Archive | Famille RSS feed for this section

Comment prolonger le bien-être des vacances ?

10 Sep

Les vacances peuvent ne pas rester une simple parenthèse de bien-être !

Elles peuvent être l’occasion de faire le point, de ne plus répéter les mêmes erreurs et nous donner des pistes afin de poser de nouvelles bases dans notre quotidien.

Comment préserver...

Cependant, lorsque nous sommes à nouveau pris dans le tourbillon de notre quotidien, ce n’est pas facile… alors comment y parvenir ?

Pour vous aider dans cette démarche, j’ai répondu aux questions suivantes lors d’un entretien pour le journal La Croix.

Comment prolonger le bien-être vécu durant nos vacances ? 

Comme nous avons pris du recul pendant les vacances, à la rentrée nous voyons notre quotidien d’un œil neuf. Nous voyons donc mieux ce qui cloche dans nos familles. Nous pouvons en profiter pour interroger nos routines. Nous avons tous certaines façons de fonctionner qui nous semblent évidentes. Nous les répétons jour après jour alors même qu’elles sont parfois sources de tensions.

Pourtant, « la folie c’est de faire toujours la même chose et d’attendre un résultat différent », disait Einstein. Nous devrions donc à l’inverse innover pour ne pas reproduire nos erreurs. Par exemple, si chaque matin on s’énerve parce qu’un enfant perd systématiquement ses chaussures au moment de partir à l’école, mieux vaut les préparer la veille. Ou peut-être qu’en se levant un quart d’heure plus tôt, on aura plus de temps et on sera plus patient avec l’enfant. Interrogeons-nous aussi sur nos priorités. Certes, un enfant doit être propre, mais s’il ne se baigne qu’un soir sur deux, est-ce si grave ? Ou peut-être que s’il prenait une douche rapide au lieu d’un bain, il cesserait de hurler ?

Comment gérer un rythme de vie qui redevient intense ? 

Pendant les vacances, on avait eu un espace pour être bien dans le moment présent. Au quotidien, à l’inverse, beaucoup de parents ne prennent plus le temps de penser à eux. Ils s’oublient !

Pourtant, chacun a droit à une bouffée d’oxygène, à quelque chose qui le mette en joie. Essayons d’y penser au moment de reprendre le rythme. L’idée est de se donner une pause dans les obligations, un rendez-vous régulier avec soi-même quel qu’il soit. Cela peut-être de reprendre un sport, une pratique artistique ou, tout simplement, d’aller lire une heure dans un café chaque samedi matin.

Sommes-nous trop exigeants vis à vis de nos proches ?  

C’est particulièrement vrai dans la vie de famille. C’est là que l’on râle le plus ! C’est aux gens que l’on aime le plus que l’on fait le plus de reproches ! Cela signifie que l’on a des attentes très fortes vis-à-vis de ces personnes. Pourtant, plutôt que voir les imperfections, les ratés, mieux vaudrait voir ce que l’on réussit ensemble, cultiver ce qui va bien dans la famille.

Là encore, le moment de la rentrée, et le souvenir tout frais de la sérénité des vacances, peuvent nous ouvrir les yeux. Prenons le temps de dire « bravo et merci » pour toutes ces petites choses, qui sont bien faites par les uns et les autres.

Vos enfants rechignent à faire leurs devoirs ? Surtout, félicitez-les quand ils y arrivent ! Dites-leur « je suis content de toi », dès que vous en avez l’occasion. Il faut s’ouvrir aux petites joies car elles tissent du lien.

En pratique, comment nous en tenir à nos bonnes résolutions estivales ? 

La famille peut tenir son « tableau de vision familial » (2). On prend le temps de s’installer tous ensemble pour répondre à cette simple question: « Une année géniale ensemble, pour nous, c’est quoi ? »

Chacun cite ses moments préférés. « C’est quand on regarde un film », « c’est quand on joue au Monopoly », etc. Chacun peut aussi citer le petit rendez-vous qu’il souhaiterait prendre avec lui-même ou un projet qui lui tient à cœur : les parents rêvent d’un dîner en amoureux de temps à autre, tel enfant rêve d’un week-end sous la tente avec des copains, etc.

Formuler ces projets en début d’année aidera à les réaliser. Cela permet aussi de développer une attention les uns aux autres, de s’encourager mutuellement, de se soutenir. Cette « liste d’envies communes » permet surtout de réaliser que nous ne sommes pas ensemble pour partager des corvées.

Une famille ne se résume pas à préparer des sacs de sport en temps et en heure, faire avaler des brocolis, ramener des bonnes notes. Cultivons le bien-être familial toute l’année pour ne pas devenir de simples gestionnaires des contraintes et obligations. Il ne faut pas perdre de vue que la famille c’est la joie, à condition qu’il y ait bienveillance, respect, coopération et plaisir.

Découvrez l’intégralité de mes réponses en lisant l’article ici : interview-la-croix

Screen Shot 2018-08-30 at 18.20.47

Profitez-vous de votre temps de déconnexion pour repartir sur de nouvelles bases ? Comment y parvenez-vous ?

Je serai heureuse de lire vos réponses en commentaire de cet article.

Love & Respect,

Christine Lewicki

(2) Cet exercice est notamment enseigné par les ambassadeurs certifiés « J’arrête de râler ». Si vous souhaitez contribuer à une société plus sereine en partageant le message « J’arrête de râler » autour de vous, devenez ambassadeur certifié pour animer vos propres ateliers auprès de particuliers ou d’entreprises ! Découvrez notre plateforme de formation en ligne et demandez votre dossier d’information ici.

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Comment partir en vacances plus zen !

31 Juil

A regarder si vous vous apprêtez à partir, ou si vous vous dites que la prochaine fois… ce sera mieux !

En effet, se préparer à partir en vacances est parfois une source de tensions.
Merci Florence Leroy + de joie pour cette vidéo qui nous offre plein de solutions pour être plus zen dès le départ !

Et vous, quels sont vos trucs pour ne pas être frustré et tirer le maximum de bénéfices de vos vacances?

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Le besoin de reconnaissance des mamans

12 Mai

Dans cette vidéo, je partage avec vous une situation que j’ai vécue récemment et dans laquelle je me suis observée avoir l’envie de pointer du doigt un coupable (mon mari !) pour répondre à un besoin de reconnaissance.

Découvrez dans la vidéo la solution que j’ai trouvée pour répondre à ce besoin de reconnaissance autrement !

Love and Respect,

Christine Lewicki

Christine Lewicki

Créer un tableau de vision familial

7 Mai

Dans le livre J’arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint} nous partageons 21 astuces !

L’un d’entre eux est de créer un tableau de vision familial.

Le tableau de vision est un tableau représentant ce qu’on a ENVIE DE VIVRE en famille.

Il permet de créer une cohésion sur ce qu’on VEUT plutôt que de toujours râler sur ce qui nous agace.

Nous venons de faire cet exercice avec ma famille et celle de Florence Leroy (ma co-auteure) et ce fut une expérience très riche.

Dans le livre nous vous donnons la méthode par étapes pour faire cet exercice chez vous.

Petit reportage Photos !

Ça vous tente ?

TABLEAU DE VISION- Famille autour de la table

Les 2 familles réunies autour de la table

TABLEAU DE VISION Famille

Choix des thèmes, sélection d’images et découpages !

Tableau en cours

Tableau en cours

Et voila dans la cuisine !

Et voilà dans la cuisine !

Peut-on souffrir et être heureux en même temps ?

29 Jan

C’est une question que je me pose ces derniers jours.

Je suis depuis lundi dernier en train de vivre une grande souffrance avec le décès de ma cousine Julie avec qui j’ai passé de nombreux moments précieux dans mon enfance.

Une femme de 39 ans (tout juste un an de plus que moi à un jour près) qui suite à une rechute violente du cancer du cerveau a été emportée en quelques jours à la grande surprise de tout le monde, médecins y compris. Elle était maman de trois enfants encore très jeunes.

Voici quelques photos de nous deux pour lui rendre hommage :

Ce matin alors que j’étais assise sur un rocher surplombant le canyon (récompense de ma randonnée matinale), je regardais la vue et je pleurais ma cousine.

Les larmes coulaient abondamment sur mes joues et je me suis demandée : « Est-ce que cela veut dire que je ne suis pas heureuse ? »

Un part de moi sentait pourtant du bonheur mélangé avec ma souffrance.

J’ai alors pris conscience que bonheur et souffrance n’étaient pas forcément incompatibles.

Oui, je vis un deuil violent, oui je pleure tous les jours, oui je sens que parfois je pourrais me laisser aller à la colère…. et pourtant au fond de cette tristesse règne une paix et je peux la sentir cachée sous mes larmes.

Le décès de Julie me met en face des injustices, des non-sens de la vie et de la violence de la maladie… et pourtant tout cela n’anéantit pas pour autant les beautés et les richesses de la vie.

Je suis dans la souffrance et je reste une femme heureuse.

Cela vous parle ?

Deuil, Douleur et Sagesse

1 Nov

En vrac, quelques leçons qui apparaissent au cœur de ma vie lorsque je vis le deuil de mon oncle :

  • Mes petits soucis du quotidien ne sont pas importants. Je ne veux pas m’y accrocher avec mes râleries. D’autres personnes sur cette terre vivent de vraies souffrances.
  • Je suis pleine de reconnaissance pour ma vie, pour ma famille pour ma santé et mon bien-être. La vie est précieuse et il est important que je la savoure. Cela veut dire pour moi, apprendre à sortir de ma To-do list pour prendre le temps de VIVRE, de respirer, de me retrouver avec moi-même d’abord et aussi savoir ÊTRE avec mes enfants, mon mari, mes amis.
  • Me donner la permission de vivre un vie heureuse. Dire non à ce qui me vide et OUI à ce qui me nourrit et me rend vivante.
  • Je suis moi-même responsable de mon bonheur. Si je prends soin de moi, si je me nourris bien, si je fais honneur à mon corps en lui donnant une vraie place dans ma vie, si je choisis de prendre soin de mon âme en m’entourant de personnes qui me poussent vers l’avant, en choisissant mes lectures, en laissant une place à la spiritualité dans ma vie, si je pose les actes qui pourront créer mon épanouissement… alors je pourrais être forte et puissante pour aider les autres et contribuer à la société.
  • C’est seulement en m’améliorant moi-même que je peux améliorer le sort des autres.

« Créez le genre de vie qui vous rendra heureux toute votre vie. Maximisez toutes vos capacités en soufflant sur les minuscules étincelles intérieures des possibilités pour attiser les flammes de l’accomplissement » Foster C. Mc Clellan

%d blogueurs aiment cette page :