Archive | Reprendre sa vie en main RSS feed for this section

5 bonnes raisons d’arrêter de râler… MAINTENANT !

4 Mar

Saviez-vous qu’une personne se plaint en moyenne entre 15 et 30 fois par jour ? Pensez-vous faire partie de cette moyenne ?

Imaginez une journée entière sans vous plaindre. Ne vous concentrez pas sur les choses négatives qui arrivent, concentrez votre énergie uniquement sur les choses qui vont dans le bon sens. Soyez reconnaissant et remarquez toutes les (petites) belles et bonnes choses qui vous entourent déjà.

Y parvenez-vous ? Si vous pensez que c’est impossible, voici cinq bonnes raisons d’arrêter de râler … MAINTENANT !

1. Ne plus être solidaires dans notre misère

Cet adage est vrai : lorsque nous râlons, nous invitons les autres à nous rejoindre pour faire ensemble un beau festin de râleries. Nous nous retrouvons entouré de râleurs car les gens sont compétitifs, ils veulent être les meilleurs … même si c’est pour avoir la pire des vies ! Ils partagent leurs frustrations et leurs tracas pour finalement se sentir inclus et créer du lien. Par contre, lorsque nous cessons de râler et de nous concentrer sur le négatif, notre entourage commence à faire de même. Inspirons ceux qui nous entourent à nous suivre, créons un meilleur environnement pour nous ET les autres. Nous passons ainsi d’une spirale vicieuse à une spirale vertueuse !

2. Reprendre les rênes de notre vie

Nous sommes la seule personne avec le pouvoir de contrôler notre vie. Chaque jour nous pouvons contrôler nos pensées, notre état d’esprit, nos actions et par conséquent notre réalité. Arrêtons de perdre notre temps en restant passif, à nous plaindre de ce qui se passe autour de nous et reprenons le contrôle de notre existence ! Si tous les matins, nos enfants nous rendent fou, changeons notre routine (celle que nous avons ne fonctionne manifestement pas). Si nous détestons notre travail, commençons la recherche d’un nouvel emploi. Lorsque nous sommes coincé dans une ornière dans la vie, le seul moyen de nous en sortir est d’agir. Alors arrêtons de râler et commençons !  Commencez petit, faites un petit changement … et constatez à quel point vous vous sentez déjà mieux ! À partir de là, c’est comme un effet « boule de neige », nous sommes inspiré et motivé pour apporter de plus en plus de changements qui génèrent de plus en plus de bonheur autour de nous … ces changements changent notre état d’esprit et réduisent notre envie de râler

3. Vivre en pleine conscience

Vivre en pleine conscience, veiller à ne pas râler et à réajuster notre point de vue pour un point de vue plus positif demande une pratique quotidienne, et les bénéfices en sont considérables ! Pratiquer la non râlerie réorganise les neurones dans notre cerveau et nos pensées deviennent plus positives automatiquement. Un excellent outil que j’ai utilisé durant mon challenge est la méthode du bracelet. Commencez avec un bracelet au poignet, le but est de le garder sur le même poignet pendant 21 jours consécutifs. Si vous râlez, vous changez le bracelet de poignet et remettez les compteurs à zéro. Vous serez surpris de voir à quel point il est utile d’avoir cet outil pour vous souvenir de votre nouvelle intention et ancrer ce nouveau fonctionnement.

4. Trouver ce qui nous rend heureux

Lorsque nous arrêtons de râler, nous créons l’espace pour reconnaître  les choses qui vont bien dans notre vie ! On a eu une journée pourrie au travail : on réalise que l’on est heureux de rentrer chez nous. La salle de sport était bondée de monde : on réalise que l’on est heureux d’avoir atteint nos objectifs sportifs de la journée … se plaindre prend BEAUCOUP de temps, du temps que nous pouvons utiliser en nous concentrant sur le positif.

5. Améliorer notre mode de communication et nos relations

En arrêtant de râler, nous améliorons notre mode de communication et toutes nos relations ! Lorsque nous décidons d’adopter une approche active pour mettre fin à notre habitude de râler, nous devons être très direct et impeccable avec nos mots. Lorsque quelque chose nous dérange, on en parle immédiatement … et il n’y a plus de temps pour râler ! Parlons aux personnes qui ont le pouvoir d’améliorer la situation. Evitons d’exagérer (et de transformer le problème en drame), et surtout résistons l’envie de pointer du doigt le couplable ! Ce n’est pas chose facile mais cela changera votre vie, comme ça a changé la mienne !

Si vous souhaitez en savoir plus sur la manière dont j’ai surmonté mon habitude de râler, je vous encourage à visiter tous les articles et vidéos sur ce blog. J’espère que vous êtes désormais inspiré pour ne plus subir les situations et pour devenir acteur de solutions dans votre vie !

Lisez J’arrête de râler l’intégrale, lancez-vous le challenge J’arrête de râler en 21 jours, et rejoignez mon book club de l’été !

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler ! Retrouvez-moi sur ma page Facebook et sur mon site instagram, pour suivre des articles inspirants et découvrir des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Pourquoi je me lance des challenges !

31 Jan

Dans cette vidéo, j’explique quel est selon moi l’outil le plus puissant pour trouver l’audace de transformer sa vie : se lancer des challenges ! Et pourquoi j’aime tout particulièrement les challenges en 21 jours.

Comment les challenges peuvent transformer votre vie

Et si vous aussi vous osiez vous engager dans le challenge qui vous “forcera” à devenir la personne que vous avez vraiment envie d’être cette année !

Prenez le temps de choisir VOTRE challenge et venez l’annoncer sur la page de mon groupe Facebook “J’ai le Power”.

Vous y recevrez le soutien précieux d’autres participants, un soutien qui vous aidera à tenir votre engagement.

Quelques suggestions de challenges en 21 jours. Quel sera le vôtre ?

Pour vous inspirer, découvrez dans ces articles quelques-uns de mes challenges en 21 jours :

21 jours pour arrêter de râler

https://jarretederaler.com/2017/09/10/tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sur-le-challenge-jarrete-de-raler-sans-jamais-oser-le-demander/

21 jours de Méditation

https://jarretederaler.com/2016/01/01/21-jours-de-meditation-un-nouveau-challenge-et-4-lecons/

21 jours en robes

https://jarretederaler.com/2012/06/04/21-jours-en-robes/

21 jours de jus de légumes frais

https://jarretederaler.com/2012/04/16/encore-un-challenge-en-21-jours/

J’ai hâte de découvrir ce que vous voulez mettre au coeur de votre vie en ce début d’année, je me réjouis de découvrir… VOTRE challenge !

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

La bonne ou mauvaise humeur est contagieuse !

30 Jan

Je viens de trouver une perle !

Ne manquez pas de prendre 2 minutes pour regarder ce petit film réalisé par Maylis de Poncins qui nous témoigne d’une grande vérité de la vie !

Partagez cet article dans vos réseaux si vous pensez que ce serait bien que nous soyons nombreux à comprendre cela!

screen shot 2019-01-30 at 3.59.29 pm

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Défi : on arrête de râler !

26 Fév

Un entretien détaillé pour le magazine Psychologies sur le challenge J’arrête de râler !

Défi ! (3)

Mon interlocutrice m’a posée des questions autour des thématiques du challenge puis s’est  est elle-même lancée dans l’aventure de ne pas râler pendant 21 jours consécutifs. Dans l’article elle témoigne de son expérience !

Voici quelques extraits clés de notre entretien.

Pourquoi arrêter de râler ?

La première raison qui nous pousse à râler, c’est que nous voulons tout : une vie conjugale, une vie familiale, une vie sociale, une vie professionnelle, et toutes épanouies. Et nous essayons, dans notre emploi du temps surchargé, de jongler entre toutes ces envies. Alors dès qu’un grain de sable vient bousculer notre organisation, il fait tout exploser. Mais attention : il est illusoire de croire que nous pouvons passer une journée sans être frustré par quelque chose. Nous aurons toujours de nombreuses raisons de râler. Il faut l’accepter. Arrêter de râler, c’est modifier notre réaction par rapport à ces frustrations.

Pourquoi avons-nous si peu conscience du fait que nous pestons et nous plaignons autant ?

Râler est une habitude. Dès qu’une frustration se présente dans notre quotidien, nous bougonnons. C’est automatique. En plus, râler est très ancré dans notre culture. Ceux qui ont relevé le défi de ne plus ronchonner pendant 21 jours consécutifs se sont rendus compte qu’ils râlaient d’ailleurs beaucoup plus qu’ils ne le pensaient. Moi la première. Ce sont souvent des petites râleries certes, pas bien méchantes, mais qui, additionnées à d’autres, vont polluer notre journée. 

Mais cela signifie-t-il qu’il faut alors accepter tout ce qui ne va pas dans notre vie ?

Au contraire. Arrêter de râler, c’est justement se mettre dans une situation de générer du changement. C’est reprendre sa vie en main. Il ne s’agit pas d’accepter tout ce qui ne va pas mais d’identifier les choses qui nous énervent profondément et de se demander ce que l’on peut faire par rapport à elles. […] En râlant, nous croyons blesser les autres, mais en réalité, nous nous blessons nous-même.Râler, c’est se poser en victime et accuser les autres. Ce qui est le plus souvent inutile et n’aide en rien à régler notre problème.

Si nous ne râlons plus, que faire à la place ?

Quand nous ne râlons plus, il y a plus de blancs dans nos conversations. Il est important de combler ce vide en célébrant les bonnes choses qui nous arrivent – aussi ! – pendant la journée. De parler de ce qui va bien, de ce que nous apprécions chez nos proches, nos amis, nos collègues… Mon rêve serait que toutes les réunions en entreprise commencent par cinq minutes à évoquer ce qui marche. Célébrer permet de se sentir plus fort. […] Quand nous arrêtons de râler, nous nous rendons compte que notre vie peut être complètement différente. Et que nous avons de bonnes raisons d’en profiter. Comme disait Camus : « Il n’y a pas de honte à choisir le bonheur ».

Découvrez l’entretien dans son intégralité, toutes les astuces pour réussir le défi ainsi que le témoignage de la journaliste qui l’a tenté >>>
Défi _ on arrête de râler ! _ _ Psychologies.com

Et vous, vous commencez quand ?

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

3 pistes pour s’entourer de personnes qui nous font du bien !

16 Fév

Dans la vie, nous ne pouvons pas toujours choisir les personnes qui nous entourent, qu’il s’agisse de nos parents, notre fratrie, nos collègues ou nos supérieurs.

Parfois, certaines de ces personnes ont le don de nous couper les pattes, de nous arrêter dans notre élan, de nous amener à douter de nos choix de vie (alors que nous avons déjà amplement tendance à le faire).
Nous ne pouvons pas contrôler le comportement de ces personnes, en revanche nous pouvons faire en sorte d’avoir autour de nous un noyau solide de personnes qui nous font du bien ! Des personnes qui sont positives, des personnes qui préfèrent voir les solutions plutôt que les problèmes, des personnes qui croient en nous, des personnes qui nous ouvrent des horizons, des personnes qui nous amènent à révéler le meilleur de nous-même. Enfin, des personnes qui, elles aussi, osent sortir d’une posture de victimes pour devenir acteurs de changement sur le terrain de jeu de la vie.

S'entourer de personnes qui nous font du bien !
Voici 3 pistes à suivre pour cibler le profil de votre entourage et effectuer les changements – si nécessaire – qui vous permettront de développer ce noyau de personnes qui vous font du bien. A vous de jouer !*

  1. Avez-vous autour de vous des personnes qui vous tirent vers le bas et vous vident de votre énergie vitale ? Qui sont-elles ? Prenez le temps d’identifier ce qui pourrait vous aider à préserver votre sérénité autour de ces personnes ? Est-il envisageable de réduire vos interactions avec ces personnes ? Pouvez-vous – tel un jeu – changer la conversation que vous avez avec elles (ou éviter les sujets qui risquent de fâcher) ?
  2.  Avez-vous autour de vous des personnes qui vous ressourcent ? Qui sont-elles ? Quelles actions concrètes allez-vous mettre en place pour vous rapprocher plus de ces personnes – déjeuners, appels téléphoniques réguliers ? Pouvez-vous vivre ensemble des activités qui vous nourrissent et vous aident à atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés – activité sportive, artistique, culturelle ?
  3. Y a-t-il des personnes qui vous inspirent et de qui vous aimeriez vous rapprocher ? Sont-elles des personnes de votre entourage ou des personnes publiques ? Quelles actions concrètes allez-vous mettre en place pour vous rapprocher d’elles et vous imbiber au quotidien de l’inspiration qu’elles dégagent : stages, cycle de conférences, réseaux professionnels, écoutes de podcasts, déjeuners hebdomadaires, etc. ?

Le manque de soutien est la raison principale pour laquelle nous n’osons pas passer à l’action et prendre notre vie en main. Si nous voulons rejoindre la tribu des non-râleurs, il est crucial de nous entourer de personnes qui croient en nous !

*Vous pouvez utiliser cette plateforme pour partager vos réponses dans la section commentaires ci-dessous. Je suis toujours inspirée par la lecture de vos commentaires !

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

 

4 stratégies pour reprendre le contrôle de notre vie !

5 Jan

Et voilà, une nouvelle année toute belle est là ! Une année toute fraîche, une année à vivre, à savourer, à incarner, pour nous épanouir et partager le meilleur de nous mêmes avec le monde.

Pourtant, si nous ne faisons pas attention, nous pouvons petit à petit perdre le contrôle des 12 mois devant nous… de notre vie !

Nous pouvons passer une grande partie de 2018 à gérer la multitude de choses qui viennent à nous (emails, courriers, sollicitations de nos enfants, de notre patron, de nos clients, des administrations… le frigo vide, la maison à ranger…), avec l’impression que gérer tout cela est un boulot à temps plein, et que même en y mettant notre meilleure volonté… ça ne sera jamais terminé !

Et parce que nous sommes souvent débordés et fatigués, il est facile de mettre nos désirs et nos projets de côté, facile de se dire que plus tard, un jour, quand nous trouverons le temps (l’énergie, l’audace), nous pourrons enfin envisager de les rendre réalité.

Hélas, en agissant ainsi, nous passons à côté de notre vie ! C’est pourquoi j’ai écrit cet article :

4 stratégies...

PRENEZ LE TEMPS DE METTRE EN MOTS ce que vous avez ENVIE qu’il vous arrive cette année.

J’ai l’intime conviction qu’il est impossible de prendre le contrôle de sa vie, si l’on n’a pas au préalable pris le temps de formuler une intention, une destination. Pour vous aider, je vous propose de vous projeter dans 1 an, au 31 décembre de l’année prochaine. Vous avez une coupe de champagne à la main et vous célébrez l’année qui vient de passer. Vous vous dites “ Voilà une année qui méritait d’être vécue ! ”.

Que s’est-il passé durant cette année ? Prenez un carnet et faites une liste des petites et grandes choses que vous voulez vivre dans les différentes zones de votre vie :

  • CARRIÈRE
  • BIEN-ÊTRE, SANTÉ
  • RELATIONS SOCIALES (FAMILLE, COUPLE, AMITIÉ)
  • DIVERTISSEMENTS, FUN
  • DÉCOUVERTES, APPRENTISSAGES.

Dans votre liste, choisissez ce qui est le plus important et fixez-vous une douzaine d’objectifs, petits et grands. J’ai accompagné des centaines de personnes dans cette démarche (exercices détaillés dans le livre WAKE UP!) qui consiste à mettre en mots nos objectifs et nos envies. Je vous assure que cette étape qui peut sembler simple est surprenamment puissante. Une fois votre liste rédigée, ne la laissez pas prendre la poussière ; affichez-la pour faire en sorte de tomber dessus au moins 3 fois par jour ! Quand vous la voyez, dites vous : “Quel est le petit pas que je peux faire aujourd’hui pour augmenter la probabilité que mon désir devienne réalité ?”.

CRÉEZ DE L’ESPACE dans votre vie pour faire avancer les projets qui vous tiennent à coeur.

Que ce soit votre profond désir de vous mettre au yoga ou bien un livre que vous voudriez écrire… rien ne se fera si vous ne faites pas de la place dans votre quotidien trop chargé. Prenez le temps de délimiter des créneaux dans vos agendas hebdomadaires pour faire ce que VOUS avez envie de faire. Protégez ces créneaux comme votre plus beau trésor ! Il y aura toujours une bonne excuse pour reporter à plus tard… mais votre vie c’est maintenant ! Souvenez-vous que quand vous dites NON à quelque chose « d’urgent », vous dites OUI à quelque chose d’important.

CHOISISSEZ le prisme à travers lequel vous voulez voir la vie.

Prenez conscience que, en ne changeant rien de votre réalité, vous pouvez vivre 2 vies différentes. Vous pouvez choisir d’allumer le radar des manques, des peurs, des jugements et des limitations (et votre radar trouvera plein de preuves pour justifier vos inquiétudes) ou bien vous pouvez allumer le radar de l’abondance, des possibles, de votre brillance et de la gratitude. C’est à vous de choisir et c’est aussi à vous de garder le bon radar allumé. Pour cela, faites attention à ce que vous faites rentrer dans votre champ de conscience. Choisissez les informations que vous absorbez, que ce soit dans les médias ou dans les conversations qui vous entourent. Quelle vision de la vie ces informations nourrissent-elles ?  

DONNEZ-VOUS LA PERMISSION de faire des choses qui vous font le plus grand bien. 

C’est notre VIE et si nous ne prenons pas soin de nous, PERSONNE ne le fera à notre place. N’attendez pas d’avoir le temps pour aller vous promener en forêt, pour vous asseoir et vous délecter de l’instant présent, pour cultiver votre bien-être. Qu’est-ce qui fait chanter votre coeur ? Qu’est-ce qui vous nourrit intellectuellement, physiquement, émotionnellement ? Nous avons tous besoin de recharger régulièrement nos batteries pour avoir l’énergie nécessaire d’avancer dans les projets qui nous tiennent à coeur. Le quatrième principe de WAKE UP – Je prends soin de ma source – est une étape fondamentale pour réussir à accomplir les 3 premières stratégies qui vous permettront de reprendre le contrôle de votre vie !

En incorporant ces 4 stratégies dans votre quotidien, je suis convaincue qu’au prochain 31 décembre, vous serez, coupe à la main, en train de célébrer une année qui a bougé dans la direction où vous vouliez qu’elle aille !

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Arrêter de râler est un acte de rébellion !

29 Déc

« Il n’y a pas de honte à préférer le bonheur. » La Peste, Albert Camus (1947)

Avez-vous remarqué que se plaindre permet de créer des liens avec les autres autour de nos malheurs ? Nos sujets de râleries nous rendent parfois solidaires les uns des autres et peuvent même être à l’origine de nouvelles amitiés.

Alors que nous vivons dans une culture de la râlerie à tout va, choisir le bonheur serait finalement être « différent ».

Un acte de rébellion

Notre culture nous pousse à râler pour soulager nos frustrations. Nous ne nous posons pas vraiment de questions, nous suivons le mouvement, en faisant et en râlant comme tout le monde.

Le challenge « J’arrête de râler » a vraiment mis en évidence à quel point j’avais tendance à me sentir en sécurité quand je « communiais » avec les autres autour de mes problèmes. J’avais tellement l’habitude de râler avec mon entourage que je craignais que faire autrement me ferait sortir de la norme, m’exclurait.

Parfois, dans nos petites conversations quotidiennes, nous râlons parce que nous croyons qu’en évoquant ce qui va bien, en célébrant les moments de bonheur, ce bonheur risque de nous être confisqué ou que nous risquons d’être regardés de travers ou encore d’être enviés. Alors, nous choisissons de focaliser notre attention sur ce qui est difficile, sur ce qui ne marche pas. Au bout du compte, nous créons tous des « festins » de râleries.

Arrêter de râler est en fait un acte de rébellion car au lieu d’exprimer ce que nous ne voulons pas, nous apprenons à exprimer ce que nous voulons. Au lieu d’accuser l’autre d’être la source du problème, nous apprenons à prendre nos responsabilités et à proposer des solutions ; en refusant de jour le jeu du  » qui a tord/qui a raison » nous incitons les autres à rejoindre notre vision.

Arrêter de râler est un acte de rébellion car nous prenons nos distances par rapport à la conversation ambiante bien souvent morose, et nous faisons le choix de parler différemment. Nous refusons de prendre part à ces conversations qui ne mènent nulle part ! Au contraire nous orientons la discussion vers des sujets riches et porteurs : des solutions pour répondre à nos besoins, ou de la gratitude pour célébrer ce que nous avons déjà.

Nous osons parler une nouvelle langue, nous osons nous positionner autrement face aux frustrations ordinaires du quotidien. Nous osons nous démarquer et pour cela nous devons oser être différents. Parfois c’est inconfortable. Parfois, nous avons peur que les autres ne comprennent pas pourquoi nous ne réagissons pas comme tout le monde. Parfois nous avons peur d’être exclus car nous sommes peut-être « hors norme » vis à vis des conversations habituelles de notre entourage.

Arrêter de râler est un choix de vie, un choix de positionnement orienté vers les solutions, la coopération, la sérénité et la gratitude. Un choix de vie dans lequel nous nous sentons peut-être parfois seuls… nous pouvons alors nous inspirer de ceux qui ont été ou qui sont avec nous sur le même chemin de vie. Ceux qui avant nous ou avec nous veulent parler de ce qu’ils veulent pour demain plutôt que de passer leur vie à râler sur ce qui ne leur convient pas.

Ainsi, Martin Luther King n’a pas cherché à soulever les foules en accusant et en disant : « C’est abominable et injuste, nous devons combattre ceux qui nous martyrisent. » Bien au contraire, il a fait le choix de partager son rêve ! Nous nous souvenons tous du fameux discours “I HAVE A DREAM”.  Son message a changé le monde. En partageant son rêve, il a fait prendre conscience qu’il était possible de créer un monde meilleur. Il a réussi à entraîner des milliers de personnes dans son mouvement et à changer les choses.

De la même manière, dans le film DEMAIN qui parle du grand sujet de la dégradation de notre écologie et qui a reçu le CÉSAR du meilleur documentaire en 2016 et fait l’unanimité de la presse et des spectateurs. Cyril Dion et Mélanie Laurent, plutôt que d’attiser nos peurs et nos rancœurs en nous décrivant une image déplorable de l’état de notre planète, plutôt que de pointer du doigt les coupables et de les mettre sur le banc des accusés, ont fait le choix puissant et profondément inspirant de nous montrer des solutions ! Ils ont choisi de mettre en lumière les initiatives qui fonctionnent et qui sont pleines d’espoir pour notre avenir. Ainsi ils nous inspirent à concrètement poser des actions pour bâtir ensemble un demain respectueux de nos richesses et de nos diversités.

Mère Térésa nous a, elle aussi, montré que nous pouvions positiver plutôt que râler le jour où elle a refusé une invitation à une marche contre la guerre, manifestant en revanche son intérêt pour une marche pour la paix.

Aujourd’hui, devenons acteurs de solutions plutôt que victimes des situations. Nous avons le pouvoir de créer du changement si nous avons l’audace de sortir du statut de victime. Nous avons le pouvoir de choisir de faire partie de la solution. Évidemment ce n’est pas toujours évident, cela nous engage parfois plus profondément mais c’est tellement plus satisfaisant.

Alors si dans votre travail ou votre vie quelque chose ne vous convient pas ou devient même insupportable, rebellez-vous, mais rebellez-vous autrement !  Ne faites pas comme tout le monde, faites partie de la tribu de ceux qui choisissent d’arrêter de râler et prenez, vous aussi, le temps de définir votre vision, d’identifier des solutions que vous pourriez proposer et de fédérer les autres autour d’un projet qui permette à chacun d’être acteur de demain !

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Derrière mon volant, en monstre, je ne me transformerai pas !

5 Mai

Cet article est le troisième article de notre série « J’arrête de Râler au volant ». Partagez avec nous en commentaires vos astuces pour résister aux râleries au volant !

Notre voiture n’est pas seulement un moyen de transport.

La voiture, un outil d’affirmation de soi

La voiture est aussi un moyen de nous affirmer socialement. Nous la choisissons pour son « look » et pour l’image qu’elle va donner de nous-même. Au volant, nous avons tendance à nous associer à notre véhicule, sa vitesse devient notre fougue, sa souplesse notre habileté, sa carrosserie notre armure…

Dans un papier intitulé L’agressivité sur la route, une habitude culturelle, Leon James, professeur de psychologie à l’université de Hawaï, nous dit que “la voiture n’est pas seulement un objet esthétique et ostentatoire, c’est également un objet culturel et psychologique, associé aux dynamiques émotionnelles et mentales du conducteur, à notre ego… nos voitures sont des extensions de nous-même ”.

L’illusion de contrôler notre environnement

La voiture nous permet d’exercer un pouvoir direct sur notre environnement. Quand nous entrons dans son habitacle, nous nous en servons comme un exutoire qui nous permet de regagner un sentiment de contrôle. Les voitures sont puissantes et obéissantes, elles répondent instantanément et de façon gratifiante à nos commandes et nous apportent une sensation de bien-être qui découle de l’illusion de contrôler notre environnement.

Affirmation de soi, Christine Lewicki, J'arrête de Râler au volant

L’illusion d’être libre au volant

Les pubs pour nous vendre les voitures nous disent à quel point nous pourrons dominer notre environnement quand nous serons au volant. Nous pourrons aller là où personne n’a jamais été… atteindre un niveau de performance incomparable ! La voiture est associée à la notion de performance, de puissance, d’indépendance et même de liberté. On comprend donc pourquoi il est si dur de voir cette liberté (que nous avons achetée souvent cher) entravée par le chauffeur de devant qui nous empêche d’accélérer et de naviguer la route à notre gré.

 Quand je suis au volant je n’ai soudainement plus les mêmes valeurs, je deviens la pire des personnes. Je deviens dangereux. Au volant, nous devrions exercer de la compassion et nous sentir responsable parce que nous avons entre nos mains une arme… Un jour, alors qu’une voiture dérivait sur ma file, j’ai traité le conducteur de “petit tas de merde”, une autre fois, j’ai dit  “ Va te faire foutre ! ”. Jamais ailleurs dans la vie ces propos ne pourraient être acceptables ! Imaginez que vous êtes dans un ascenseur et qu’une personne vous bouscule, allez-vous lui dire d’aller se faire foutre ou la traiter de tas de merde ?  –  extrait du sketch de Louis CK sur HBO « Oh My God Comedy » (acteur comique américain).

Quand notre sentiment de liberté est entravé

Au volant, nous pouvons passer d’un comportement rationnel à un comportement beaucoup plus animal. Quand on a “l’impression” que l’autre nous agresse ou nous met en danger, nous passons dans ce mode “ animal ”. Derrière le volant, nous avons parfois tendance à vouloir dominer les autres et la route. Si quelqu’un entrave notre liberté, nous devrions plutôt nous composer et nous adapter au comportement de l’autre. On freine pour garder nos distances, on change de file pour laisser passer le conducteur qui oublie de mettre son clignotant.

Quand les autres sont des obstacles à notre liberté

La puissance de notre moteur et la protection de la carrosserie ont tendance à nous amener à percevoir les autres comme des obstacles alors qu’ils sont simplement sur la route en même temps que nous.

Cet esprit de domination et d’aventure, mis en avant par les publicités, est bien loin de la réalité des bouchons de la rocade ou du périphérique en fin de journée. En prendre conscience est déjà un pas énorme pour arrêter de subir les comportements des autres au volant !

La route, un lieu collectif à partager

La route n’est pas notre territoire, c’est un lieu collectif que nous devons partager et où nous devons respecter des règles pour ne pas nous mettre et mettre les autres en danger.

Mini challenge

Essayez de vous observer durant les prochaines 72h. Imaginez que vous avez un appareil qui enregistre toutes les choses auxquelles vous pensez (ou que vous exprimez) quand vous conduisez et vous verrez que vous risquez d’être choqué par la violence de vos propos. Je vous invite, chaque fois que vous faites cette observation, à ramener vos pensées au simple rythme de votre respiration, vous constaterez sans doute que votre mental se calme alors rapidement et que vous pouvez continuer votre trajet plus sereinement !

Re-découvrez le premier dicton : “ Rien ne sert de râler, il faut partir à temps ” !

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

J’arrête de râler au volant… en voilà un grand sujet !

3 Mar

Ce n’est pas évident de ne pas râler au volant !

On pourrait trouver cela frivole et pourtant quand on y pense, quand on est confronté au quotidien, aux embouteillages ou aux incivilités au volant, et quand on sait qu’un conducteur passe en moyenne entre 6 et 10 heures par semaine (week-end compris)* dans sa voiture, ce n’est pas forcément évident de ne pas râler au volant !

Pester, ruminer, bisquer, insulter… vous pensez probablement ne rien faire de bien répréhensible aux yeux de la société.

Mais quel est le réel coût de ces râleries dans votre vie ? Etes-vous en train de vous punir vous-même en râlant sur les autres ?

Râleries, Voiture, Christine Lewicki, J'arrête de Râler

  • Nous commençons souvent notre journée dans notre voiture. Avons-nous envie d’apporter plus de plaisir à nos trajets pour commencer la journée d’un meilleur pied ?
  • Notre voiture est souvent un lieu de soupape entre notre maison et le boulot et/ou l’école pour nos enfants. Voulons-nous que cette soupape soit remplie de jérémiades, de tensions, de frustrations ou bien voulons-nous la transformer en une bulle de joie de vivre et de sérénité ?
  • Comment pourrait être notre vie si nous refusions de laisser les autres (quelles que soient leurs erreurs ou leur comportement) nous voler notre bonheur ?
  • Si nous arrivions à voyager sereinement, quel impact cela pourrait-il avoir sur le reste de notre journée ?
  • Avez-vous envie de cultiver un rapport plus fluide avec votre trajet et avec votre vie ?

Vous ne serez pas puni POUR votre colère, vous serez puni PAR votre colère ” Buddha

Qui n’a pas déjà vécu un de ces scénarios ?

1. Vous croisez un chauffard sur la route

Vous roulez tranquillement, quand soudainement, une voiture arrive sur votre voie sans avoir mis de clignotant. Vous devez brutalement freiner pour garder vos distances de sécurité. Vous avez eu chaud et maintenant votre coeur bat la chamade. Vous avez eu peur et ressentez le besoin de vous défendre, de vous protéger et d’attaquer à votre tour. Les mots sortent de votre bouche par réflexe ou sous l’impulsion de la peur, vous insultez le chauffeur, insultes que seul vous pouvez entendre. Vous voulez que l’autre se rende compte de son erreur bien qu’il soit déjà loin au moment où vous l’insultez. Votre râlerie et votre colère proviennent de votre instinct de survie.

Pourtant, si au lieu d’être au volant, vous étiez dans la file d’attente de la gare ou dans l’ascenseur, il est fort probable que vous n’oseriez jamais insulter quelqu’un de la sorte. Mais, au volant, vous sentez que vous avez le “ droit ” car vous vous sentez en puissance et en sécurité derrière les commandes de votre véhicule. Vous avez l’audace d’exprimer cette agressivité. C’est ce qui explique que certaines personnes, plutôt calmes dans la vie, deviennent agressives, voire vulgaires, au volant.
Saviez-vous que le volant est un des rares endroits où les hommes et les femmes montrent le même niveau d’agressivité ?

2. Votre conjoint commente votre conduite

Vous êtes en voiture avec votre conjoint. Vous êtes au volant et la tension monte car il ou elle ne cesse de faire des commentaires sur votre conduite. Vous souhaitez rester concentré pour prendre en compte les aléas de la route et maîtriser votre véhicule. Pourtant, vous sentez que vous commencez à perdre votre sang-froid. Vous commencez à vous stresser et à pester. Un conflit de couple est en train d’émerger à cause de pacotilles qui prennent soudainement une ampleur démesurée.

3. Les enfants à l’arrière de la voiture se chamaillent

Les enfants sont attachés à l’arrière et vous êtes en retard pour l’école, malgré tous vos efforts pour partir à l’heure ! Vous avez les yeux rivés sur la route et la tête déjà en train de ressasser la longue liste de choses que vous allez devoir jongler pendant la journée. Un conflit entre les enfants (conflit qui vous semble complètement futile comparé au poids de vos responsabilités), émerge sur la banquette arrière et vous vous mettez à crier. Vous déposez les enfants à l’école, déçu de n’avoir pu leur permettre de commencer la journée dans la sérénité.

4. Vous covoiturez avec vos collègues

Vous allez au travail en mode covoiturage  pour protéger la planète et ménager le kilométrage de votre véhicule. Parti d’une intention citoyenne de partage et de coopération, ce trajet se transforme souvent en mur des lamentations et en festin de potins. Vous pointez du doigt collègues et patrons. Vous créez des liens entre vous en vous moquant et en disant du mal des absents pour, au final, arriver au travail un peu désabusé.

Parce que vous êtes nombreux à me dire que le volant est souvent le lieu où vous avez le plus de mal à gérer vos râleries, j’ai créé une série d’articles qui vous seront présentés sous forme de dictons durant mes prochaines newsletters – une approche que j’espère amusante et percutante, pour nourrir un nouveau rapport avec vos trajets.

Découvrez le premier dicton : “ Rien ne sert de râler, il faut partir à temps ” !

Découvrez le second dicton :  » Derrière mon volant, en monstre je ne me transformerai pas ! « 

*source : http://www.lievreoutortue.com/dans-votre-vie-combien-de-temps-passerez-vous-dans-votre-voiture/

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Pas besoin de gagner au loto pour arrêter de râler !

13 Sep

Notre bonheur ne dépend pas des conditions dans lesquelles nous vivons

Connaissez-vous cette fameuse étude du grand professeur de psychologie de l’université de Harvard, Daniel Todd Gilbert, auteur du best-seller Et si le bonheur vous tombait dessus sur le niveau de bonheur des gagnants du gros lot de la loterie ?

Il est parvenu à démontrer qu’un an après, les gagnants se trouvaient aussi heureux ou malheureux qu’avant le tirage qui avait changé leur vie. Et ce niveau de « bonheur retrouvé » vaut également pour les gens touchés par de grands malheurs, notamment des personnes devenues paraplégiques. Tous finalement, après le choc merveilleux ou catastrophique, se trouvent après quelque temps aussi heureux ou malheureux qu’auparavant. Les circonstances « extérieures », heureuses ou malheureuses, ne font plus effet et ils se retrouvent aussi insatisfaits ou satisfaits de leur quotidien.

La leçon à tirer de cette étude est que notre bonheur ne dépend pas vraiment des conditions dans lesquelles nous vivons. Riches, fauchés, en bonne santé ou malades, avec un emploi ou au chômage… notre bonheur ne dépend pas de nos circonstances. Il dépend au contraire de la façon dont nous choisissons de « vivre » ces circonstances : en étant sereins, optimistes, motivés, déterminés ou – au contraire – accablés, stressés, victimisés…

pas-besoin-de-gagner-au-loto-brouillon

Notre niveau de bonheur dépend de comment nous choisissons de vivre nos circonstances

Notre niveau de bonheur dépend aussi de ce sur quoi nous choisissons de nous focaliser. « What you focus on expands » (ce sur quoi vous vous focalisez tend à s’amplifier). Nous pouvons donc choisir de laisser nos soucis et nos problèmes tenir toute la place dans notre vie ou bien choisir de prendre le temps de savourer les choses agréables dans notre quotidien. Quelle que soit notre situation, nous pouvons puiser du bonheur, lui donner plus de place et être heureux, ici et maintenant.

Nous pouvons râler tant que nous voulons, nous pouvons soupirer, ruminer, crier… cela ne servira pas à grand chose pour améliorer notre condition et nous rendre plus heureux. Pas besoin d’attendre un retournement de situation conséquent car ce bonheur, finalement, vient surtout de la manière dont nous voyons les petites choses du quotidien. Prenons le temps de savourer toutes ces choses qui sous le poids de nos râleries et de nos résistances ont tendance à passer inaperçues : un rayon de soleil, le chant d’un oiseau au réveil, l’amour des personnes qui nous entourent, l’opportunité que nous avons de nous rendre utiles dans notre travail, etc.

Le challenge 21 jours consécutifs sans râler

Le challenge 21 jours sans râler m’a aidé à transformer ma vie et à identifier toutes les petites choses du quotidien qui vont dans le bon sens, qui me donnent du bonheur. Il m’a permis de reconnecter avec le délice de ma vie ordinaire {et pas toujours sexy !}.

Cette vidéo de mon passage à TEDx, où je partage mon expérience personnelle du challenge 21 jours sans râler, a touché beaucoup d’entre vous. Je vous invite à la visionner ou re-visionner.

Et si vous rejoigniez le challenge  » J’arrête de râler «  afin de démarrer la rentrée en ancrant une habitude qui vous permettra de voir tout le positif et tous les  » possibles  » dans votre vie ?

Aimeriez-vous vivre une formation puissante de développement personnel qui puisse transformer votre vie de famille ? Je vous invite à réserver votre place pour un atelier  » J’arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint} « .

Quelle que soit notre situation, nous pouvons puiser du bonheur, lui donner plus de place, et être heureux ici et maintenant.

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Retraite Wake UP à Ojai | Levée de rideau

11 Fév

Il y a deux semaines, j’ai eu le plaisir avec mon équipe d’accueillir les participants de la {Retraite} WAKE UP à Ojai.

DSC_1578

Parmi les 15 participants, 12 venaient de France, Belgique et Hongrie et se faisaient une joie de se retrouver sous le soleil de la Californie. Les trois autres personnes étaient des femmes françaises expatriées aux Etats-Unis voulant saisir tout le potentiel de renouveau et de remise en question que permet une vie à l’étranger. Nous avions organisé une navette entre Santa Monica et Ojai. Certains participants ont donc pu commencer à faire connaissance pendant les deux heures de trajet.

DSC_1579

Après que chacun a déposé sa valise dans sa chambre et visité le cadre magnifique de la villa, l’incubation a pu commencer !

Au début un peu nerveux et inquiets, les participants se sont, de plus en plus, jour après jour, ancrés et illuminés en reconnectant avec ce qui les faisait vibrer grâce au coaching, aux exercices et aux temps de partages.

Nous avons eu des échanges profonds sur l’importance de connecter avec nos talents afin de les mettre au service de l’humanité. Nous avons identifié les mécanismes qui sabotent nos projets. Les participants ont particulièrement apprécié un exercice puissant qui permet d’identifier clairement notre « voix fantôme » pour la reconnaitre et ne pas la laisser influencer notre destinée. Nous avons osé mettre en forme, en mots, en images, nos rêves, nos objectifs, nos belles idées. Nous avons eu des conversations passionnantes sur l’importance de sortir du schéma coupable/victime et sur le pouvoir qu’ont nos mots pour activer nos ressources et ouvrir le champs des possibilités dans notre vie.

DSC_1560

Et surtout, pendant ces cinq jours, grâce à la pratique quotidienne – au choix – du yoga, du Nia, de la méditation et de la marche en nature, les participants ont pu reconnecter avec eux-mêmes, leur corps et leur richesse intérieure.

IMG_20160128_155234

Ces journées de travail profondes – aussi bien au niveau mental que corporel – furent agréablement entrecoupées de délicieux repas adaptés aux choix diététiques de chacun et préparés par Chef Robin, de séances de jacuzzi sous le soleil ou les étoiles, et de moments de relaxation dans les salons ou le jardin ainsi que de séances de massage pour ceux qui le souhaitaient.

DSC_1580

Toutes ces belles personnes se sont liées d’amitié lors de ces journées passionnantes et ont décidé de perpétuer cet échange et ce soutien à l’avenir.

Plusieurs se sont même inscrits au {CERCLE} afin de recevoir du soutien dans la durée et poursuivre leurs beaux projets professionnels et personnels.

IMG_20160129_100851-2

Sur le chemin du retour, les passagers du mini bus ont eu droit à un magnifique coucher de soleil sur le Pacifique devant les plages de Malibu qui a conclu ce séjour californien dans la luminosité !

Untitled design

Je suis vraiment honorée de pouvoir vivre des moments aussi riches, authentiques et puissants avec ceux et celles qui me font confiance. Je me réjouis de faciliter à nouveau la transformation dans un tout nouveau format lors du {Forum} WAKE UP à Lyon le week-end du 18 au 20 Mars et de la {Retraite} WAKE UP de 4 jours près de Montpellier du Jeudi 30 Juin au dimanche 3 Juillet.

Voici quelques témoignages des participants  de la {Retraite} WAKE UP à Ojai :

  • Christine nous dit “Dans la vie tout est créé deux fois”…. et pourquoi pas moi ?! Le chemin entamé via le livre il y a quelques temps a repris vie ici, le brouillon n’était pas mal mais le “print copy” sera du tonnerre – Nathalie (Belgique)
  • J’ai appris à mourir à mon ancienne image et renaitre dans la brillance et l’amour de ce que j’ai toujours été – Dominique (France)
  • Wake up : de l’ouverture, de l’alignement, un cocon pour la transformation ou la transmutation de soi-même. Super top, à recommander et consommer sans modération – Véronique (France)
  • Merci du fond du coeur Christine pour ce stage Wake up  que j’ai vécu comme une véritable naissance. Grâce à tes mots et au NIA je laisse maintenant une place à mon être et j’ose me faire confiance dans les choix que je vais faire – Florence (Los Angeles)
  • J’ai trouvé ici avec toi, avec vous, avec nous les participants de la joie, du ressourcement, du bien-être. Grace à tous ces enseignements, ces pistes, ces brainstorming personnels, ma passion s’est rallumée. Je savais que ma capacité était là en veille mais je n’arrivais plus à la mettre en vie au quotidien. J’avais lu tes livres, pris un cahier, fait tes exercices mais être avec toi, avec tes exemples, tes questions justes, c’est autre chose, c’est un autre monde” – Brigitte (France)

Si vous le désirez, vous pouvez écouter quelques uns des témoignages ci-dessous :

Brigitte de Toulouse

 

Sabine, expatriée

 

Florence…Sur un coup de tête !

 

 

 

 

Un outil pour se reprogrammer

16 Juin

Le challenge « J’arrête de râler », un outil pour se reprogrammer

Connexion cerveau

Changer sa perception de la vie ne se fait pas du jour au lendemain. En faisant ce challenge, nous choisissons de faire un travail de reprogrammation. Pour changer notre manière de voir notre quotidien, il faut en effet que nous apprenions à penser et à vivre les choses différemment, et surtout à choisir ce que nous voulons communiquer aux autres.

Car randons-nous à l’évidence, nos paroles ont beaucoup d’impact sur nos vies et les personnes qui nous entourent. Nos mots nourrissent nos croyances. À force de râler, nous finissons par croire ce que nous disons – que les autres sont bêtes, que la vie est difficile, que personne ne nous aide, que nos efforts ne sont jamais récompensés, que nous sommes épuisés, éreintés… et finalement nos râleries impactent souvent nos actions puis, au bout du compte, notre vie. Nos mots, qu’on le veuille ou non, sont à prendre très au sérieux, car notre monde est fait de mots.

 Vos croyances deviennent vos pensées, vos pensées deviennent vos mots, vos mots deviennent vos actions, vos actions deviennent vos habitudes, vos habitudes deviennent vos valeurs, vos valeurs deviennent votre destinée. – Mahatma Gandhi

Il est donc important de «reprogrammer» la manière dont nous choisissons de communiquer avec la vie, avec le monde, avec nous-mêmes. En modifiant nos réflexes de langage, petit à petit nous allons modifier les pensées et les sentiments ancrés en nous depuis des années.

Le challenge « J’arrête de râler » permet de faire ce chemin. Même si au début ce challenge peut sembler insurmontable, vous vous rendrez compte qu’en vous libérant de cette habitude de râler – qui est une réelle pollution – vous allez vous « rééduquer ». En effet le problème le plus important avec cette habitude est qu’elle crée des modes de pensées et d’actions que notre cerveau utilise encore et toujours, au point que, peu à peu, ces derniers deviennent notre mode de réponse dominant et excluent tout autre mode possible.

Sachez qu’il faut au moins dix occasions d’apprendre pour commencer à former un nouveau mode de réponse*. D’où l’intérêt de ce challenge qui va vous permettre de pratiquer, d’apprendre et de vous « rééduquer » afin de littéralement créer de nouvelles connexions dans votre cerveau. Progressivement, le réflexe et l’habitude vont se dissiper jusqu’à disparaître. Par la suite, vous n’aurez plus besoin de fournir un gros effort pour ne pas râler car votre corps aura profondément enregistré cette nouvelle manière d’agir et d’être. Votre « muscle râlerie » sera affaibli et votre « muscle du bonheur » sera fort et puissant. Ainsi ce qui commence par un challenge quasi-impossible devient par la suite une seconde nature.

* K. Ferlic, Habit of your mind : a releasing your unlimited creativity discussion topic, RYUC, 2008.

Love & Respect,

Vous  désirez partager cet article dans votre Ezine/Blog/Site? Vous êtes les bienvenus en incluant le petit texte suivant:

 “Christine Lewicki, est une coach en entreprise certifiée, auteur du Bestseller “J’arrête de râler!” publié en plusieurs langues, Conférencière et Facilitatrice de groupes MasterMind en France et aux Etats-unis. La passion de Christine est d’aider les gens ordinaires à  arrêter de râler et devenir entrepreneurs de leur vie !  Téléchargez le Kit gratuit  « J’arrête de râler! »
JDR Kit Book Cover
%d blogueurs aiment cette page :