Tag Archives: Ateliers J’arrête de râler sur mes enfants et mon conjoint

{VIDÉO} : le déclic de Dominique F.

10 Avr

Bienvenue dans la nouvelle série {vidéos déclics}. Dans ces vidéos, nous donnons la parole à ceux et celles d’entre vous qui ont fait le choix de mettre le challenge « J’arrête de râler » au cœur de leur vie.

Aujourd’hui j’aimerais vous présenter Dominique F.

Dominique a fait le choix d’arrêter de râler dans sa vie, et dans cette vidéo il nous parle de son « déclic », de ce moment où il s’est dit : « c’est bon, ça suffit… j’arrête de râler ! »

Ce challenge a si bien changé sa vie, qu’il a voulu transmettre ce qu’il avait appris à ceux et celles qui seraient intéressés. Il a donc décidé de se former pour devenir un de nos Ambassadeurs Certifiés. Aujourd’hui, Dominique propose des ateliers « J’arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint} » dans la région de Aix en Provence.

Pour découvrir l’ensemble des ateliers que nous proposons en France,  Guadeloupe, Nouvelle Calédonie, Belgique, Suisse, Luxembourg, Australie et Canada je vous invite à visiter la page https://jarretederaler.com/ateliers/

 

Si, vous aussi, vous aimeriez partager votre expérience et nous soumettre votre vidéo (moins de 2mn), vous pouvez nous envoyer votre fichier à contact@christinelewicki.com. Nous sélectionnerons les vidéos qui nous semblent les plus pertinentes afin de les partager avec nos lecteurs en les publiant sur ce blog.

Je vous remercie et me réjouis de découvrir vos vidéos !

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Publicités

Tout ce que vous n’avez peut-être pas compris…

2 Juin

La première fois que vous avez entendu parler de « J’arrête de râler » vous vous êtes peut-être senti immédiatement concerné ou bien au contraire vous avez peut-être rigolé et passé votre chemin en pensant qu’il faudrait plutôt offrir ce livre à votre collègue, votre voisin ou même votre conjoint !

Ce que j’ai appris depuis maintenant plusieurs années que j’anime ce blog (ainsi que des conférences et séminaires depuis la sortie du livre) c’est qu’il y a de nombreux malentendus autour de J’arrête de râler. Cet article est là pour en parler ! Voici les 5 points que j’aimerais clarifier !

Misunderstanding

1. Non, arrêter de râler ne vous transformera pas en « béni-oui-oui ».

Souvent la plus grande peur des personnes qui envisagent de se sevrer de leur tendance à râler est de perdre leur capacité à s’affirmer, à poser des limites et à prendre soin de leurs besoins. Nous savons bien que parfois il est nécessaire de mettre le « holà », de poser nos limites et d’exprimer ce qui ne nous convient pas afin d’éviter de nous faire marcher sur les pieds. Souvent nous craignons de perdre ce « pouvoir » si nous n’avons plus le droit de râler ! Certaines personnes sont même venues m’interpeller pour me dire “Alors maintenant on doit continuer à tout faire mais EN PLUS on n’a plus le droit de râler ?”  Il me semble donc important  de clarifier que c’est justement tout l’opposé. Quand je décide d’arrêter de râler je décide de ne plus être victime de ma vie. Mais alors qu’est-ce qui va devoir changer ? Arrêter de râler ne veut pas dire tout accepter. Arrêter de râler nous invite JUSTEMENT à prendre les choses en main, à prendre soin de nos besoins, à changer ce que nous pouvons changer et à apprendre de faire en sorte que nos demandes soient entendues. C’est justement cette impression que personne n’entend nos besoins qui nous fait râler et ceci parce que RÂLER ne marche pas ! Je dis souvent “Si râler marchait nous n’aurions plus de raison de râler” (les chambres des enfants seraient rangées et votre patron vous aurait augmenté !).

%22Pour être honnète%22

2. Si vous pensez que ce challenge ne vous concerne pas…

Je dois l’avouer moi-même, si j’avais vu la couverture de mon propre livre “J’arrête de râler” dans une librairie, je ne l’aurais pas acheté. Je me serais dit “Je n’en ai pas besoin, je ne râle pas”. D’une nature plutôt positive avec une nette tendance à toujours voir le verre plein, je ne me serais probablement pas sentie concernée… et pourtant… nous avons tous un ou plusieurs GROS râleurs dans notre entourage – un de ceux ou celles qui bougonne tout le temps, qui n’est jamais content, qui hausse le ton pour un oui ou pour un non et qui nous donne envie de fuir quand il commence à se délester de son flot de rancoeurs. Le challenge et le livre J’arrête de râler ne s’adressent pas à ces râleurs, ils s’adressent à nous tous, les petits râleurs du quotidien, nous qui ne faisons rien de mal en râlant (on le fait même en souriant), nous qui soufflons, ruminons, parfois en haussant le ton c’est vrai mais le plus souvent par automatisme. Nous tentons de mener à bien toutes les responsabilités du quotidien – finir notre travail, élever nos enfants, payer nos factures et même tenter de trouver l’énergie de recevoir nos copains ! J’arrête de râler s’adresse à nous tous, les “râleurs ordinaires” ! Nous qui râlons sans même nous en rendre compte, nous qui passons notre vie à la résister sans même en avoir conscience. Nous qui râlons par habitude, pour suivre le flot de la conversation ambiante et qui avons forte envie de découvrir à quoi pourrait ressembler notre vie si nous parvenions à nous sevrer de cette habitude qu’est la râlerie.

3. Râler nous donne une force illusoire de faire obéir les autres mais arrêter de râler nous donne la puissance RÉELLE qui inspire la coopération.

Oui il faut bien l’admettre, parfois en râlant nous obtenons ce que nous voulons ! En haussant un peu le ton, en pointant nos accusations vers la personne coupable, nous parvenons à faire en sorte que l’autre plie sous le poids de nos râleries et change son comportement pour satisfaire notre besoin. Oui c’est vrai, parfois râler MARCHE. Le problème avec cette stratégie est que nous avons obtenu ce que nous voulions par le biais de la FORCE et que demain nous allons devoir à nouveau sortir le bâton pour faire plier l’autre. Râler nous amène à nous transformer en gendarmes… Beaucoup de personnes choisissent de faire le challenge pour sortir de cette spirale aliénante et invivable. Arrêter de râler c’est abandonner la stratégie de la force et insuffler de la puissance à nos demandes. C’est sortir du rapport  “qui a tort / qui a raison”, de la dynamique  “coupable/victime” et apprendre la façon correcte de nous exprimer pour être entendu, tisser des liens autour de nos besoins afin qu’ils soient satisfaits dans la durée.

4. On n’arrête pas de râler pour les autres… on le fait d’abord pour soi !

Certaines personnes sont tentées par le challenge car elles ressentent un sentiment de culpabilité. Cette impression d’être “la rabat-joie de service” ou “celui qui sème la mauvaise humeur dans les couloirs du bureau, à la maison ». Oui nos râleries ont un impact sur notre environnement et apprendre à nous sevrer de cette habitude va en effet nous permettre de changer l’ambiance pour ceux qui nous entourent. Et pourtant j’insiste sur le fait que « J’arrête de râler » est avant tout une invitation “égoïste” pour apprendre à ne plus résister aux aléas de la vie. C’est parvenir à allumer un autre radar dans notre quotidien, non pas celui qui se nourrit de frustrations mais celui qui nous permet de savourer ce qui va bien, de détecter les opportunités et les solutions.

5. Bien plus qu’une nouvelle approche de communication, ce challenge est une vraie philosophie de vie

Oui en arrêtant de râler on apprend à mieux exprimer nos demandes pour être entendu mais on apprend aussi à se réapproprier notre vie. En arrêtant de râler on fait le choix profond et déterminant de ne plus être victime de notre quotidien. On refuse de laisser les autres (ou la météo) nous voler notre sérénité. On apprend à devenir entrepreneur de notre vie. On se donne la permission de prendre soin de nos besoins et de se faire plaisir. On se donne les moyens de pleinement savourer l’instant présent – même quand nos enfants sont petits, même quand le métro est bondé, même quand nos collègues ne semblent pas vouloir coopérer… même et SURTOUT lorsqu’il nous semble parfois bien difficile d’avancer.

J’arrête de râler c’est le titre de ce blog et celui du livre qui l’accompagne. C’est un « petit titre percutant » pour une démarche pourtant bien plus profonde qui peut transformer votre vie. J’ai l’intime conviction qu’arrêter de râler est une des démarches les plus déterminantes que vous puissiez faire sur votre chemin de développement personnel et je m’engage à faire tout mon possible pour vous inspirer et vous accompagner sur ce chemin.

Vous pouvez tout d’abord télécharger gratuitement le KIT J’ARRÊTE DE RÂLER qui vous donnera des conseils et outils pour entamer le challenge des 21 jours ! Cliquez sur l’image ci-dessous pour le recevoir.

Si vous faites partie des lecteurs de ce blog ou de mes livres, j’aimerai vous inviter à partager dans les commentaires ci-dessous ce que vous n’aviez peut-être pas compris initialement et que vous savez maintenant concernant ce challenge.

Et si vous vous rendez compte que vous avez tendance à râler surtout sur les personnes que vous aimez le plus au monde, je vous invite à oser réserver votre place (seul ou en couple) pour un atelier J’arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint} près de chez vous !

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Comment retrouver l’harmonie au sein de votre tribu

5 Mai

Merci à Innertainment for kids pour cette interview vidéo que j’ai eu le plaisir d’enregistrer près de chez moi à Venice Beach en Californie !

En voici un aperçu et vous pouvez la visionner  en cliquant sur ce lien

 » La folie c’est de se comporter de la même manière et d’attendre des résultats différents » disait Albert Einstein, dans cet entretien video je vous dit en quoi cette maxime est parfois encore plus vraie au sein de notre famille !

Screen Shot 2016-05-03 at 7.55.43 AM

Pour continuer dans cette aventure de la « non-râlerie »,  vous pouvez télécharger les affiches , recevoir le kit, lire le livre J’arrête de râler sur mes enfants et mon conjoint

et pour vraiment réussir à changer  réserver votre place pour un atelier

Loin des messages culpabilisants et des conseils théoriques impossibles à appliquer, nos formateurs dans votre région vous accompagnent pas à pas avec un programme méticuleusement préparé sur le chemin de votre nouvelle vie de famille.

Les ateliers  » J’arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint} » sont bien plus puissants qu’un simple groupe de paroles. Les participants reçoivent durant les 5 modules une vraie méthode qui a fait ses preuves et des outils pour reprendre leur vie de famille en main. Pas à pas les formateurs vous accompagnent dans une nouvelle approche de la vie afin de ne plus résister le quotidien et de pouvoir {enfin} commencer à le savourer entouré des personnes que vous aimez  le plus au monde. Vous aurez à l’issu de ce programme la profonde satisfaction de sentir que vous avez repris le pouvoir sur votre vie.

Innertainment for kids – 21 jours pour arrêter de râler.

 

 

Si râler marchait…

3 Mai

Pour être honnête … Si râler marchait, nous n’aurions plus aucune raison de râler non ?

Pour être honnête… Qu’en pensez vous ?

%22Pour être honnète%22

Mais qu’est ce que c’est que ce bazar !

15 Mar

Merci à « Lucky Mum » pour cette belle interview !

Screen Shot 2016-03-15 at 1.45.04 PMMerci de m’avoir donné l’occasion de partager des « pépites »qui, je l’espère, vous aideront à vivre votre vie de famille avec le moins de râleries possible !

Screen Shot 2016-03-15 at 12_Fotor

Peut être vous posez vous la question :

Screen Shot 2016-03-15 at 12.22.30 PM

Pour lire la suite de l’article cliquez ici

Interview Christine Lewicki, auteure de %22J’arrête de râler%22 | Luckymum

8 pistes pour cultiver la coopération et la joie en famille !

4 Mar

8 pistes pour susciter plus de contribution de tous et plus de joie à la vie de famille.

Oui, bien sûr, nous sommes les parents et nous avons la responsabilité et la charge du bien-être de nos enfants. Concrètement cela implique de les nourrir, les habiller, leur fournir un toit sans qu’ils aient à se soucier de la façon dont nous y arrivons. Nous vivons ensemble sous ce même toit, nous partageons la même salle de bain, la même cuisine, le même canapé. Cela nous semble alors bien normal que tous les membres de notre famille coopèrent au fonctionnement du foyer pour participer aux tâches quotidiennes. Facile à dire mais parfois difficile à obtenir. Et souvent à force de répéter, répéter, répéter, on se sent frustré et on râle.

J’ai la conviction que nos enfants sont plutôt prêts à coopérer et qu’en fait ils résistent à l’injonction que nous leur faisons plutôt qu’à l’action de coopérer. Je pense d’ailleurs que nous sommes comme eux. Nous sommes plutôt d’accord pour contribuer à la vie de famille mais si nous avions un petit chef au-dessus de notre tête pour nous dire quoi et quand faire les choses, nous aurions plutôt tendance à résister et à râler !

Voici 8 pistes concrètes pour susciter plus de coopération, pour cultiver la joie en famille afin de ne pas se transformer en rabat-joie de service !

8 pistes pour

1. Parler avec notre coeur de nos besoins

Je suis souvent touchée par la capacité de compassion qu’ont mes enfants. Quand, au lieu de leur donner un ordre, je leur parle avec mon coeur de mes besoins, je constate que très souvent ils sont tout à fait ouverts pour coopérer et me soutenir.

Plutôt que de râler en bas des escaliers pour leur dire “Ça fait 10 fois que je vous demande de venir vider le lave-vaisselle”, je peux monter dans leur chambre et leur dire avec mon coeur que je suis désemparée car j’ai l’impression d’être la femme de ménage de service et cela ne me convient pas. Je peux leur dire avec mon coeur que je ne trouve pas cela juste que ce soit à moi de “tenir la maison”. De même, si après être allée les chercher à leur entrainement de sport ou chez des amis nous rentrons un peu tard à la maison pour le dîner, je peux leur dire : “Nous allons arriver plus tard que d’habitude et nous avons beaucoup de choses à faire avant le coucher, je suis fatiguée de ma journée et pourtant j’ai vraiment envie de passer une bonne soirée avec vous sans qu’on s’énerve, ce qui me ferait du bien c’est que vous veniez m’aider à la cuisine.”

2. Anticiper nos demandes

Ce qui paraît difficile à nos enfants, c’est notre manière parfois de leur sauter dessus avec nos demandes. Chaque fois que nous pouvons anticiper ces demandes nous avons plus de chances que nos enfants réagissent de manière positive.

  • “En arrivant à la maison, je souhaite que vous rangiez vos affaires et je vais avoir besoin d’un assistant cuisine pendant que les autres prennent leur douche.”
  • “Nous dînons dans un quart d’heure, c’est bientôt l’heure de mettre la table.”
  • “Ce week-end nous avons des invités, je trouve important qu’ils se sentent accueillis et pour moi cela passe par leur offrir un bon repas et avoir une maison agréablement rangée. Je vais passer pas mal de temps à faire les courses et préparer le menu, ce qui serait formidable c’est que de votre côté vous rangiez chacun votre chambre avant samedi midi au plus tard.”

3. Leur laisser le choix

Notre enfant n’a pas toujours l’idée des choses qu’il faut faire dans une maison et nous, en bonne tour de contrôle de la famille, nous aimerions lui attribuer des tâches afin de nous assurer que tout sera fait. Et si nous leur laissions le choix ? Non pas de rendre ou ne pas rendre un service à la famille, mais de choisir ce qu’il se sent prêt à faire aujourd’hui pour contribuer. Nous aurons alors plus de chance qu’il le fasse.

  • Au début du week-end nous pouvons faire la liste (passer l’aspirateur, laver le frigidaire) et chacun choisit une « mission ».
  • Avant le dîner, nous pouvons annoncer qu’il va falloir vider le lave-vaisselle, ranger tout ce qui traîne sur la table, préparer le plateau fromage, l’eau, le pain…“Qui fait quoi ?”

4. Préciser nos attentes

Souvent nous demandons à nos enfants qu’ils rangent leur chambre ou nettoient la table du goûter et nous oublions de leur préciser nos attentes. Alors lorsque nous entrons dans la cuisine ou dans leur chambre, nous sommes étonnés de voir l’éponge pleine de miettes dans l’évier ou leurs vêtements en vrac en bas du placard… Finalement, c’est quoi pour vous une chambre en ordre ou un rangement de goûter terminé jusqu’au bout ? Cela nous semble si évident que nous ne le précisons pas à nos enfants. Et si nous prenions le temps de le leur dire pour leur faciliter la tâche ?

5. Faire une checklist

Ce qui agace souvent c’est d’avoir à répéter sans cesse les mêmes choses.

“Quand tu quittes la salle de bain, vérifie que les serviettes sont mises à sécher, la baignoire rincée, ta brosse rangée”. Et si nous faisions une checklist pour nos enfants que nous posterions dans la salle de bain, la cuisine, leur chambre ?

6. Construire des routines

C’est parfois difficile de voir le bazar dans la maison et de voir dans ce chantier toutes les choses à faire dans les jours à venir. Chez nous, nous avons instauré une routine. Le samedi juste après le repas, c’est rangement de chambre et une action pour toute la famille (laver les toilettes, la salle de bain…). Ce jour-là, je suis « sur le pont », je rappelle les consignes, j’encourage. Par contre les autres jours, je ne prends la tête de personne (ni la mienne) quand je vois de la poussière dans l’escalier car je sais que samedi prochain il sera aspiré.

7. Etablir un tableau des responsabilités

Pour notre enfant il est plus facile de faire les choses quand il sait que son frère, sa sœur ou ses parents rendent un autre service en même temps et feront comme lui la semaine prochaine. Alors une autre idée est de faire un tableau des responsabilités par semaine. Qui vide le lave-vaisselle ? Qui met la table ? Qui met les courses dans le frigidaire ? Etc.

8. Cultiver la bonne humeur

Le sujet de la contribution à la vie de famille n’est certes ni très glamour, ni très fun. Mais nous pouvons choisir de le subir ou de cultiver la bonne humeur et ainsi infuser plus de joie dans notre famille. Nous pouvons déjà choisir nos mots, par exemple arrêter de parler de corvée. Que pensez-vous de “mission”, de “service à la communauté” ? Avez-vous d’autres idées ? Oui il faut parfois se coller au ménage, au rangement… Mais nous pouvons choisir l’ambiance dans laquelle nous le faisons, par exemple en mettant de la musique pour ensoleiller le moment. Et nous pouvons toujours être attentifs à remercier chacun pour ce qu’il a fait, toujours mettre l’accent sur le positif : si la chambre n’est qu’à moitié rangée, commencer par remercier l’effort accompli.

Avez-vous remarqué ce qui arrive lorsque nous disons MERCI à nos enfants ? Bien souvent un sourire joyeux illumine leurs visages !

Florence Leroy

Auteure du livre J’arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint} – éditions Eyrolles

Mon plaisir est d’accompagner les parents vers plus de joie dans leur vie de famille – 06 62 09 39 26 – bonjour@florenceleroy.fr

Pour enfin faire taire la femme râleuse qui habite chez vous, demandez l’ebook Pourquoi je râle sur mes enfants {et mon conjoint} et recevez aussi la newsletter.

Le site  florenceleroy.fr  – Le blog florenceleroy.fr/plusdejoie  – Facebook ici

 

Faire autrement pour vivre la rentrée sans râler !

4 Sep

Interview LA CROIX publie dans le numéro du mercredi 2 Juillet 2015 Interview La Croix

Et après les vacances …

3 Sep

Un article proposé par  Christelle Poublang une de nos formtarices du réseau « J’arrête de railer sur mes enfants  {et mon conjoint}  sur la région de Dunkerque et Lille.

Pendant cet été nous avons pu lire pléthore d’articles avec des précieux conseils pour bien profiter de nos vacances et maintenant à peine de retour à la ville ou au boulot nous commençons déjà à rêver à notre prochain break, à notre prochain départ.

Je viens de tomber sur un article du journal LA CROIX qui disait :

« Partir …
…Peu importe « où » , question secondaire , le « quand » semble le plus urgent .
Et l’idée du « partir » , une évidence . Quand échapperas- tu à tout cela , au travail , aux soucis de la période , à la crise , aux conflits , au bruit et à la fureur des villes ? Quand prendras-tu de la distance avec l’ordinaire des jours , les bousculades , les retards incessants , l’internet , l’actualité qui hurle à nos oreilles ? Bref, c’est quand pour toi la paix ? »

Nous rentrons à peine de nos vacances d’été et nous pensions déjà à quand nous pourrons nous  échapper à nouveau. Partir pour prendre  de la distance avec notre vie ordinaire « et pas toujours sexy » (comme dirait Christine Lewicki), partir pour {enfin} pouvoir savourer notre vie et profiter.

Image-avoir-la-paixLa question que j’ai envie de vous poser aujourd’hui est la suivante:

avons-nous forcément besoin de partir pour avoir la paix ?

Et si au contraire nous nous donnions les moyens de ne plus laisser ce quotidien nous irriter ? Et si nous apprenions à trouver la paix, ici, là maintenant, au milieu du chaos de la rentrée?

Nous avons constaté que souvent nous ressentons le plus de frustration  auprès des personnes que nous aimons le plus au monde ( notre conjoint, nos enfants….). Ces personnes qui vivent sous notre toit et que nous côtoyons tous les jours.

Qu’allons-nous devoir faire autrement pour fonctionner sereinement en famille ? pour retrouver plus de Joie dans notre quotidien ordinaire au milieu du bazar,  des devoirs, des machines à laver, des courses et du lave vaisselle qui doit { encore} être vidé. C’est ça notre vie ! Elle est là ici, aujourd’hui, maintenant…. dans notre maison et non pas sur la plage d’Arcachon !  Et si nous apprenions à ne plus la subir, et si nous prenions la responsabilité de faire ce qui est nécessaire pour ne plus ressentir ce besoin de la fuir ?

Voilà ce à quoi les formateurs apportent des clés durant les ateliers » j’arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint} » ( cliquez pour en savoir plus)

Les participants des ateliers, nous disent que c’est beaucoup plus calme chez eux , que l’ambiance est plus détendue et sereine. Ils savent désormais exactement comment faire pour connecter avec cette sérénité qui existe naturellement à l’intérieur de soi. Pris dans notre quotidien , nous avons simplement oublié de cultiver cette partie de nous , nous n’en avons pas fait une priorité. Trop occupé à répondre aux besoins de toute la famille ( souvent après une longue journée au travail).

En tant qu’animatrice, je me régale d’entendre les participants m’expliquer comment ils ont mis en pratique les outils à la maison et les résultats qu’ils obtiennent !

Photo christelle poublang FLARED

Christelle Poublang

Formatrice Certifiée sur la région de Dunkerque et Lille

Soyons bienveillant avec nous-mêmes pour plus de joie en famille

16 Juil

Un article proposé par Florence Leroy, co-auteur du livre J’arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint}. Profitez-en pour découvrir son blog « Plus de Joie! » ( à la suite de l’article ci-dessous)   Aussi , que pensez-vous de la nouvelle affiche des ateliers ? Avez- vous trouvé ce qui a changé  sur l’affiche?  Et oui, nous avons eu envie de rajouter un adolescent à notre petite famille !   Nos ados ont le don de nous faire râler et parfois nous n’arrivons plus à être le parent que nous voulons être à leurs côtés. Pour vous souvenir, nous allons vous partager  beaucoup plus d’articles à ce sujet et les ateliers seront aussi une opportunité pour mieux les  comprendre et communiquer avec  eux.

JDREC Ateliers nouveau flier

Une chance supplémentaire

Quand nous essayons d’être un peu plus le parent que nous avons envie d’être, nous sommes souvent  pleins de bonnes résolutions. Et nous nous disons, à partir de demain, ….

Je vais préparer le petit déjeuner la veille pour ne plus être à la bourre le matin.

Je vais rentrer un peu plus tôt pour avoir le temps d’un câlin avec mes enfants avant le « marathon » du soir.

je vais prendre une grande respiration avant de répondre du tac au tac à mon ado.

Nous mettons à l’épreuve nos bonnes résolutions, nous tenons quelques jours et puis patatras, le naturel revenant au galop, nous nous retrouvons au lit sans avoir préparé le petit déj, au bureau à 19h pour un dossier hyper important ou à hurler dans la cuisine, seul(e) car notre ado vient de claquer la porte.

Alors nous sommes déçu(e), irrité(e), agacé(e), nous nous mettons à râler contre nous même, nous nous jugeons.

Lorsque je me trouve dans cette situation où je me vois être la mère que je n’ai pas envie d’être, j’aime à me rappeler, comme je le fais pour mes enfants, que j’ai toujours le droit (le devoir) de me donner une chance supplémentaire de mieux faire.

De la même manière que nos enfants ont besoin d’entrainement et de bienveillance pour arriver à acquérir une nouvelle habitude, une nouvelle compétence, nous avons nous aussi besoin/droit à une nouvelle chance. Soyons bienveillant avec nous même, pour plus de joie en famille.

Découvrez d’autres articles bienveillants sur le blog de Florence Leroy – Plus de Joie !  et participez à un atelier !

5 Astuces pour préparer vos valises en toute sérénité !

30 Juin
Mother and baby girl with suitcase baggage and clothes ready for traveling on vacation

Préparer ses valises avec bébé en toute sérénité

Cet article vous est proposé par nos formatrices « J’arrête de râler sur mes enfants { et mon conjoint} de la région Ile de France qui sont bien déterminées à ce que vous passiez de belles vacances !

Vous en rêviez depuis un an et elles sont presque là, vos vacances d’été ! Mais avec elles, surgit aussi tout un lot de (mini ou gros) stress lié aux tonnes de choses à gérer avant, dans un laps de temps riquiqui. Et LE stress qui a retenu notre attention, c’est celui des VALISES… Car dans le réseau Île de France, avec notre quinzaine d’enfants (cumulés), le stress lié aux départs, on connaît ! Alors si vous vous reconnaissez dans les quelques situations cocasses qui suivent, ne ratez pas nos 5 astuces.                                                                                                             Terminez absolument la lecture de cet article si parfois ;

  • votre mari trépigne d’impatience (sur le canapé, en faisant les 100 pas dans le couloir…) pendant que vous bouclez les derniers bagages,
  • vous ne pouvez pas partir sans vos 10 tonnes de bagages qui peinent à rentrer dans la voiture,
  • vous courrez dans tous les sens en ne sachant plus où donner de la tête,
  • vous attendez la dernière minute pour fermer la valise,
    • des fois que vous perdiez les 4/5 kg en trop dans les dernières 24h
    • ou parce que vous n’avez toujours pas fini les essayages,
  • votre fille de 5 ans re-déballe TOUTE sa valise pour essayer, elle aussi, ses belles robes d’été,
  • vous terminez le dossier Trucmuche à 22h à J-1,
  • vous mettez sens dessus dessous toute la maison pour retrouver au dernier moment LE chapeau de soleil incontournable (qui par ailleurs, occupe la ½ de votre valise),
  • votre conjoint(e), une fois dans la voiture et de préférence après 500km de route, grommelle comme une évidence « t’as pensé à (au choix) : mon maillot fétiche (vieux de 20 ans, jeté depuis belle lurette), aux casquettes, ma raquette de tennis, la guitare…”

Dans tous les cas, risque de râlerie au top !                                                       Avec du recul, ça fait sourire mais dans la réalité, le stress monte et les risques de dérapages avec. On en vient à s’énerver, à râler sur tout ce qui bouge et parfois même, à saboter une partie des vacances. Alors pour vous éviter de grogner, ou pire, nous vous proposons 5 astuces à personnaliser.

Vos 5 astuces pour préparer les valises en toute sérénité

1 – Faire différemment – Le changement commence par soi.                         Si chaque année la préparation des valises vire au cauchemar, il y a fort à parier que ce sera la même chose cette année si vous ne changez rien. Comme disait Einstein “l’insanité c’est de faire la même chose et d’espérer un résultat différent”. Donc, soyez le changement que vous voulez voir dans votre famille. Si, on vous l’assure, ça marche.

2 – Anticiper                                                                                               Inévitablement, vous vous retrouvez la veille du départ à courir pour finaliser les achats, choisir les vêtements, les repasser, préparer la trousse à pharmacie, partir à la chasse des chargeurs adéquats (oups, il faut un adaptateur?), prêt(e) à exploser face à l’incompréhension des proches qui ne comprennent pas cette agitation frénétique. Et impossible d’ailleurs, de comprendre pourquoi on se retrouve systématiquement dans ce schéma infernal. Alors en 2015 c’est décidé, on anticipe. On règle une alarme à J-15, qui donne le top départ. De là on commence tout de suite par élaborer LA check-list de ce qu’on emmènera et… en route pour les essayages, les achats à prévoir etc…                                                  Pour vous aider à anticiper et planifier, pensez aux applications smartphone, et aux sites dédiés comme:

 générateur de check-list personnalisée,  

Se simplifier les valises avec les listes FD

liste de voyage

guide de voyages avec cartes

airbnb

3 – Être créatif :                                                                                                               La créativité va vous aider à “faire différemment” et avec plaisir. Vous pouvez générer de nouvelles idées avec des outils simples comme le brainstorming ou les mind maps par exemple. Ou décider de ne plus tout faire tout(e) seul(e), en impliquant toute la famille dans les préparatifs de manière ludique ! Tel un chef de projets vous conviez toute votre famille autour d’un goûter pendant lequel chacun fera sa check list, en dessin pour les plus petits… Et armez les plus grands du fameux bagage à remplir!                                                                                              On peut aussi s’autoriser à être seule pour l’élaboration des valises, et demander, à son conjoint, ou à toute autre personne de son choix, d’emmener les enfants au cinéma, ou de les faire participer à une activité qu’ils apprécient.                A chacun de trouver ce qui permettra de dépasser ses zones rouges habituelles, de manière créative, et adaptée à sa famille.

4 – Prendre soin de soi :                                                                                            Alors là imaginez ! J-2 avant le départ: tous vos bagages sont prêts! Le rêve ! Vous allez pouvoir vous occuper de vous, vous chouchouter pour être la plus belle… Et surtout passez une veille de départ détendue et agréable, en famille ou en amoureux pour bien commencer les vacances et être en pleine forme pour le trajet.

5 – Et si vous en profitiez pour arrêter de râler?                                              Ça y est vous êtes arrivés à destination, et vous avez bien l’intention de passer d’excellentes vacances. Et si vous en profitiez pour arrêter de râler?  Les conditions sont idéales, les règles plus souples, l’esprit allégé des contraintes de l’année. Et comme les changements sont agréables et durables, vous auriez même la sensation de vacances prolongées !

Pour vous y aider c’est par ici ! Et pour les ateliers ici.

Nous vous souhaitons un bel été!

Dominique Atlan, Nathalie Coulon, Evelyne van Damme 

Le réseau des ambassadeurs « J’arrête de râler sur mes enfants et mon conjoint » s’agrandit !

27 Mai

Il s’en passe de belles choses dans le Réseau d’Ambassadeurs Certifiés « J’arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint} ».

Tout d’abord, une bienvenue chaleureuse aux nouvelles ambassadrices.

Nous sommes fières de vous présenter nos 20 ambassadeurs dans toutes les régions de France, Belgique et Suisse

Le réseau de formateurs certifiés JDREC

Nouveauté ! La carte interactive des régions du réseau des ambassadeurs certifiés !

JDR Reseau de formateurs carte

Les ateliers JDREC dans votre région

En rétrospective… un article « Ils vous apprennent à ne plus râler sur vos proches » qui met en avant Hélène et Dominique nos ambassadeurs sur les régions de Nantes et Angers. 20140619 - WEB Ouest France - cholet - passage culture - helene

Et aussi,  » Je suis râleur, mais je me soigne « , un article de notre ambassadrice à Yutz.

JDR Yutz

JDREC Josette Cordier  SocieteQuel délice de co-créer avec des professionnels aussi brillants et engagés avec leurs cœurs et leurs tripes dans l’accompagnement des familles vers plus de joie, de plaisir, de coopération et de bienveillance.

Si vous aussi aimeriez insuffler ce beau message autour de vous, à titre personnel et/ou professionnel, vous pouvez désormais suivre la formation sans quitter votre domicile grâce à notre toute nouvelle plateforme de formation en ligne !

Découvrez toutes les modalités pour vous inscrire en suivant ce lien.

Screen Shot 2017-11-16 at 18.21.34

Christine Lewicki  et Florence  Leroy

Pour le Réseau JDREC

« J’arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint}!

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Rencontre avec Cécile La Turbulette

24 Avr

Rencontre fort sympathique et candide avec Cécile pour son site « La Turbulette »– Naissance, enfance et turbulences dans  la rubrique   » Le livre du vendredi «  , voici un extrait:

Comme je feuilletai ce livre avant de me lancer dans sa lecture complète, je suis tombée sur le premier « truc » donné à la fin « pour arrêter de râler en famille » qui est : « avoir toujours une bouteille de champagne au frais ». Alors, même si bien sûr, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé et même si ce n’est qu’un détail, cela m’a vraiment donné envie de continuer ma lecture. Car ce « truc » est pour moi le symbole de l’état d’esprit de « J’arrête de râler… »: aucun discours culpabilisant, des exemples et des approches dans la lignée de la communication non violente et de la méthode Faber et Mazlish que j’apprécie particulièrement, mais qui sont complétés par des conseils très pratiques et concrets. Et puis, surtout le partage d’une expérience, celle de vivre sans râler, qui permet de se focaliser sur les joies petites et grandes de notre journée et de retrouver le plaisir et la légèreté à être ensemble en famille.

La Turbulette cécile-et-christine1

Lire l’article intégral en ligne ici >>> J’arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint » : rencontre avec Christine Lewicki

Turbulette 1

Turbulette 2

Turbulette 3

 

 

Love and Respect,

Christine Lewicki

Vous  désirez partager cet article dans votre Ezine/Blog/Site? Vous êtes les bienvenus en incluant le petit texte suivant:

 “Christine Lewicki, est une coach en entreprise certifiée, auteur du Bestseller “J’arrête de Râler!” publié en plusieurs langues, Conférencière et Facilitatrice de groupes MasterMind en France et aux Etats-unis. La passion de Christine est d’aider les gens ordinaires à  arrêter de râler et devenir entrepreneurs de leur vie !  Téléchargez le Kit gratuit  J’arrête de râler sur le blog!
%d blogueurs aiment cette page :