments fondamentaux de la cigarette, c’est le souffle. Cette grande inspiration et cette expiration régulière en regardant la fumée sortir en volute.

 Et plus j’étais stressé, plus je fumais en prenant de grandes inspirations (pour sentir la fumée rentrer profondément dans mes poumons), puis souffler pour vider l’ensemble, d’abord par la bouche, puis par le nez.

 Ce mécanisme je le reproduis aujourd’hui point par point et régulièrement. Et comme je n’ai plus le perturbateur  : cigarette, ce réflexe me profite mieux car je le fais en pleine conscience. Et au fur et à mesure du temps je le développe et l’accommode de mieux en mieux à ce que je suis.

Cela est aussi un précieux indicateur pour mes enfants. Rien qu’avec l’intensité de ma respiration et de ma pause, ils savent où j’en suis.

Le geste pour arrêter de râler

Cela ne parlera peut-être pas à tout le monde. Pour ceux qui sont comme moi sur une intelligence kinesthésique, le geste, le mouvement me permet d’apprendre, de prendre conscience, de réfléchir.

 Lorsque je ne savais plus, je prenais une cigarette : elle m’aidait à réfléchir. En fait dans mon cas c’était la gestuelle qui m’aidait à penser et focaliser mon attention.

 Aujourd’hui dans ma poche, j’ai un caillou que je manipule, que je tourne, que j’asticote, ou tripote… Lorsque j’ai besoin de réfléchir, avant de répondre, je plonge automatiquement ma main dans ma poche, comme je le faisais pour aller chercher une cigarette dans ma poche et trouver la réponse avec l’aide du toucher et du mouvement.

 Je ne sais pas quelle est votre forme d’intelligence de prédilection, mais pour moi qui suis profondément kinesthésique cela m’aide beaucoup à ne pas râler.

Ma position pour arrêter de râler

Qu’elle soit physique ou mentale, en fumant j’adoptais une position particulière. En fumant je me retirais ou entrais en communion avec les personnes et mon environnement.

Lorsque j’avais besoin d’échanger avec un collègue de bureau sur un sujet difficile, j’attendais qu’il aille fumer pour fumer avec lui. Cet élément qu’était la cigarette nous rassemblait : tous deux étions fumeurs.

Aujourd’hui, par exemple, si j’ai besoin d’échanger avec ma fille, j’attends qu’elle aille dessiner. Je prends à mon tour un coloriage et dessine avec elle. Au fur et à mesure que la conversation s’engage, nous échangeons et, malgré notre différend, nous restons en communion par le dessin.

Parfois c’était l’inverse, la cigarette me donnait un prétexte pour sortir de la salle (physiquement), ou être à l’écart d’une conversation (mentalement). Aujourd’hui, en situation de crise avec mes enfants, je sais reproduire ces deux retraits. Un chahut qui dégénère, je me retire physiquement. mon fils à se rouler par terre au milieu du magasin, je me retire quelques secondes mentalement (dans cette situation, je respire aussi et touche mon caillou 😉

Que dit mon billet ?

Que oui, le fait de fumer peut aider à se sentir bien, non pas par le tabac mais par les gestes qui l’entourent : d’où la grande difficulté d’arrêter de fumer.
Il dit, que tout n’est pas noir ou blanc. De fumer, j’ai repris le meilleur et c’est pour moi source de bien-être.

 Dans le fait d’arrêter de râler il ne s’agit pas de supprimer ce qui nous fait du bien en râlant : bien au contraire ! On reprend ce qui nous fait du bien et on les remet en valeur.
On supprime juste ce qui est toxique, tout ce qui est nocif, pour nous ET pour notre environnement.

 Oui , fumer fait du bien, oui, râler fait se sentir mieux. Retirons donc ce qui nuit, conservons ce qui fait du bien.
Qu’est-ce qui fait du bien en râlant ?

Pour moi voici mes réponses :

  1. Je m’affirme
  2. Je m’exprime
  3. J’évacue la tension

 En arrêtant de râler, aujourd’hui je m’affirme mieux, je m’exprime mieux (pour être compris), et j’évacue la tension très régulièrement donc je ne suis plus tendu…

 Et vous qu’est -ce qui vous fait du bien en râlant ?


Dominique Demaegdt

Auteur : Dominique Demaegdt
Formateur J’arrête de râler! en Anjou (page facebook)

Mes interventions en Anjou : demaegdt.fr

Me suivre : Sur facebook

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :