Arrêter de râler: un pas vers le bonheur en 2015

30 Déc

Portrait-auteur-j-arrete-de-raler-Christine-Lewicki

Arrêter de râler: un pas vers le bonheur

En quoi arrêter de râler va créer un changement positif?

Article publié dans FémininBio dans la section « Articles les plus lus » surtout au mois de janvier! 

« Si vous pensez que vous êtes trop petit pour changer quoi que ce soit, essayez donc de dormir avec un moustique dans votre chambre. » Vieux proverbe africain.

Râler, c’est diffuser de l’énergie négative, et l’énergie négative ne peut pas créer de résultat positif. Aussi, quand vous arrivez à passer de râler à célébrer, vous supprimez de votre vie tous ces moments de tension, d’agitation, d’anxiété. Vous arrivez à passer d’une vie lourde et tendue à une vie légère et ouverte.

Cela rejoint un message du blog dans lequel je parle de la vie comme d’un jardin qu’il faut cultiver. Si vous plantez des graines de carottes dans votre jardin, vous allez récolter des carottes. Ne vous attendez pas à récolter des fraises.

Il en est de même dans votre vie. Quand vous râlez, vous plantez des graines de frustration, de négativité, de jugement, de victimisation… Vous ne pouvez donc pas vous attendre à récolter dans votre vie de la sérénité, du bonheur, du respect, des réussites.

En s’imposant une certaine discipline intérieure, on peut transformer son attitude, ses conceptions et sa manière d’être dans l’existence […] On commence par isoler les facteurs qui mènent à la souffrance. Après quoi, on peut s’attacher peu à peu à éliminer les facteurs de souffrance et à cultiver ceux qui conduisent au bonheur. Telle est la voie. Dalaï-Lama, L’Art du bonheur (Robert Laffont, 1999).

Pour vous donner un exemple de la façon dont ce challenge a pu changer ma vie, revenons un peu en arrière et laissez-moi vous raconter la fin de mon challenge. Après deux mois de tentatives, je venais de passer 17 jours consécutifs sans râler. J’étais avec mes parents et ma famille, réunis pour célébrer le mariage de ma cousine…. »

Lire l’article intégral  et laissez-vous séduire pour faire un pas vers plus de bonheur en 2015!

JDR Femininbio 1

JDR Femininbio 2

JDR Femininbio 3

Lire l’article intégral  et laissez-vous séduire pour faire un pas vers plus de bonheur en 2015!

Publicités

Une Réponse to “Arrêter de râler: un pas vers le bonheur en 2015”

  1. Beren TERSE décembre 31, 2014 à 9:05 #

    C’est lors d’une soirée qu’un de mes amis parle de votre livre « J’arrête de râler ». Je suis étonné que ce soit lui. Je le sais sensible, et j’aime sa sensibilité, mais de là à le voir lire ce type de bouquin. Nous en parlons, et un autre de mes amis me dit aussi l’avoir lu, me le conseillant. D’ailleurs sa femme se lève et va me le chercher. Je lis la 4ème de couv’, puis souri: « Oui, facile d’arrêter de grogner quand on a une vie de bisounours. ».
    Ils sourient tous, ils me connaissent bien. Enfin assez pour savoir que je suis un sacré grognon, mais d’un genre un peu particulier.
    Je ne grogne pas pour toutes ces choses que je crois être dans votre livre. Non, moi je grogne pour des choses nobles. D’ailleurs je ne grogne pas vraiment, j’argumente, j’étaye, j’agis.
    L’état de la planète, la prétention des humains, l’absurdité administrative, les délits d’initié… une foultitude de choses que mon activité me fait découvrir.

    Il faut dire qu’après avoir été près de 10 ans cadre dans le secteur de l’action sociale j’ai créé mon entreprise qui a aujourd’hui 9 ans, j’en ai 40, et je suis face à tant de choses qui ne vont pas que j’ai un mal de bide qui ne me quitte qu’en de rares instants.

    Et d’ailleurs nous sommes quelques une à partager ces points de vue.
    Mais les autres à mon contraire ne semblent pas en souffrir comme moi.

    Je feuillette le livre tandis que la discussion se poursuit.
    « Ok, je vais le lire, après tout il a l’air intéressant ».

    Aujourd’hui 31 décembre je constate que je lis ce livre comme j’ai lu « Une méthode simple pour arrêter de fumer » de Allen Carr, en prenant le temps.

    Je sens que comme pour la cigarette je prendrais la décision de ce challenge à la fin du livre, après tout c’est comme ça que ça doit se faire.

    Alors je prends le temps, pour continuer encore à grogner.
    Parce que j’ai peur.

    J’ai l’impression d’être dans Matrix. Quand le héro découvre que le monde dans lequel il vit n’est pas le vrai. J’ai l’impression de devoir faire un choix entre la pilule bleu et la pilule rouge.
    La bleu c’est continuer à être plein de discernement.
    La rouge c’est fermer les yeux, arrêter de regarder ce qui ne va pas pour enfin cesser de grogner.

    Mon dilemme est là.

    Je veux pouvoir continuer à avoir les yeux grands ouverts, mais ne plus en souffrir.

    Je veux pouvoir ne plus en souffrir et être en capacité d’agir sans cette colère qui vient alors.
    Je veux agir, mais à ma place, en acceptant que je ne peux pas changer le monde, que je ne suis pas non plus parfait, que ce n’est peut-être pas si noir que ça, que c’est un peu gris et beaucoup blanc aussi.

    Sortir de la torture, renforcée par cette impression que l’on grogne pour de petites choses (le temps, retard d’un métro, bouchon, …) mais que l’on ferme trop les yeux sur quelques graves dérives de notre société.

    Pour moi, pour mes enfants.

    A certains égards votre livre répond à mon besoin immédiat, et je crois en effet qu’en 21 jours des « connexions neuronales actuellement très solidement liées à ma grognerie » peuvent être modifiées. Car je sens au fond de moi que grogner est devenu à mesure des épreuves et de ma difficulté à accepter de contourner l’obstacle une habitude.
    Et là je me souviens de ces quelques mots d’un client cet été, directeur d’un service d’une grosse agglomération, partageant mon amertume et ma colère sur les délires de l’administration qui conduisaient à ce que notre facture ne soit toujours pas payée plus de 6 mois après le travail réalisé:

     » Je suis tout à fait d’accord avec vous, vous le savez, j’ai moi même des contraintes absurdes, mais de grâce croyez moi, vous n’êtes pas le chevalier qui à lui tout seul fera s’écrouler le système, aussi absurde soit-il ici,. ».

    Je roulais pendant que j’entendais ses paroles.

    Je ne pouvais que comprendre, mais cela m’est si difficile de lâcher prise….
    Pourtant je l’ai fait à ce moment là.
    J’ai fait ce qu’il fallait que je fasse et que je me refusais de faire par principe avant.
    Et nous avons été payés.
    Et je réalise que la majeure partie de mes difficultés d’aujourd’hui est lié à ce que je m’arqueboute face au « système ».

    Bref, j’ai déjà été trop long, mais voilà Christine, votre livre me permet de reboucler avec d’autres chemins déjà parcourus, en donnant une clef que je n’avais pas.

    Je vais tenir ce challenge.

    Belle route à vous, et merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :