Le courage de garder nos coeurs ouverts

23 Nov

Je suis dans une phase de ma vie où j’apprends à écouter mon cœur.

Je me suis rendue compte qu’avec le temps j’avais enrobé mon cœur de couches de protections pour m’empêcher d’être trop vulnérable et de trop souffrir. Un peu comme si je m’étais désensibilisée… détachée de mes émotions.

J’apprends tel un enfant qui apprend à marcher, avec des réussites et des échecs, à vivre chaque jour le cœur grand ouvert. Je me surprends à ressentir plus, à être beaucoup plus sensible. Mon empathie et ma compassion sont exacerbées.

Les attentats du vendredi 13 novembre à Paris ont touché ce cœur tendre et depuis mon âme pleure. Les larmes coulent sur mes joues lorsque je travaille derrière mon écran d’ordinateur, pendant mon cours de yoga, en préparant le dîner …

Mon coeur est ouvert et il a mal.

J’ai plusieurs options devant moi. Je peux m’enflammer de haine et de jugement ou, pour éviter la douleur, je peux  « faire l’autruche »et fermer mon cœur en retournant à mes emails et ma longue « to do list ». 

Je choisis une troisième voie : rester dans l’inconfort de la douleur et de l’incompréhension. Je choisis de garder mon cœur ouvert et de ressentir sans juger. Je choisis de continuer à aimer au milieu de mes larmes car Paris a besoin d’amour.

Moi qui crois tellement en la beauté et la bonté de l’humanité, je me suis dis “Franchement, tu es bien naïve”, “Tu ne comprends rien à ce qui se passe dans ce monde”,  “Tu vis chez les bisounours et tu es complètement à côté de la réalité”. Ces derniers jours, j’ai eu honte de mon optimisme. Je me suis sentie perdue, désorientée.

Alors pour reprendre pied, je me suis recentrée sur mes « fondamentaux » – ce que je sais, ce sur quoi je peux m’appuyer. Une de mes croyances est que nous ne sommes pas aussi séparés que nous le pensons … Nous sommes tous faits d’une même énergie qui nous unit. Cette énergie, c’est la force de vie.

Cette force de vie c’est l’Amour, c’est la Paix.

Notre mission d’humain sur cette terre est de la révéler, de l’activer. Comme si nous avions des petits boutons de Paix et d’Amour en nous et que notre  tâche était d’appuyer dessus pour les illuminer. C’est lorsque nous laissons ces voyants éteints qu’apparaissent les ombres. Ces ombres ne sont pas la vie. Elles sont des projections de nos peurs, de nos doutes et de nos jugements.

Aujourd’hui, ces attentats sont comme un électrochoc qui me rappelle que la paix est en moi et partout autour de moi. Ces évènements si incompréhensibles et douloureux me rappellent l’importance de m’observer quand je me sens séparée des autres, quand je cultive la peur, quand je juge, quand je suis intolérante ou même violente. Et quand je me vois partir… Je fais le choix de revenir à l’Amour.

Oui la vie doit continuer et je veux rester dans cette vie envers et contre tout. Mais je me demande s’il y a une LEÇON à tirer de ces événements. Et si nous avions quelque chose à apprendre de ces actes terroristes ? Et si nous pouvions en ressortir grandis ?

Et si cet électrochoc pouvait nous faire prendre conscience qu’il est urgent que nous incarnions {vraiment} la TOLÉRANCE et la PAIX.



Découvrez mon nouveau podcast Wake Up, Rise Up and Shine!, le podcast à écouter pour démarrer sa journée, et retrouvez-moi sur ma page Facebook et sur Instagram pour suivre des articles inspirants et découvrir des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

2 Réponses vers “Le courage de garder nos coeurs ouverts”

  1. Eleama O. novembre 24, 2015 à 10:53 #

    Mon fonctionnement par défaut me semble être d’avancer le coeur grand ouvert. Hypersensible et hyperempathique, j’ai toujours pleuré devant les infos, pleuré en cours d’histoire, pleuré pour tous les gens qui souffrent.
    Récemment, j’ai vécu un syndrome de stress post-traumatique et le trop plein de souffrance m’a fait me fermer à mes émotions. A ce moment là, je pense que c’était nécessaire… Un réflexe de survie.
    Mais maintenant que je vais mieux, il me semble que je ne réussis pas à me réouvrir. Ça m’est apparu particulièrement lors des attentats. Pas une larme. Ça ne me ressemble pas mais je ne sais pas quoi en penser. C’est bien plus confortable de vivre comme ça mais j’ai l’impression de me renier, que d’être témoin et de compatir avec ces gens est en quelque sorte ma « mission »…
    Cet article me rappelle l’importance de ne pas renier les émotions négatives, parce qu’elles font partie de la vie. On ne peut pas renier les émotions « négatives » sans atténuer aussi les positives.
    Alors je ne sais pas encore comment je vais faire et combien de temps ça va me prendre, mais je vais réouvrir mon coeur.

    Merci pour ce bel article ❤

    Aimé par 1 personne

Trackbacks/Pingbacks

  1. Choisir la grâce | Two languages, One voice - janvier 20, 2016

    […] terme “bodichitta” fait référence à cette décision, cette volonté de garder son coeur ouvert.Bodhi signifie «éveillé», «éclairé» ou «complètement ouvert». Chitta […]

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :