Tag Archives: Vie quotidienne

Qualité de vie au travail, moi d’abord !

11 Juin

Cet article percutant est écrit par Emmanuelle Nave, co-auteure du livre J’arrête de râler au boulot, découvrez comment gagner une copie du livre en bas de l’article !

Je suis DRH de Mutuaide Assistance, filiale de Groupama, et à ce titre responsable de la politique Qualité de Vie au Travail (QVT) de notre entreprise, avec le comité de direction et mon équipe RH. Nous réfléchissons, également avec les représentants du personnel et les salariés eux-mêmes, à ce que nous souhaitons mettre en place dans l’objectif de garantir une bonne qualité de vie au travail pour les collaborateurs. Du babyfoot au programme de soutien de nos salariés qui, de part de notre métier, assistent nos clients dans les épreuves de la vie, en passant par la prévention de la posture au poste, du sommeil, de la gestion du stress, les réflexions à ouvrir sur la charge de travail, et au cœur de cela une attention déterminée et quotidienne envers nos managers, en leur donnant les clés pour progresser dans le management par la confiance.

Par Emmanuelle Nave

Nous allons dans les prochaines années améliorer notre environnement de travail par un déménagement dans des locaux plus adéquats ; faire évoluer nos outils de travail, revisiter nos process pour mieux servir nos clients et fluidifier le quotidien de nos équipes, optimiser le reporting pour que nos managers aient plus de temps pour l’accompagnement… Mais pour moi, au cœur de la QVT, il y a la relation, parce que la relation est au cœur de la vie. Relations avec nos clients externes ou internes, relations entre managers et managés, relations entre collègues, relations individuelles ou collectives.

Nos projets pour prendre soin des relations sont nombreux également : introduction des techniques de médiation pour l’équipe RH, sensibilisation à la méthode de communication non violente pour tous, programmes de soutien entre pairs, coaching à la carte pour les managers, évolution de nos entretiens annuels par l’introduction d’un retour du managé sur le management dont il a besoin, développement du feedback positif et permanent…

Voilà pour mon job de DRH. Mais chaque matin, en entrant à Mutuaide, je me dis : toi, Emmanuelle, qu’est-ce que tu fais aujourd’hui, dans chacune de tes rencontres, pour prendre soin de ta qualité de vie au travail, et de celle des autres ? Tu es capable d’écrire un beau programme, mais l’incarnes-tu chaque jour ?

C’est un chemin permanent.

Prendre soin tout d’abord de MA qualité de vie au travail !

  • Est-ce que je suis suffisamment attentive à mon équilibre général, mon sommeil, l’organisation de mes tâches, les espaces de respiration ? Est-ce que je prends soin de mes relations, avec mon équipe, mes collègues, les collaborateurs, les représentants du personnel ? Quel type de relations ai-je envie de vivre au bureau ? Et que fais-je concrètement pour les créer ?
  • Est-ce que j’alimente la critique ambiante, est-ce que je me complais à pointer les imperfections des autres et les dysfonctionnements ? Est-ce que je cherche à bien faire entendre mes insatisfactions, à imposer mon point de vue, à montrer ma force à l’autre, à ne pas plier, à démontrer à quel point j’ai raison et les autres tort ?
  • Ou bien, est-ce que j’essaie d’avancer en acceptant l’imperfection, la mienne et celle des autres, parfois dans notre difficulté à nous parler ? Est-ce que je laisse de la place à l’autre, quitte à laisser un peu de la mienne ? Est-ce que chaque jour j’arrive à orienter mon attention sur le bon dans mon travail, dans cette entreprise, tout ce que chacun fait de bien, tout ce que nous réussissons ensemble ?

Pour moi c’est cela, prendre soin de ma qualité de vie au travail. C’est être conscient des opportunités, si nombreuses dans la journée, pour créer moi-même un environnement favorable à mon bien-être, à mon bien-vivre. Parfois j’y parviens, parfois c’est plus difficile.

Je ne peux pas bien prendre soin de la QVT des autres, de l’entreprise, si je ne prends pas d’abord soin de la mienne.

Le challenge « J’arrête de râler au boulot » a été pour moi un déclencheur dans cette prise de conscience. Je créé à 80% au moins l’environnement qui m’entoure. Arrêter de râler au boulot, ce n’est pas se taire, c’est commencer autre chose : prendre conscience de mes besoins et de mes frustrations, en prendre la responsabilité, et agir pour les satisfaire.

En écrivant ce livre avec Christine Lewicki, nous avons eu envie de partager cette découverte que nous avons faite l’une et l’autre en la vivant : j’ai réellement la capacité, le pouvoir même, d’agir sur ma qualité de vie au travail, et en le faisant, j’en fais profiter les autres et je contribue à la leur. C’est Gandhi qui nous a guidées tout au long de l’écriture : « Soyons le changement que nous souhaitons voir dans le monde ».

Prêts à relever le défi ?

  • Gagnez un exemplaire du livre « j’arrête de râler au boulot » en allant sur la page Facebook de Christine et répondez jusqu’au 20 juin 2018 à la question :

Comment prenez-vous en charge votre Qualité de Vie au Travail ?

suivi du tag #JarretedeRalerauBoulot en commentaire du post en haut de sa page.

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

 

Publicités

On arrête de râler au boulot chez « Elle » !

24 Mai

Un chouette article dans le magazine Elle du 11 mai à l’occasion de la sortie de mon livre « j’arrête de râler au boulot » !

Screen Shot 2018-05-22 at 09.42.33Quelle joie de voir le message de j’arrête de râler au boulot se propager dans le monde du travail et dans tous les médias !

Screen Shot 2018-05-22 at 09.50.03Une lectrice témoigne« Parfois, avec mes collègues, on râle tellement au travail que c’en est vertigineux, j’ai l’impression qu’on passe plus de temps à se plaindre qu’à bosser ! Tout le monde râle, contre son chef, contre ses collègues, contre ses conditions de travail… avec Delphine contre Marie mais aussi avec Marie contre Delphine ».

[…] En effet, très souvent nous râlons parce que nous avons I’impression de ne pas avoir été reconnus à notre juste valeur. Cela exprime un besoin de reconnaissance non assouvi. Et puis en prenant pour cible un collègue ou un responsable on sous entend que nous aurions fait autrement, que nous valons mieux. C’est une façon de retrouver son estime de soi » […] Bien souvent nos plaintes renvoient à une souffrance cachée inconsciente qui est liée à notre histoire personnelle […]

Le « Syndrome de Phèdre  » 

[…] Certaines personnes dans leur enfance ont pu avoir I’impression de ne pas être assez aidées, épaulées. Elles ont souffert d’un sentiment d’abandon. Dès lors n’importe quel évènement de la vie professionnelle peut raviver cette douleur […]

« Tout m’afflige me nuit et conspire à me nuire »  Phèdre.

[…] La pauvre héroïne de Racine a I’impression que tout ce qui lui arrive est dirigé contre elle. N’en connaissons nous pas tous de ces « Phèdres d’entreprises » qui se comportent comme si le monde s’était ligué pour les faire souffrir (ou du moins le service comptabilité) ? Malheureusement, rappelons à toutes les « Phèdres de l’Open Space » que la râlerie nest pas d’un grand secours […]

Et si râler au bureau n’était pas qu’une occupation anecdotique et innocente ? Et si nous devions lutter quotidiennement contre ce réflexe pour notre hygiène mentale ?

Voilà enfin un objectif positif que I’on pourrait se fixer au travail !

Pour découvrir l’article dans son intégralité, lisez la version pdf de l’article : J’arrête de râler au boulot ! @ELLE

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Mon nouveau livre « J’arrête de Râler au Boulot » est disponible !

30 Mar

Ça y est ! Mon nouveau livre, J’arrête de râler au boulot, est disponible en pré-commande sur internet dès aujourd’hui et vous pourrez vous le procurer en librairie à partir du 12 avril 2018 !

Ce nouveau livre, j’ai eu le plaisir de l’écrire à 4 mains avec ma très chère amie Emmanuelle Nave qui exerce avec passion le métier de directrice des relations humaines depuis 20 ans.

couvertureJarreteDeRalerAuBoulot-C1-V2

Nous avons écrit ce livre en nous basant sur les 10 convictions suivantes :

    1. Il y a plein de raisons valables de râler au boulot !
    2. Nos râleries du quotidien ont un objectif, celui de prendre soin de nos besoins, mais la stratégie que nous utilisons (râler) ne marche pas ! En râlant, nous espérons amener les autres à rejoindre notre point de vue ou à changer, mais nous cultivons au contraire un climat de fuite ou de défense.
    3. La source de nos résistances réside dans nos habitudes. Nous réagissons trop souvent en pilote automatique sans avoir conscience de l’impact de notre comportement sur notre expérience au travail.
    4. De nombreux projets, petits ou grands, sont mis en échec par des comportements relationnels empreints de cynisme ou de critique, alors que l’envie profonde de chacun est d’évoluer dans un environnement optimiste et bienveillant.
    5. Nous avons la capacité de changer nos habitudes et de développer une nouvelle posture plus satisfaisante vis-à-vis des frustrations rencontrées au quotidien. Nous pouvons ainsi nous donner les moyens de développer des relations humaines au travail plus nourrissantes et constructives.
    6. Notre lieu de travail, avec ses activités et ses relations, peut être un lieu d’épanouissement personnel, pour chacun d’entre nous, et au service d’un objectif commun. Le travail, avant d’être facteur de risque, est un facteur de santé.
    7. Le monde professionnel peut être un lieu de partage d’humanité, un lieu de qualité et d’équilibre de vie.
    8. Les relations humaines positives sont un levier puissant de réussite des projets collectifs.
    9. Il n’y a pas de goutte d’eau inutile. Chaque petit changement compte, chacun, quel que soit son poste dans l’entreprise, peut contribuer à en faire le lieu dans lequel il a envie d’évoluer.
    10. Notre certitude profonde est que nous disposons, à l’échelle individuelle, de beaucoup plus de pouvoir que nous ne l’imaginons pour transformer notre expérience au travail et celle de notre entourage. Notre ambition est de faire bénéficier le plus grand nombre de cette découverte merveilleuse.

Qu’en pensez-vous ? Quelles sont vos convictions ? Dans quel environnement professionnel, avec vos collègues, supérieurs, fournisseurs, clients, partenaires souhaitez-vous travailler ?

Je suis très curieuse de lire vos réponses à ces questions dans la section commentaires de cet article !

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Lâcher prise au travail !

26 Mar

“Si je pense que vous êtes mon problème, je suis fou” – Katie Byron

Connaissez-vous cette situation en entreprise où dès qu’une frustration émerge, nous mettons toute notre énergie à juger, à rejeter et à accuser le « coupable » ? Parfois, nous attachons plus d’importance au fait de résister et de protester qu’au problème lui-même !

Ne trouvez-vous pas que cette aptitude à nous focaliser sur ce que font (ou ce que ne font pas) nos collègues est fascinante ? Alors que nous pourrions commencer par accepter la situation.

Lâcher prise au travail

 

Par principe, par habitude, nous résistons et nous râlons. En acceptant la situation, en cessant de vouloir tout contrôler, nous libérons notre énergie pour mobiliser nos ressources à trouver des solutions.

Attention, lâcher prise ne veut pas dire être d’accord ou approuver ! Cela signifie que nous ne gâchons pas notre énergie à résister les décisions ou actions de nos collègues ou de nos supérieurs. Nous faisons le choix de mettre notre attention sur ce que nous pouvons faire et sur comment nous voulons évoluer au sein d’une situation non idéale. Nous faisons le choix de ne pas être victime de la situation !

Connaissez-vous l’histoire des chasseurs de singe ?

Le singe et la noix de coco

« En Malaisie, les fermiers utilisent une technique pour attraper les singes qui abîment leurs cultures : ils pratiquent une incision dans une noix de coco, la vident de son jus et y insèrent du riz. L’incision est juste assez large pour qu’une main fine y entre, en revanche pas assez grande pour qu’une main pleine de riz sorte. Le singe en entrant sa main dans la noix et en s’emparant d’une poignée de riz, ne peut plus retirer sa main pleine maintenant trop grosse pour passer par l’orifice. Pendant qu’il s’acharne, le chasseur s’approche et attrape aisément le singe ainsi retenu. L’animal peut à tout moment retrouver sa liberté, il lui suffit de lâcher le riz et de s’échapper. Mais pour cela, il doit abandonner quelque chose d’important pour lui, sa nourriture. »

Combien de fois laissons-nous ainsi notre esprit nous tenir captif ?  Pourtant, nous pouvons nous libérer de nombreuses souffrances si nous parvenons à lâcher-prise. Pour cela, nous devons apprendre à nous détacher de la façon dont nous pensons que les autres « devraient agir ».

La prochaine fois qu’un collègue vous irrite, au lieu de le critiquer ou de râler, détachez-vous de ce qui ne vous plaît pas et concentrez-vous sur VOTRE part du travail et sur la façon dont VOUS pouvez faire avancer les choses. Vous serez étonné des transformations qui s’opéreront grâce à ce simple changement dans votre attitude !

Et pour plus d’astuces pour lâcher-prise au travail, commandez mon tout nouveau livre J’arrête de Râler au Boulot, co-écrit avec Emmanuelle Nave, directrice des relations humaines, il sera disponible en librairie dès le 12 avril 2018 !

couvertureJarreteDeRalerAuBoulot-C1-V2

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Votre calendrier pour arrêter de râler en 2018 !

4 Jan

Le challenge « J’arrête de râler » consiste à ne pas râler pendant 21 jours consécutifs. Chaque fois que l’on râle on remet les compteurs à zéro, mais du coup parfois on ne se souvient plus trop où nous en sommes dans le décompte ! Pour vous aider, j’ai le plaisir de vous offrir le CALENDRIER J’arrête de râler !

Je télécharge mon calendrier « J’arrête de Râler en 2018 ! »

Si vous réussissez à ne pas râler pendant une journée, mettez un « X » sur la date.
Si vous râlez, inscrivez le nombre de râleries par jour.

Lorsque vous râlez, le compte à rebours des 21 jours repart à zéro.

OBJECTIF : 21 « X » à la suite !

COUV

Ce calendrier deviendra un allié pour vous rappeler d’arrêter de passer une partie de votre précieux temps à vous plaindre sur ce qui ne va pas dans le bon sens, un allié qui vous soutient dans votre volonté de ne plus résister VOTRE vie.

Screen Shot 2017-12-22 at 09.00.08

Découvrez la citation qui accompagne chaque mois de l’année, téléchargez gratuitement le calendrier et offrez-le à toutes vos connaissances qui pourraient en bénéficier !

Je télécharge mon calendrier « J’arrête de Râler en 2018 ! »

Cette année est entre VOS mains. Je me réjouis de découvrir ce que vous avez l’intention d’en faire !

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Si je suis en colère, est-ce que je râle ?

4 Déc

Je viens de lire, dans le magazine L’Express, un article écrit par Leslie Rezzoug qui traite de la colère : « Je suis colérique, comment changer ? ». Vous pouvez y accéder en CLIQUANT ICI.

Et la lecture de cet article m’a donné envie d’aborder la question : « Si je suis en colère, est-ce que je râle ? »

Si je suis en colère... Brouillon

Les colériques souffrent de cette difficulté qu’ils ont à exprimer leur mécontentement de manière raisonnable. Ils sentent bien que leur colère les discrédite et ne contribue pas à ce qu’ils se sentent entendus ou soutenus. La forme trop agressive de l’expression de leur colère empêche le dialogue et engendre une souffrance pour celui qui crie ainsi que pour celui qui subit.

Le problème n’est donc pas tant la colère ressentie que la manière dont elle est exprimée. Et on peut donc ressentir de la colère (plus ou moins souvent) sans être colérique. Les personnes qui tentent le challenge « J’arrête de râler » font souvent l’erreur de penser qu’ils n’ont désormais plus le droit de ressentir de la colère. La colère est une émotion et une émotion n’est ni bonne, ni mauvaise. Ce qui compte c’est ce que nous en faisons ! Il est tout à fait possible de ressentir de la colère et de ne pas râler !

Par exemple quand, sous le feu de la colère, j’insulte le Président, mon boss, mon conjoint ou mes enfants… je râle ! Je ressens une frustration intense et je l’expulse vers le premier coupable qui arrive à moi !

Si, sous le feu de la colère, je dis sur un ton tempéré « Je n’en peux plus, j’ai besoin que ça cesse, mon besoin de… (indiquer ici le besoin qui vous concerne) n’est pas satisfait. », je ne râle pas ! Je me laisse traverser par la colère, je l’honore et surtout je cherche à entendre ce qu’elle veut me dire.

Le Dr. Nicolas Neveux, psychiatre interviewé pour cet article, confirme bien une des grandes leçons que j’ai apprise moi-même en faisant le challenge « J’arrête de râler » : « Lorsque l’on est énervé par quelqu’un, l’émotion nous signale que l’un de nos besoins fondamentaux est atteint ». La clé pour réussir le challenge est donc de réussir à identifier ce besoin pour ensuite le satisfaire (facile à dire, pas toujours si simple à obtenir !).

Si vous êtes colérique et que vous voulez réussir le challenge J’arrête de râler, je vous invite à télécharger le KIT J’arrête de Râler dans lequel vous trouverez des ressources pour vous aider à prendre du recul, à mettre de la distance émotionnelle entre la frustration et votre réaction, et à communiquer vos besoins de façon non violente.

Bonne lecture… et bon challenge !

Love & Respect,

Christine Lewicki

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

 

 

J’arrête de chialer !

23 Oct

Je suis ravie de vous présenter la sortie de mon livre « j’arrête de chialer » au Canada… Non il ne s’agit pas d’arrêter de pleurer, « chialer » signifie bien râler en français canadien !
Screen Shot 2017-10-22 at 10.40.22 AM

Radio Canada m’a interviewée à l’occasion de la sortie du livre.

Durant cet entretien, j’aborde entre autres :

  • Pourquoi le challenge de 21 jours n’est pas chose simple.
  • Faire un effort de 21 jours consécutifs littéralement développe de nouvelles connections neuronales dans notre cerveau !
  • Quelles sont les options possibles pour ne plus jouer le rôle de victime dans notre quotidien ?

Venez écouter l’entretien et les délicieuses expressions de mon interlocutrice !

Alors, est-ce que vous « chialez » encore un peu… beaucoup ?

Aimeriez-vous vous libérer de cette posture de victime et reprendre les rênes de votre vie ?

Si vous ressentez le besoin d’aller plus loin sur « j’arrête de râler » qui fait partie du 3ème principe fondamental de WAKE UP (Je crée ma réalité avec mes mots), et de déclencher ce changement profond vers une vie plus alignée et épanouissante, retrouvez-moi pour un week-end transformateur autour des 4 Principes fondamentaux de WAKE UP du 1er au 3 décembre 2017 à Lyon.

N’attendez plus et découvrez nos tarifs préférentiels pour toute inscription jusqu’au mardi 31 octobre 2017 ! 

Christine Lewicki | WAKE UP | Coaching | Développement personnel

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Un outil pour développer les habitudes au service de votre vie

6 Oct

Et si nous profitions de l’automne pour mettre les choses à plat, retirer de notre vie ce qui ne nous convient pas et mettre en place les choses que nous voulons ?

Avez-vous identifié des habitudes que vous aimeriez prendre mais que vous n’arrivez pourtant pas à ancrer dans votre quotidien ?

Découvrez dans cette vidéo un outil simple mais puissant que j’ai mis en place depuis quelques semaines pour m’organiser et me donner les moyens de développer les nouvelles habitudes qui vont soutenir la vie que je veux me créer.

Et CADEAU – je vous offre les grilles à télécharger et afficher CHEZ VOUS ! Vous pouvez même choisir la couleur assortie à votre déco !

Alors, quelles habitudes allez-vous développer demain ?

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

 

3 astuces pour exprimer clairement nos attentes et ne plus râler au boulot…

16 Sep

Combien de fois sommes-nous victime de notre propre flou ? Nous râlons parce que les choses ne sont pas faites comme nous le voudrions, mais finalement, avons-nous vraiment pris le temps d’expliquer clairement ce que nous attendions ? Nous sommes frustrés du manque d’engagement et de professionnalisme de nos collègues, mais avons-nous pris le temps de leur faire connaître précisément nos critères de satisfaction ?

Copy of 3 astuces pour exprimer clairement nos attentes (1)

Combien de fois faisons-nous des demandes qui n’en sont pas vraiment ? Nos requêtes sont floues au lieu d’être précises sur ce qui est attendu, par qui et dans quel délai.

  • Astuce #1 : Identifier une personne précise à qui faire notre demande

Nous faisons des demandes vagues qui s’adressent à tout le monde et donc à personne telles que : « Qui peut préparer ce dossier avant la prochaine réunion ? », ou « il faudrait réorganiser notre classement », ou encore, « avant la fin du mois on doit remonter le nouveau tableau de bord au siège ».

« On », « Qui », « Il faudrait » : c’est facile ainsi pour chacun de ne pas se sentir vraiment concerné ou de faire un peu l’autruche. Nous nous adressons au groupe de manière large et sommes déçus du manque de mobilisation, alors que nous aurions pu solliciter directement la personne qui, selon nous, est la mieux placée pour porter le projet.

Ainsi au lieu de dire : « Qui peut s’occuper de ce client ? », que pensez-vous de : « Jean Paul, je pense que tu es le mieux placé pour régler la problématique que nous rencontrons avec ce client. Peux-tu avant la fin de la semaine prendre contact avec lui par téléphone et lui expliquer avec précision pourquoi nous rencontrons actuellement un délai ? Si tu as besoin que je te briefe avant, je suis disponible demain matin à 9h15, qu’en penses-tu, comment te sens-tu à l’idée de prendre en charge ce dossier ? ».

  • Astuce #2 : Définir notre attente en terme de contenu

Parce que nous avons envie d’être sympa et de ne pas trop mettre la pression sur l’autre, nous restons souvent évasifs sur nos attentes de contenu.

Nous disons : « Pourrais-tu, quand tu as le temps, me faire un petit topo sur ce sujet ? ». Que voulons-nous dire par « Petit topo » ? Quel degré d’information attendons-nous précisément ? Que mettons-nous sous le mot « petit » ? Serons-nous satisfait d’un récapitulatif bref sur une page ? Ou avons-nous dit « petit » pour nous déculpabiliser de faire une demande alors qu’en fait nous aimerions un retour assez complet ? Cela pourrait plus être intéressant et motivant pour l’intéressé d’expliquer dans notre demande, dans quel contexte ce « topo » sera utilisé ensuite. Qu’est-ce que nous cherchons à comprendre, à identifier ?

  • Astuce #3 : Donner un délai précis

« Quand tu as le temps », « A l’occasion », « bientôt »…

Mais, il le faudrait pour quand ? Si cela n’est pas urgent, à quel moment est-ce trop tard ? Nous demandons à nos collègues d’apprendre à gérer leurs priorités et cela pourrait les aider immensément si nous précisions le degré d’importance et d’urgence de notre demande à nos yeux. « J’ai besoin de le recevoir avant la fin du mois afin de m’en servir pour la présentation des nouveaux produits que je dois faire au comité de direction. Est-ce possible pour toi ? ».

Apprenons à faire des demandes claires qui s’adressent directement à une personne ou un groupe de personnes clairement identifié, avec une description précise de ce qui est attendu dans le fond, dans la forme et dans la durée. Nous nous donnons ainsi les moyens d’être vraiment entendus !

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Apprendre à avoir le mot juste… ou la clé de la sérénité !

21 Août

Combien de fois au travail on se retrouve à dire “ C’est toujours moi ”, “ C’est toujours pareil ”, “ C’est infernal ”, “ Ils sont tous incompétents ”, “ Les clients ne sont jamais contents ” !

On généralise, on omet, on exagère, on amplifie… et l’on ne trouve pas le mot juste. On accuse les transports (les bouchons ou le temps d’attente dans le métro) pour notre retard, alors que – soyons honnêtes – nous sommes partis en retard de chez nous ou nous sommes partis tellement « juste » qu’il aurait fallu que tous les feux soient verts pour arriver à l’heure !

On finit par croire ce que l’on dit et cela distord notre réalité ! Nous nous convainquons que nous sommes victimes de la vie.

Apprendre à avoir le mot juste... (2)

Bien sûr, ce n’est pas consciemment mais par habitude, que nous agissons ainsi – car nous adoptons un mode de fonctionnement accepté dans notre société. Ce n’est pas bien grave, se dit-on ! Et pourtant, en employant des mots qui ne sont pas exacts ou justes, nous tuons peu à peu notre propre intégrité (il en est de même chaque fois que nous ne respectons pas nos engagements envers nous-même ou autrui).

Cette entrave à notre intégrité (pourtant si anodine !) nous affecte bien plus que nous ne le pensons.  Elle brouille notre perception des événements et, petit a petit, nous éloigne de notre centre.

Une source de sérénité infinie naît du simple fait de s’appliquer à être impeccable dans notre communication. Dire les choses comme elles sont tout simplement, supprimer nos petits mensonges, décrire les problèmes sans exagérer…

J’ai l’intime conviction que lorsque nous arrivons à naviguer les aléas de notre quotidien de façon intègre, dans nos paroles et dans nos actes, nous pouvons alors connecter avec notre puissance intérieure et cultiver un rapport authentique, riche et délicieux avec les personnes qui nous entourent.

Essayez et vous verrez ! Pour creuser davantage sur ce sujet, je vous invite à lire le célèbre ouvrage, Les quatre accords toltèques : La voie de la liberté personnelle.

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Ensemble pour aller plus loin, le {Cercle} !

4 Août

Dans la vie, tout est créé deux fois ! D’abord au niveau de l’idée, ensuite au niveau de l’action. Parmi ceux d’entre vous qui lisez cet article, certains sont plutôt doués pour générer des idées, d’autres pour agir.

Et pourtant, pour réellement arriver à une création, les deux sont nécessaires ! Durant les retraites WAKE UP et RISE UP que j’organise, je me réjouis de voir les participants s’ouvrir aux possibles et développer des idées de mission de vie brillantes ! Leurs visages s’éclairent, s’illuminent, éblouis (et parfois effrayés !) par leur capacité à créer ces idées. Animés par une vision si belle, si réjouissante, ils craignent de laisser leur quotidien engloutir ces nouvelles possibilités qu’ils ont pu voir pour eux-mêmes et pour le monde. Il n’est pas question de ne pas passer à l’action ! Ils savent que c’est la mise en oeuvre de leurs idées qui va leur permettre de ne plus vivre leur vie à moitié endormis.

Là est l’objectif de mon programme de coaching en ligne, Le {Cercle} que j’anime depuis 2013.

Le Cercle

Ce programme d’accompagnement apporte le besoin de soutien que ressentent des personnes qui ont de belles idées plein la tête mais ne savent pas comment les transformer en action ou comment trouver le momentum pour entreprendre leur réalisation dans la durée. Elles souhaitent garder un élan aérien, s’entourer de personnes aussi motivées et bénéficier de mentoring et de coaching afin que la routine du quotidien ne prenne pas le dessus sur leur vision de vie. Un certain nombre des membres du {Cercle} sont des participants de mes Retraites et Forums qui ne veulent pas que le quotidien leur dérobe l’incroyable énergie créée pendant ces stages.

Témoignage Emilie Bis

Dans la vie, nous ne pouvons pas choisir toutes les personnes qui nous entourent. Nous nous retrouvons parfois dans une “conversation ambiante quotidienne” nourrie par certains de nos proches (parfois ceux que nous aimons pourtant le plus !) qui nous “coupent les pattes” au lieu de nous donner des ailes.

Dans le quatrième principe de WAKE UP “Je prends soin de ma source”, une des clés est de choisir les personnes qui nous entourent, des personnes qui voient le bon en nous quand nous nous retrouvons à douter, qui sont capables de porter notre vision quand nous avons l’impression d’être dans le brouillard le plus complet. Rejoindre le {Cercle}, c’est faire le choix de s’entourer de personnes qui nous soutiennent. C’est savoir que nous avons à nos côtés une communauté que nous retrouvons – deux fois par mois par téléphone et en continu via un groupe privé sur Facebook – pour nous soutenir dans le dépassement de nos peurs, de nos obstacles et surtout dans la mise en oeuvre de nos idées.

J’ai d’ailleurs choisi le terme “Cercle” pour nommer ce programme car ce mot vient du latin “circulus” qui évoque l’énergie forte et solidaire qui est l’essence de ce groupe. Il y a un grand bénéfice à partager nos idées avec les autres, à les écouter parler de leurs avancées et de leurs obstacles, et à entendre leurs retours sur nos projets. Ceux d’entre vous qui font (ou ont fait) partie d’un sport collectif connaissent bien la puissance de la dynamique du groupe. Lorsque nous nous entrainons, nous sommes portés par les efforts et les réussites des membres de notre équipe et lorsque nous échouons, nous sommes soutenus par eux.

Le {Cercle}, c’est une “équipe” de personnes qui partagent leurs idées, leurs obstacles, leurs avancées… leurs réussites ! J’ai ainsi pour habitude de commencer les appels en invitant chaque personne qui le souhaite à célébrer les (petits ou grands) pas qu’elles ont faits depuis le précédent appel. Il se produit alors un effet d’émulation. En célébrant là où nous en sommes, nous reconnaissons que chaque petit pas (même un faux pas) est une étape qui fait partie du chemin pour arriver à faire décoller nos projets. Et nous sommes alors moins susceptibles de nous décourager !

Découvrez le programme du {Cercle}, ses modalités d’accès et les formules d’abonnement, avec ou sans engagement et avec ou sans séances de coaching individuel.

Je suis heureuse de vous présenter ici quatre personnes qui ont catapulté leur projet !

  • Esther est une des membres actuels du groupe. Esther a rejoint le CERCLE suite à sa participation au {Forum} WAKE UP en mars 2016. Pendant ce Forum, elle a mis en mots sa mission de vie. Elle veut révolutionner le petit-déjeuner des Français pour les inspirer à démarrer leur journée en mangeant sainement, dans le plaisir et le respect de leur corps !

Témoignage Esther

Un an plus tard, Esther a signé un contrat pour écrire des chroniques “petit-déjeuner” pour le magazine Féminin Bio. Elle a envoyé son synopsis chez un éditeur pour publier un livre, elle a participé au concours du petit-déjeuner gourmand et sa brillance a été reconnue puisqu’elle a reçu le 3ème prix amateur. Elle travaille actuellement à la mise en place d’un programme pour les grands restaurants et hôtels de France. En un an, son activité a été catapultée !

  • Valérie, membre actuelle du {Cercle}, initialement ingénieure, a, elle aussi, concrétisé son rêve en devenant sophrologue et coach certifiée et en créant des ateliers “Confiance en Soi” dans sa région.

Dans la vidéo ci-dessous, Valérie témoigne en quoi la dynamique du {Cercle} l’a aidée à entamer sa reconversion professionnelle et à lancer son activité, petit pas après petit pas, dépassant ainsi son perfectionnisme qui était son plus gros obstacle pour entrer sur le terrain de jeu de la vie.

 

  • Sophie, autre membre actuelle du {Cercle}, n’avait pas de projet précis en rejoignant le programme de coaching en ligne. Mais elle savait qu’elle désirait un changement et était encore dans le flou. Aujourd’hui, elle a identifié qu’elle souhaitait rester dans le même domaine de compétences, mais pour l’appliquer dans un secteur d’activité où elle pense être plus alignée avec ses valeurs et pouvoir ainsi, à son niveau, contribuer au monde et donner du sens à son activité professionnelle.

 

  • Enfin, Ariane, ancienne membre du {Cercle}, a également vu son activité professionnelle boostée à la suite de sa participation au programme. 

Le Cercle témoignage Ariane

Alors si rejoindre le {Cercle} vous tente, je vous invite à découvrir le programme, ses modalités d’accès et les formules d’abonnement, avec ou sans engagement et, avec ou sans séances de coaching individuel. Le prochain appel se déroulera le mardi 5 septembre !

A ceux d’entre vous qui décideront de nous joindre, j’ai hâte de faire votre connaissance et de vous aider à catapulter votre projet !

Et, que vous décidiez ou non de vous inscrire dès maintenant, j’espère que cet article vous inspirera à mettre en place toutes les structures de soutien nécessaires dans votre quotidien afin de faire décoller le projet qui vous trotte dans la tête et qui vous fait vibrer.

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Le bonheur au travail… interview pour « My Happy Job » !

3 Juil

Au mois de juin, J’ai joué le jeu de l’interview ! J’ai répondu à des questions autour du grand thème du bonheur au travail, pour le super site de My Happy Job !

Screen Shot 2017-06-29 at 10.35.49

Quelle est ma définition du bonheur au travail ? Mon mantra pour réussir, le meilleur conseil que j’ai reçu ? Mon bureau idéal ? La personne qui m’inspire ?

Voici mes réponses, je serais très intéressée de connaître les vôtres… et si, vous aussi, vous vous lanciez au jeu de l’interview, et y répondiez sur cette page ?

Quelle est votre définition du bonheur au travail ?

Screen Shot 2017-06-15 at 10.25.52Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu ? Avez-vous un mantra ? Une arme anti-stress ?

Screen Shot 2017-06-15 at 10.26.20

Quel est l’échec qui vous a le plus appris ? Le livre et la personne qui vous inspirent le plus ?

Screen Shot 2017-06-15 at 10.26.43

Pour lire l’article sur leur site, cliquez sur ce lien.

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

%d blogueurs aiment cette page :