L’art de râler sans râler…

2 Mar

Une étude menée auprès de 6 000 personnes par des chercheurs en psychologie de l’université allemande d’Iéna tend à démontrer que râler serait bon pour la santé et l’espérance de vie selon un article  du Parisien. L’enquête conclut notamment que contenir ses émotions conduirait à « une accélération cardiaque, qui pourrait à la longue augmenter les risques d’hypertension ou d’ennuis ». Apparemment nous serions tous d’accord pour dire que  le fait que garder nos frustrations pour nous-même serait plus néfaste que de les exprimer.  Le Parisien se demande alors si la râlerie française « considérée comme un sport national », serait en train d’acquérir ses lettres de noblesse.  L’article nous met tout de même en alerte en nous précisant que pour rester saines notre pratique de la râlerie doit respecter  certaines règles… » 

shtroumf râleur
La démarche partagée dans  J’arrête de râler! (vendu à plus de 150 000 exemplaires) nous invite à nous donner les moyens de prendre soin de nos besoins. Plusieurs lecteurs sont revenus pour témoigner et nous dire à quel point ce challenge leur avait permis de  reprendre réellement  leur vie en main. Nous sommes ici bien loin de l’idée de garder pour soi nos frustrations et d’aboutir à une dépression.

Le challenge nous oblige à vraiment regarder en face nos « râleries » et à les prendre en main pour ne plus avoir à les subir. Nous cherchons surtout à comprendre pourquoi on râle et à exprimer nos râleries…. sans râler. Pourquoi sans râler ? Parce qu’on apprend que nos râleries si elles ont le mérite d’exprimer nos besoins sont rarement la meilleure stratégie pour obtenir ce que nous voulons. Si nos râleries marchaient réellement alors nous ne devrions plus avoir aucune de raison de râler puisque tous nos besoins seraient désormais satisfaits, n’est-ce pas ? C’est parce que trop souvent nos râleries ne créent pas le changement réel et durable que nous voulons que nous nous retrouvons encore à râler ! Nous cultivons ainsi une spirale de frustrations qui franchement nous pollue la vie.

ARRÊTER DE RÂLER NE VEUT PAS DIRE CONTENIR SES ÉMOTIONS:

C’est tout un art de savoir s’exprimer sans râler.

La vie va nous faire vivre des difficultés, les autres vont nous contrarier et nous empêcher de faire ce qu’on voudrait faire. Et c’est franchement énervant c’est vrai… On ne peut pas tout accepter.  On ne peut pas se laisser marcher sur les pieds. Il est important que nous puissions exprimer ce qui ne nous convient pas.  Si on garde tout pour soi on arrive à ce que j’appelle « l’effet cocote minute » où notre seule issue est de râler pour faire sortir nos frustrations trop longtemps contenues.

Le challenge J’arrête de râler nous invite justement à apprendre à exprimer nos émotions avec plus de justesse et moins d’agressions. Nous apprenons à demander aux autres ce dont nous avons besoin avec force et détermination sans pour autant être rabat-joie. Nous inspirons les autres à coopérer avec nous. Nous découvrons alors que nous augmentons grandement nos chances d’être entendus et que nos besoins soient réellement pris en considération.

ARRÊTER DE RÂLER EST UNE POSTURE QUE NOUS CHOISISSONS D’ADOPTER DANS NOTRE VIE

La sérénité est un choix que nous pouvons tous faire aujourd’hui quelles que soient nos circonstances. Nous pouvons choisir de vivre nos frustrations autrement et ne pas les laisser nous voler notre joie de vivre et notre sérénité. Râler est une habitude ancrée en nous et dans notre société. Comme toute habitude ( comme la cigarette) elle ne peut pas disparaître du jour au lendemain. Pendant 21 jours consécutifs nous apprenons à changer de posture sur notre quotidien, nous apprenons à puiser dans nos ressources pour ne plus subir les aléas de la vie et surtout mieux savourer tous ses trésors qui avant passaient inaperçus.

Arrêter de râler c’est bien évidemment voir les choses du bon côté et c’est une étape importante mais une grande leçon est que « voir la vie en rose » n’est pas suffisant. Arrêter de râler c’est savoir prendre en main sa vie et choisir de ne plus être victime de rien ni de personne. On arrête de pointer du doigt les coupables et on consacre nos ressources et notre énergie à être acteur et cocréateur de solutions.

En arrêtant de râler on supprime une grosse couche de pollution dans notre vie et on peut enfin profiter du ciel bleu. On consacre notre énergie à ce qui nous fait vraiment avancer et on a le temps de profiter de ce que la vie nous donne.

4 PISTES POUR EXPRIMER SES ÉMOTIONS ET OBTENIR CE QUE NOUS VOULONS:

  1.  Identifier le réel besoin qui est caché sous mon émotion. Exemple: est-ce que je râle parce que cela fait trois fois que je demande à mon enfant de venir vider le lave vaisselle ou dans le fond est-ce que je râle surtout parce que j’ai l’impression que toute la logique de la maison repose sur mes épaules et cela ne me convient pas.
  2. Avoir le mot juste et résister à notre tendance à l’exagération. Exemple: souvent quand on râle on a tellement peur de ne pas être entendu qu’on exagère on amplifie. On transforme le problème en drame. On dit  » ça fait 100 fois que je te demande »,  » c’est toujours pareil »,  » ça me tue »
  3. Exprimer la frustration et le besoin sans pour autant mettre l’autre dans la position du coupable. C’est tout un art de poser nos limites et faire nos demandes sans accuser l’autre. Exemple: plutôt que de dire  » tu ne m’aides jamais » je peux dire  » J’ai l’impression de parler dans le vide, j’ai l’impression que tout repose sur mes épaules et cela ne me convient pas. Je n’ai pas envie d’être dans cette situation, j’ai besoin d’aide ». Evidemment cela demande plus de recul que de râler  mais je peux vous assurer que c’est vraiment plus efficace pour obtenir ce que nous voulons.
  4. Accepter que nous ne puissions  pas forcer les autres à faire ce que nous voulons qu’ils fassent ( et oui !). C’est épuisant de chercher à forcer les autres à faire certaines choses, il est bien plus efficace de chercher à conclure un accord avec eux. Attention, tout le monde doit être d’accord avec un accord donc méfiez-vous des accords qui sont en fait des obligations déguisées. Il s’agit ici de rester ferme sur le fait que nous avons besoin de leur coopération pour que notre besoin soit satisfait mais parfois aussi ouvert à ce qu’il soit satisfait autrement que comme on aurait pensé initialement.

Ce n’est pas évident d’avancer sur ce chemin et c’est pour cela que j’interviens souvent en Entreprise et  que nous avons mis en place des ateliers pour accompagner ceux qui veulent avancer sur ce sujet à l’échelle de leurs familles.

Et vous?  Quelles leçons avez-vous apprises avec le challenge J’arrête de râler?

 

Love and Respect,

Christine Lewicki

Vous  désirez partager cet article dans votre Ezine/Blog/Site? Vous êtes les bienvenus en incluant le petit texte suivant:

 “Christine Lewicki, est une coach en entreprise certifiée, auteur du Bestseller “J’arrête de Râler!” publié en plusieurs langues, Conférencière et Facilitatrice de groupes MasterMind en France et aux Etats-unis. La passion de Christine est d’aider les gens ordinaires à  arrêter de râler et devenir entrepreneurs de leur vie !  Téléchargez le Kit gratuit  J’arrête de râler sur le blog!
Publicités

2 Réponses to “L’art de râler sans râler…”

  1. Lucille mars 3, 2015 à 2:20 #

    Bonjour,

    Après la lecture de « j’arrête de râler », j’ai commencé le challenge il y a 2-3 semaines et je remets souvent les compteurs à zéro. Je ne désespère pas car j’apprends beaucoup.
    Cet article est un très bon résumé et rappel des éléments à mettre en place pour réussir le challenge en s’épanouissant et non pas en se frustrant.

    J’avais tendance à râler (intérieurement) contre mon conjoint quand il semble (haussement de sourcils imperceptible) désapprouver certains comportements de ma part ou quand il me fait des reproches (même justifiés). J’ai ainsi tendance à chercher qui a raison ou tord, à me protéger en trouvant sa réaction injuste ou parfois au contraire à me dévaloriser en pensant que je ne suis pas à la hauteur….

    J’ai donc appris une chose importante en m’interrogeant sur cette situation répétitive : l’acceptation. Accepter que je puisse déplaire, agacer ou être en désaccord avec des proches sans que cela remette en question notre relation, sans me sentir rejeter et juger. Ne pas tenter de me justifier, de me défendre, de me dévaloriser ou de me remettre systématiquement en questions mais accepter que je puisse faire des erreurs ou avoir des comportements qui déplaisent à certains.

    J’apprends encore tous les jours.

    Merci pour toutes ces réflexions qui nous aident à nous débarrasser de toutes ces automatismes qui nous empêchent de voir toutes ces belles choses qui nous entourent.

    J'aime

  2. mysterjo mars 3, 2015 à 10:12 #

    A reblogué ceci sur Myster Jo.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :