Lâcher prise au travail !

26 Mar

“Si je pense que vous êtes mon problème, je suis fou” – Katie Byron

Connaissez-vous cette situation en entreprise où dès qu’une frustration émerge, nous mettons toute notre énergie à juger, à rejeter et à accuser le « coupable » ? Parfois, nous attachons plus d’importance au fait de résister et de protester qu’au problème lui-même !

Ne trouvez-vous pas que cette aptitude à nous focaliser sur ce que font (ou ce que ne font pas) nos collègues est fascinante ? Alors que nous pourrions commencer par accepter la situation.

Lâcher prise au travail

 

Par principe, par habitude, nous résistons et nous râlons. En acceptant la situation, en cessant de vouloir tout contrôler, nous libérons notre énergie pour mobiliser nos ressources à trouver des solutions.

Attention, lâcher prise ne veut pas dire être d’accord ou approuver ! Cela signifie que nous ne gâchons pas notre énergie à résister les décisions ou actions de nos collègues ou de nos supérieurs. Nous faisons le choix de mettre notre attention sur ce que nous pouvons faire et sur comment nous voulons évoluer au sein d’une situation non idéale. Nous faisons le choix de ne pas être victime de la situation !

Connaissez-vous l’histoire des chasseurs de singe ?

Le singe et la noix de coco

« En Malaisie, les fermiers utilisent une technique pour attraper les singes qui abîment leurs cultures : ils pratiquent une incision dans une noix de coco, la vident de son jus et y insèrent du riz. L’incision est juste assez large pour qu’une main fine y entre, en revanche pas assez grande pour qu’une main pleine de riz sorte. Le singe en entrant sa main dans la noix et en s’emparant d’une poignée de riz, ne peut plus retirer sa main pleine maintenant trop grosse pour passer par l’orifice. Pendant qu’il s’acharne, le chasseur s’approche et attrape aisément le singe ainsi retenu. L’animal peut à tout moment retrouver sa liberté, il lui suffit de lâcher le riz et de s’échapper. Mais pour cela, il doit abandonner quelque chose d’important pour lui, sa nourriture. »

Combien de fois laissons-nous ainsi notre esprit nous tenir captif ?  Pourtant, nous pouvons nous libérer de nombreuses souffrances si nous parvenons à lâcher-prise. Pour cela, nous devons apprendre à nous détacher de la façon dont nous pensons que les autres « devraient agir ».

La prochaine fois qu’un collègue vous irrite, au lieu de le critiquer ou de râler, détachez-vous de ce qui ne vous plaît pas et concentrez-vous sur VOTRE part du travail et sur la façon dont VOUS pouvez faire avancer les choses. Vous serez étonné des transformations qui s’opéreront grâce à ce simple changement dans votre attitude !

Et pour plus d’astuces pour lâcher-prise au travail, commandez mon tout nouveau livre J’arrête de Râler au Boulot, co-écrit avec Emmanuelle Nave, directrice des relations humaines, il sera disponible en librairie dès le 12 avril 2018 !

couvertureJarreteDeRalerAuBoulot-C1-V2

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :