Oser decevoir les autres

11 Avr

Publicités

12 Réponses to “Oser decevoir les autres”

  1. Vanessa mai 6, 2011 à 12:25 #

    Bonjour,
    Je m’appelle Vanessa et j’ai 21 ans. Je viens de commencer à travailler et voilà maintenant 1ans et demie que je partage ma vie avec mon compagnon. Celui me dit je ne sais combien de fois par jour que je râle, sans m’en rendre compte ! Donc en passant devant une librairie à ma sortie de travail, j’ai découvert ce livre, et sur un « coup de coeur », j’me suis dis, aller je le prend et on verra…Il est vrai qu’on ne se rend pas compte à quel point on râle par jour ! Le pire pour moi c’est que tous le monde me le dis et je ne m’en rend même pas compte. Comment faire pour ne plus du tout râler pour que les gens qui se trouvent autour de nous le voient ???
    Je suis actuellement entrin de lire votre livre et au fil des lignes, je m’apercois que tout es vrai. J’éspère donc que celui-ci m’apportera ce dont j’ai besoin. En tout cas, merci à vous pour ce blog qui m’aide bien également.
    Bonne continuation.

    J'aime

    • christinelewicki mai 7, 2011 à 10:31 #

      Tellement contente de savoir que ce livre peux vous aider. Revenez nous voir souvent Vanessa.

      J'aime

  2. carole avril 11, 2011 à 1:48 #

    bonjour,
    oui difficile de ne pas renvoyer la balle!
    et difficile aussi d’envoyer une fleur,j’ai souvent ce truc de me dire: mince j’aurai pas du dire ça mais plutot ça! sur le moment c’est pas facile de trouver une alternative pour arréter cette partie…
    en plus ,on prend le risque de se voir exclure finalement,surtout si les personnes en face ne captent pas cette diversion.
    mais il est évident qu’arréter la partie est bien mieux!!

    J'aime

  3. Magaly avril 11, 2011 à 8:14 #

    Bonjour Christine !

    Merci pour ce nouveau sujet !
    Je trouve très intéressante cette idée d’oser arrêter la partie de ping-pong de râlerie. Même si cela peut être destabilisant au début !
    Et très positif aussi.
    Quand on ne donne plus de matière à râler, alors cela s’arrête naturellement pour laisser la place aus bons moments et au partage d’idées constructives !

    J’en ai fait l’expérience, dans le domaine privé dernièrement, et le résultat a été plus que positif, puisque tout conflit a été évité ! Du coup les problèmes rencontrés se sont réglés pacifiquement !

    Dans le domaine professionnel, je pense que cela doit être plus ou moins semblable ! Travaillant seule je ne peux guère apporter de témoignage !

    C’est un plaisir de découvrir chaque nouvelle vidéo, et un avancement sur la prise de conscience de mes râleries. Mon challenge continue, dans la phase 2 !

    Bonne journée

    J'aime

    • christinelewicki avril 11, 2011 à 1:15 #

      Choisissons de garder notre énergie et nos mots pour ce qui nous  » nourris » ce qui nous  » porte ».

      J'aime

  4. pascal avril 11, 2011 à 8:07 #

    oui en effet, ne rien renvoyer de peur que la discussion s’arrete… les fleurs c est bien mais la personne en face est elle capable de la recevoir? est elle open a ce genre de discussion? car cette discussion demande plus d’investissement personnel que de parler de ralerie… la ralerie est tres communicative! entre raleur bien sur!
    mais cela est une bonne chose de prendre le partie de renvoyer des fleurs…
    je vais essayé.
    a bientot

    J'aime

    • christinelewicki avril 11, 2011 à 1:14 #

      Ah oui Raler est une conversation FACILE qui ne demande aucune implication. C’est une conversation ou on ne demande pas a l’autre de s’élever et on ne le fait pas non plus nous-même. On se sent bien dans la ralerie car on ne prend pas de risques.
      J’en parle dans le livre.

      J'aime

  5. Annabel avril 11, 2011 à 6:57 #

    OUi, je connais bien ça, Christine. Le plus difficile est de renvoyer une fleur à la place de la balle attendue. car si on ne renvoie rien, alors la gêne s’installe pour laisser place au silence et c’est compliqué de continuer la conversation ou même d’en démarrer une autre!
    Je dois cultiver mon jardin de fleurs en somme!
    bonne journée!

    J'aime

    • christinelewicki avril 11, 2011 à 1:13 #

      Ou bien on peux renvoyer quelque chose qui va clore la conversation avec délicatesse. L’idée est de ne pas  » nourrir »…

      J'aime

  6. Véronique avril 11, 2011 à 6:03 #

    Bonjour,

    Je tiens à vous remercier d’avoir créer ce blog qui est vraiment très intéressant et permet un merveilleux travail sur soi. Je ne suis pas encore aller sur toutes les vidéos, mais je me laisse guider.Il y a une semaine, je découvre  » j’arrête de râler  » en allant chercher une vidéo sur les accords toltèques, et comme je fais un travail avec mes chevaux sur nos émotions et leur impact sur eux en tant que miroir, mes amis à quatre jambes n’ont pas manqué de me mettre à l’épreuve pour arrêter de râler. Ces sont des maîtres de la cohérence et l’expérience a été plutôt comique; ils ont vraiment joué le jeu, et c’est comme s’ils avaient déjà anticipé les choses. Si cela vous intéresse, je pourrai vous parler de cette collaboration avec ces êtres magnifiques et paisibles.Il va sans dire que je suis confrontée tous les jours à ce genre de challenge : cohérence, authenticité etc…

    A bientôt
    Véronique

    J'aime

    • christinelewicki avril 11, 2011 à 1:11 #

      Bienvenu sur le Blog Veronique. Je suis bien contente de voir que le Challenge vos parle et que vos chevaux vous aide a prendre conscience de vos émotions.
      Quand je lis la votre description de votre travail avec les chevaux, cela me fait penser a mes enfants 🙂 Eux aussi vivent mes émotions et en deviennent le miroir.

      J'aime

      • Véronique avril 12, 2011 à 7:06 #

        oui, étant donné qu’ils sont très proches de vous ils captent tout. Le travail avec les chevaux nous aide à prendre conscience de notre état intérieur qui se reflète à l’extérieur . De plus, du fait qu’il sont des proies dans la nature, ils ont développé une très grande conscience socio-sensuelle ( capacité à être touché par l’humeur d’une autre personne, par son environnement ).

        Hier matin ( 11 Avril ), nouveau travail avec mes chevaux. Quand je commençais à râler, j’avais bien conscience qu’ils voulaient me communiquer quelque chose, et quand je sentais monter la vague, je m’interrogeait sur ce qui me poussait à râler. Ce qu’il y a de génial avec les chevaux, c’est que dès que nous reconnaissons une émotion, tout se calme, car même si l’émotion est toujours présente ( et nous ne devons pas la supprimer car elle nous indique quelque chose ), nous devenons cohérent avec nous même. Etre clair avec soi-même, tout simplement. Les chevaux nous guident dans cet apprentissage, car il n’y a pas de jugement. Effectivement, les enfants ont cette même sensibilité. Alors je pense à vous dès que je commence à râler et cela devient un nouvel outil pour moi.
        Bonne journée

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :