Défi : on arrête de râler !

26 Fév

Un entretien détaillé pour le magazine Psychologies sur le challenge J’arrête de râler !

Défi ! (3)

Mon interlocutrice m’a posée des questions autour des thématiques du challenge puis s’est  est elle-même lancée dans l’aventure de ne pas râler pendant 21 jours consecutifs. Dans l’article elle témoigne de son expérience ! Voici quelques extraits clés de notre entretien

  • Pourquoi arrêter de râler ?

La première raison qui nous pousse à râler, c’est que nous voulons tout : une vie conjugale, une vie familiale, une vie sociale, une vie professionnelle, et toutes épanouies. Et nous essayons, dans notre emploi du temps surchargé, de jongler entre toutes ces envies. Alors dès qu’un grain de sable vient bousculer notre organisation, il fait tout exploser. Mais attention : il est illusoire de croire que nous pouvons passer une journée sans être frustré par quelque chose. Nous aurons toujours de nombreuses raisons de râler. Il faut l’accepter. Arrêter de râler, c’est modifier notre réaction par rapport à ces frustrations.

  • Pourquoi avons-nous si peu conscience du fait que nous pestons et nous plaignons autant ?

Râler est une habitude. Dès qu’une frustration se présente dans notre quotidien, nous bougonnons. C’est automatique. En plus, râler est très ancré dans notre culture. Ceux qui ont relevé le défi de ne plus ronchonner pendant 21 jours consécutifs se sont rendus compte qu’ils râlaient d’ailleurs beaucoup plus qu’ils ne le pensaient. Moi la première. Ce sont souvent des petites râleries certes, pas bien méchantes, mais qui, additionnées à d’autres, vont polluer notre journée. 

  • Mais cela signifie-t-il qu’il faut alors accepter tout ce qui ne va pas dans notre vie ?

Au contraire. Arrêter de râler, c’est justement se mettre dans une situation de générer du changement. C’est reprendre sa vie en main. Il ne s’agit pas d’accepter tout ce qui ne va pas mais d’identifier les choses qui nous énervent profondément et de se demander ce que l’on peut faire par rapport à elles. […] En râlant, nous croyons blesser les autres, mais en réalité, nous nous blessons nous-même.Râler, c’est se poser en victime et accuser les autres. Ce qui est le plus souvent inutile et n’aide en rien à régler notre problème.

  • Si nous ne râlons plus, que faire à la place ?

Quand nous ne râlons plus, il y a plus de blancs dans nos conversations. Il est important de combler ce vide en célébrant les bonnes choses qui nous arrivent – aussi ! – pendant la journée. De parler de ce qui va bien, de ce que nous apprécions chez nos proches, nos amis, nos collègues… Mon rêve serait que toutes les réunions en entreprise commencent par cinq minutes à évoquer ce qui marche. Célébrer permet de se sentir plus fort. […] Quand nous arrêtons de râler, nous nous rendons compte que notre vie peut être complétement différente. Et que nous avons de bonnes raisons d’en profiter. Comme disait Camus : « Il n’y a pas de honte à choisir le bonheur ».

Découvrez l’entretien dans son intégralité, toutes les astuces pour réussir le défi ainsi que le témoignage de la journaliste qui l’a tenté >>>
Défi _ on arrête de râler ! _ _ Psychologies.com

Et vous, vous commencez quand ?

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :