Tag Archives: emotions

[NOUVEAU CHALLENGE] 21 JOURS POUR DANSER SES ÉMOTIONS !

26 Fév

Mon plus grand désir est de vous accompagner à vivre une vie non subie, pleinement choisie et radicalement libre.

Pour vous y aider, je vous propose de vivre un tout nouveau challenge joyeux et puissant qui peut transformer votre quotidien et votre rapport à la vie !

Je vous explique ici pourquoi je tiens, tout particulièrement aujourd’hui, à vivre ce challenge avec vous.

21 jours pour lâcher le mental

21 jours pour danser sa joie

21 jours pour danser ses peurs et frustrations

21 jours pour danser sa fatigue

21 jours pour danser ses doutes et se libérer de ses limitations

21 jours pour honorer son corps

21 jours pour danser avec vos proches ou ensemble pendant nos lives

21 jours pour dire OUI à la vie !

🕺 MESSIEURS, ce challenge est aussi pour vous !

Rejoignez-moi pour vivre 21 jours puissants du lundi 1er mars au dimanche 21 mars sur mon groupe Facebook « J’ai le Power » !

COMMENT FAIRE ?

2. Je vous partage des propositions de musique sur lesquelles danser vos émotions du jour ou du moment. Touvez-les en bas de l’article. Mais vous serez bien évidemment libre de choisir la musique qui vous inspire et vous fait du bien.

3. Chaque jour, au moment qui vous semble le plus opportun pour vous (le matin pour éveiller votre corps, le soir pour décompresser ou célébrer, en milieu de journée pour vous reconnecter avec votre intelligence corporelle …), prenez (au moins) 5 minutes pour danser. Danser seul.e ou avec vos proches. Dansez dans votre chambre, votre salle de bain, votre salon, votre cuisine, votre balcon, votre jardin … là où vous vous trouvez !

4. Partagez l’émotion que vous avez dansée et votre ressenti en commentaire de mon post du jour sur le groupe. Qu’est-ce que procure pour vous le fait de danser ? Que se passe-t-il en vous ?

5. Je vous proposerai aussi des lives les vendredis 5, 12 et 19 mars à 18h30 pour que nous dansions et échangions ensemble !

Et bien sûr, invitez vos ami.es à nous rejoindre !

Notez dés aujourd’hui ces dates dans votre agenda pour échanger (et danser) en LIVE avec la communauté :

Les vendredis 5, 12 et 19 mars à 18h30 sur ma page Facebook et sur Instagram

MES PLAYLISTS :

Aller plus loin ensemble ?

Vous aimeriez connecter en profondeur à la puissance de VOTRE Féminin, à la sagesse de votre corps, à vos aspirations, à votre courage, à votre puissance, à votre créativité … découvrez mon programme La voie d’Athéna qui démarre en avril !


Retrouvez-moi sur ma page Facebook et sur Instagram pour suivre des articles inspirants et découvrir des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Si je suis en colère, est-ce que je râle ?

4 Déc

Je viens de lire, dans le magazine L’Express, un article écrit par Leslie Rezzoug qui traite de la colère : « Je suis colérique, comment changer ? ». Vous pouvez y accéder en CLIQUANT ICI.

Et la lecture de cet article m’a donné envie d’aborder la question : « Si je suis en colère, est-ce que je râle ? »

Si je suis en colère... Brouillon

Les colériques souffrent de cette difficulté qu’ils ont à exprimer leur mécontentement de manière raisonnable. Ils sentent bien que leur colère les discrédite et ne contribue pas à ce qu’ils se sentent entendus ou soutenus. La forme trop agressive de l’expression de leur colère empêche le dialogue et engendre une souffrance pour celui qui crie ainsi que pour celui qui subit.

Le problème n’est donc pas tant la colère ressentie que la manière dont elle est exprimée. Et on peut donc ressentir de la colère (plus ou moins souvent) sans être colérique. Les personnes qui tentent le challenge « J’arrête de râler » font souvent l’erreur de penser qu’ils n’ont désormais plus le droit de ressentir de la colère. La colère est une émotion et une émotion n’est ni bonne, ni mauvaise. Ce qui compte c’est ce que nous en faisons ! Il est tout à fait possible de ressentir de la colère et de ne pas râler !

Par exemple quand, sous le feu de la colère, j’insulte le Président, mon boss, mon conjoint ou mes enfants… je râle ! Je ressens une frustration intense et je l’expulse vers le premier coupable qui arrive à moi !

Si, sous le feu de la colère, je dis sur un ton tempéré « Je n’en peux plus, j’ai besoin que ça cesse, mon besoin de… (indiquer ici le besoin qui vous concerne) n’est pas satisfait. », je ne râle pas ! Je me laisse traverser par la colère, je l’honore et surtout je cherche à entendre ce qu’elle veut me dire.

Le Dr. Nicolas Neveux, psychiatre interviewé pour cet article, confirme bien une des grandes leçons que j’ai apprise moi-même en faisant le challenge « J’arrête de râler » : « Lorsque l’on est énervé par quelqu’un, l’émotion nous signale que l’un de nos besoins fondamentaux est atteint ». La clé pour réussir le challenge est donc de réussir à identifier ce besoin pour ensuite le satisfaire (facile à dire, pas toujours si simple à obtenir !).

Si vous êtes colérique et que vous voulez réussir le challenge J’arrête de râler, je vous invite à télécharger le KIT J’arrête de Râler dans lequel vous trouverez des ressources pour vous aider à prendre du recul, à mettre de la distance émotionnelle entre la frustration et votre réaction, et à communiquer vos besoins de façon non violente.

Bonne lecture… et bon challenge !

Love & Respect,

Christine Lewicki

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

 

 

Le courage de garder nos coeurs ouverts

23 Nov

Je suis dans une phase de ma vie où j’apprends à écouter mon cœur.

Je me suis rendue compte qu’avec le temps j’avais enrobé mon cœur de couches de protections pour m’empêcher d’être trop vulnérable et de trop souffrir. Un peu comme si je m’étais désensibilisée… détachée de mes émotions.

J’apprends tel un enfant qui apprend à marcher, avec des réussites et des échecs, à vivre chaque jour le cœur grand ouvert. Je me surprends à ressentir plus, à être beaucoup plus sensible. Mon empathie et ma compassion sont exacerbées.

Les attentats du vendredi 13 novembre à Paris ont touché ce cœur tendre et depuis mon âme pleure. Les larmes coulent sur mes joues lorsque je travaille derrière mon écran d’ordinateur, pendant mon cours de yoga, en préparant le dîner …

Mon coeur est ouvert et il a mal.

J’ai plusieurs options devant moi. Je peux m’enflammer de haine et de jugement ou, pour éviter la douleur, je peux  « faire l’autruche »et fermer mon cœur en retournant à mes emails et ma longue « to do list ». 

Je choisis une troisième voie : rester dans l’inconfort de la douleur et de l’incompréhension. Je choisis de garder mon cœur ouvert et de ressentir sans juger. Je choisis de continuer à aimer au milieu de mes larmes car Paris a besoin d’amour.

Moi qui crois tellement en la beauté et la bonté de l’humanité, je me suis dis “Franchement, tu es bien naïve”, “Tu ne comprends rien à ce qui se passe dans ce monde”,  “Tu vis chez les bisounours et tu es complètement à côté de la réalité”. Ces derniers jours, j’ai eu honte de mon optimisme. Je me suis sentie perdue, désorientée.

Alors pour reprendre pied, je me suis recentrée sur mes « fondamentaux » – ce que je sais, ce sur quoi je peux m’appuyer. Une de mes croyances est que nous ne sommes pas aussi séparés que nous le pensons … Nous sommes tous faits d’une même énergie qui nous unit. Cette énergie, c’est la force de vie.

Cette force de vie c’est l’Amour, c’est la Paix.

Notre mission d’humain sur cette terre est de la révéler, de l’activer. Comme si nous avions des petits boutons de Paix et d’Amour en nous et que notre  tâche était d’appuyer dessus pour les illuminer. C’est lorsque nous laissons ces voyants éteints qu’apparaissent les ombres. Ces ombres ne sont pas la vie. Elles sont des projections de nos peurs, de nos doutes et de nos jugements.

Aujourd’hui, ces attentats sont comme un électrochoc qui me rappelle que la paix est en moi et partout autour de moi. Ces évènements si incompréhensibles et douloureux me rappellent l’importance de m’observer quand je me sens séparée des autres, quand je cultive la peur, quand je juge, quand je suis intolérante ou même violente. Et quand je me vois partir… Je fais le choix de revenir à l’Amour.

Oui la vie doit continuer et je veux rester dans cette vie envers et contre tout. Mais je me demande s’il y a une LEÇON à tirer de ces événements. Et si nous avions quelque chose à apprendre de ces actes terroristes ? Et si nous pouvions en ressortir grandis ?

Et si cet électrochoc pouvait nous faire prendre conscience qu’il est urgent que nous incarnions {vraiment} la TOLÉRANCE et la PAIX.



Découvrez mon nouveau podcast Wake Up, Rise Up and Shine!, le podcast à écouter pour démarrer sa journée, et retrouvez-moi sur ma page Facebook et sur Instagram pour suivre des articles inspirants et découvrir des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Vous ne pouvez pas toujours choisir ce qui va vous arriver…

22 Déc

Vous ne pouvez pas toujours choisir ce qui va vous arriver dans la vie.

Vous foncez dans le poteau en reculant, votre ordinateur vous plante, vos enfants sont malades le jour de votre rendez-vous important, vous ne trouvez pas vos clés, votre amoureux vous quitte……

Que ces événements soient petits ou gros, ils sont embêtants et « &% »#@* » et vous ne les avez pas choisis.

Choisir la manière dont nous réagissons aux circonstances de notre vie

Par contre, vous pouvez toujours choisir LA MANIÈRE DONT VOUS RÉAGISSEZ !

Vous pouvez laisser ses événements vous pourrir la vie, vous pouvez rester en colère, aigris, frustrés et vous mettre dans un tel état que vous allez généré encore plus de galères et de mal-être. Vous pouvez chercher un coupable et vous positionner en victime.

OU vous pouvez mettre en pratique ce que j’ai appris en faisant mon challenge pour arrêter de râler.

Commencez par vous donner de la compassion à vous-même.

C’est la galère et vous êtes énervé, déçu…. (choisissez l’émotion qui correspond le mieux à votre état) car votre besoin n’est pas satisfait (besoin d’amour, de soutien, d’efficacité, de sécurité, d’être à l’heure….). Cette étape est essentielle car avant de pouvoir rebondir il est indispensable de prendre le temps d’écouter et de vivre nos émotions. Il n’est pas question d’ignorer la galère ou de forcer la pensée positive. C’est impossible !

Par exemple, vous pouvez dire : « Je ne trouve pas mes clés, je suis frustrée et impatiente car j’ai un RDV important. J’ai mis tellement d’énergie à être prête pour ce rendez-vous et me voilà à retourner la maison comme une folle…. Hum, c’est galère ! J’ai tellement besoin d’être à l’heure et j’aurais aimé pouvoir être sereine. »

Ensuite, vous pouvez CHOISIR votre réaction.

Vous pouvez toujours choisir comment vous voulez que cet événement vous affecte. Vous pouvez choisir que cela vous pourrisse votre journée, votre semaine, votre vie…. Ou vous pouvez changer de perspective et choisir d’y donner l’importance que vous souhaitez. Qu’est-ce qui est si important dans cet événement? écoutez votre réponse.

Vous avez besoin d’être bien vu par la personne avec qui vous avez rendez-vous ? Peut-être pouvez-vous lui passer un coup de fil pour la prévenir de votre retard ? Cela sera sûrement plus efficace que de vous transformer en furie et ensuite de prendre le risque d’avoir un accident de voiture.

Oubliez le drame et prenez soin de vous.

De quoi avez-vous besoin ? Qu’est-ce que vous pouvez tirer comme leçon de cette expérience. Comment avez vous vraiment envie d’être ?

Prendre du recul, élever ma conscience et choisir comment je veux vivre mon quotidien voilà un des grands cadeaux que j’ai pu recevoir avec ce challenge !

Et vous ?

%d blogueurs aiment cette page :