Tag Archives: challenge

Râler au boulot… une stratégie efficace ?

4 Nov

Avouons-le, dans notre panthéon de râleries,  » le boulot  » tient une place de choix – avec ses dieux (on râle de préférence contre le chef et les clients) et ses cultes (autour de la machine à café ou après une réunion).

Nos besoins derrière nos râleries

Et pourtant, en général quand nous râlons, c’est que nous avons de  » bonnes raisons « . Nous râlons en effet car nous avons un besoin qui n’est pas satisfait. Ce besoin est suffisamment important pour générer une frustration et éveiller en nous de la colère ou de l’agacement qui sont à la source de nos râleries.

Bien que notre besoin soit réel et souvent justifié, nous adoptons en râlant une stratégie pour le satisfaire qui ne peut pas porter ses fruits, et c’est une des plus grandes leçons du challenge « J’arrête de râler ». Pour bien comprendre cela, je vous invite à vous mettre dans la peau de celui qui reçoit vos râleries.

ra%cc%82ler-au-boulot-brouillon-1

Les 3 critères pour définir une râlerie

En se basant sur les 3 critères pour reconnaître une râlerie, imaginez qu’un de vos proches ou collègue de travail vienne vous exprimer un problème. Il s’adresse à vous avec :

  • Un ton amer un peu “ vinaigré ” (TON)
  • En vous mettant dans la position du coupable (POSITIONNEMENT)
  • En exagérant (JUSTESSE DES PROPOS)

Par exemple il vous dit :

“ Écoute, j’en ai marre, ça fait 20 vingt fois que je te dis que ce n’est pas comme ça qu’il faut faire… tu pourrais faire un peu plus attention. On ne va pas y arriver là et si ça continue on va se faire lyncher par la direction ! Je ne peux pas toujours repasser après toi… j’ai d’autres choses plus importantes à faire! ”

Les 2 réactions face aux râleries

Comment vous sentez-vous après cet échange ? Quelle est votre réaction “automatique” ?

Lorsqu’une personne se sent attaquée, elle n’a en général aucune envie de coopérer et de s’impliquer pour résoudre le problème, au contraire elle adoptera deux réactions (ou bien un mélange sophistiqué des deux).

  • La fuite – Soit elle va fuir (ou ignorer)
  • La contre-attaque – soit elle va se défendre et attaquer à son tour

Le fait est que nous n’aimons pas être attaqués et que la râlerie de l’autre provoque en nous un mécanisme de protection et/ou de défense.

La fuite

Afin de nous protéger, nous allons essayer de prendre nos distances par rapport à  » l’agresseur « – créer un filtre entre la personne qui râle et nous-même. Si nous le pouvons, nous allons quitter la pièce (parfois en claquant la porte mais parfois aussi plus discrètement) car franchement ce genre de conversations ne nous intéresse pas. S’il n’est pas “ approprié ” (ou possible) de sortir de la pièce, alors nous allons créer une distance mentale entre les paroles de notre râleur et nous-même. Peut-être que dans notre tête nous allons nous dire quelque chose de l’ordre de  » Ça y est il/elle pète encore un plomb, cela va lui passer « .

Ainsi, bien que nous l’entendions, nous ne l’écoutons pas ! Bien que le râleur essaie de nous faire prendre conscience que nous devrions être “ concerné ” par le problème (en utilisant un ton amer, en nous rendant coupable et en exagérant juste ce qu’il faut), nous n’aimons pas être coupable, cela ne nous intéresse pas !

La contre-attaque

Parfois nous allons aussi nous défendre et attaquer à notre tour en accusant l’autre et en proclamant qu’il a tort et que nous avons raison (et c’est facile puisqu’il exagère). Nous dirons “ Ce n’est pas vrai… je ne suis pas d’accord… tu ne te rends pas compte… tu ne comprends pas. ” Nous rentrons alors dans un conflit de  » qui a tort/qui a raison  » et le ton monte rapidement car personne n’a envie de perdre cette bataille ! Si nous n’avons pas le tempérament à attaquer directement, nous le ferons peut être indirectement ; par exemple en portant plainte au service des ressources humaines pour la façon dont on nous parle.

Quelque part, inconsciemment quand nous râlons, nous espérons provoquer un  » électrochoc  » chez l’autre. Nous nous disons qu’en montrant notre agacement dans notre ton, en démontrant (en insinuant parfois) à l’autre que c’est de sa faute, et en exagérant un peu (beaucoup), alors il va finir par comprendre qu’il doit changer ou qu’il doit faire quelque chose pour résoudre notre problème.

Un coupable n’a aucune envie de coopérer

Et pourtant le constat que nous faisons jour après jour, est qu’un coupable n’a aucune envie de coopérer ! Il n’a pas envie de prendre en considération nos propos ou nos besoins ; nous espérions le rattacher à notre cause mais il veut au contraire nous fuir ou nous attaquer.

Je vous invite à relire cette dernière partie et à vraiment prendre conscience de la “leçon de vie” que j’aimerais vous transmettre car elle est déterminante.

En râlant, nous essayons de satisfaire un vrai besoin mais nous utilisons une stratégie qui ne peut pas marcher et crée un effet opposé. Nous voudrions “rapprocher” l’autre de notre problème mais nous ne générons que de la fuite ou de l’attaque.

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Libération !

29 Août

Ce qui nous rend malheureux

Aujourd’hui, ce qui mine notre quotidien, ce sont nos râleries. Ce ne sont pas les événements qui nous rendent malheureux, c’est notre façon de vivre ces événements.

Faire les choses en bougonnant, s’énerver sur son ordinateur, râler au volant de notre voiture, cancaner, se plaindre du patron / des enfants / de la politique / de la météo,  soupirer, rechigner… encore et toujours !

Cela nous pollue la vie et, soyons réalistes, c’est tout à fait stérile. Pensez-vous vraiment que râler punisse l’informatique, les bouchons, les collègues ou votre hiérarchie ?

La sensation d'être heureux...

Se libérer de ses propres râleries

Qui est la première personne qui subit vos râleries ? C’est vous ! C’est vous qui vivez dans cette ambiance morose et critique, dans cet énervement, cette frustration et cette insatisfaction. Pourtant ce qui est extraordinaire, c’est que de la même manière que vous créez cette dynamique, vous avez aussi le pouvoir de vous en libérer.

Libération !

Et si vous commenciez aujourd’hui ? Téléchargez le KIT J’arrête de râler qui vous donnera 5 astuces pour arrêter de râler au boulot, 7 trucs pour arrêter de râler sur vos enfants, 4 pistes pour exprimer ses émotions sans râler et obtenir ce que vous voulez, ainsi qu’une affiche  » Espace non râleur  » à utiliser sans modération !

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Suivre le mouvement et râler « comme tout le monde » !

15 Août

Notre culture nous pousse à râler

Notre culture nous pousse à râler pour soulager nos frustrations. Nous ne nous posons pas vraiment de questions, nous suivons le mouvement, en faisant et en râlant comme tout le monde.

Suivre le mouvement, brouillon-3

Pour moi, le challenge « J’arrête de râler » a vraiment mis en évidence à quel point nous avons tendance à nous sentir plus en sécurité quand nous «communions» avec les autres autour de nos problèmes. Nous avons tellement l’habitude de râler ensemble que, de prime abord, nous pensons que faire autrement nous ferait sortir de la norme, nous exclurait.

La peur de sortir de la norme

La norme est rassurante, on sait à quoi s’attendre quand on râle : notre interlocuteur sera plein de compassion envers nous, il alimentera nos propos et sera solidaire de notre souffrance.

De plus, une conversation autour de râleries reste en surface : elle permet de ne pas se dévoiler et ne menace pas les autres car nous ne les invitons pas à continuer la conversation à un niveau plus élevé ou plus profond. Nous restons en surface à converser sur des choses négatives sans prendre de risques.

Avez-vous remarqué combien il est toujours plus facile de dire ce CONTRE quoi l’on est plutôt que ce POUR quoi on se positionne ?

Parfois, dans nos petites conversations quotidiennes, nous râlons parce que nous croyons que si nous parlons de ce qui va bien dans notre vie, si nous célébrons ces moments, notre bonheur nous sera confisqué ou bien les autres nous regarderont bizarrement et nous envieront.

Alors nous préférons focaliser notre attention sur ce qui est difficile, sur ce qui ne marche pas, sur nos problèmes. Nous créons des « festins » de râleries, et ce faisant, nous attirons encore plus de choses dont nous ne voulons pas dans notre vie.

Essayez vous-même : laissez-vous aller à râler dès le réveil et vous verrez que votre journée sera pleine de bonnes excuses pour continuer sur cette lancée.

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

21 jours de méditation – Jour 5

26 Oct

Dans cette vidéo je vous parle avec mon cœur des raisons pour lesquelles je me suis lancée ce challenge.

Retrouvez le challenge sur la page de l’événement Facebook.
Venez partager cette aventure avec nous et Invitez vos proches à nous rejoindre !

Vous voulez vivre une retraite de développement personnel avec Christine Lewicki, cliquez sur ce lien pour découvrir WAKE UP. Un programme pour ceux qui se sentent bloqués, en sous régime. Ceux qui savent qu’ils sont destinés à plus que ce qui apparaît dans leur vie, qui veulent reprendre leur vie en main et la rendre plus vibrante mais qui se sentent coincés dans la spirale du quotidien. Un programme pour donner une direction claire, vibrante et percutante à votre vie.

21 jours de méditation – Jour 4

25 Oct

Pas toujours facile de « créer un espace » temps pour méditer !

Je peux vite me laisser envahir par toutes les choses que j’ai a faire et notamment les demandes des membres de ma famille… et pourtant quand j’arrive à préserver mon engagement à prendre le temps de m’asseoir avant d’agir, je peux, petit à petit, cultiver un autre rapport avec moi-même et la vie.

Retrouvez le challenge sur la page de l’événement Facebook.
Venez partager cette aventure avec nous et Invitez vos proches à nous rejoindre !

Meditation challenge

21 jours de méditation – Jour 3

24 Oct

Retrouvez le challenge sur la page de l’événement Facebook.
Venez partager cette aventure avec nous et Invitez vos proches à nous rejoindre !

21 jours de méditation – S’asseoir avant d’agir

19 Oct

Méditer… Pourquoi… Comment ?

Je vous écris aujourd’hui pour vous dire que je ne résiste pas à l’élan de me lancer un nouveau challenge : 21 jours de méditation et je me disais que peut-être certains d’entre vous auraient envie de m’accompagner.

Meditation challenge

Comme vous le savez si vous me suivez depuis un certain temps, « prendre soin de ma source » est un des piliers fondamentaux qui me tient à cœur pour arrêter de râler, pour reprendre ma vie en main afin d’en devenir l’acteur, la savourer et ne plus la subir.

La pratique du yoga et de la danse sont deux des « outils » que j’utilise pour prendre soin de ma source.
Depuis des années maintenant, je contemple la pratique de la méditation et aujourd’hui je sens qu’il est temps que je me donne les moyens d’apprendre à l’incorporer à mon quotidien en me lançant dans ce nouveau challenge.

Saviez-vous que les postures de yoga sont à l’origine faites pour amener à la méditation ? Le mot sanskrit « asana » (ou posture) signifie « être assis ».

Alors qu’est-ce que la méditation ? Pour beaucoup d’entre nous qui vivons à 100 à l’heure, ce mot peut faire peur.

La méditation c’est simplement s’asseoir, se concentrer sur son souffle afin de créer un espace de calme en soi.

Cet espace de calme, cette pratique de l’immobilité, nous permet de nous recentrer et d’accéder à ce que j’appelle « l’inaudible et l’invisible ». Ces intuitions profondes qui sont ancrées en nous et auxquelles nous ne parvenons pas à accéder lorsque nous sommes sans arrêt soit en mode d’action soit en mode d’évasion (télé, surfer l’internet etc…) dans nos vies quotidiennes.

L’action, et même l’évasion, ont bien sûr leur place et ce n’est pas ma vocation de devenir une moine bouddhiste ! Je veux simplement vivre une vie plus inspirée, plus ancrée, plus alignée, une vie authentique.

Vous vous dites peut être :

  • C’est bien joli, mais je n’ai pas le temps ! Ou encore :
  • Comment vais-je faire ?
  • Combien de temps ?
  • À quel moment de ma journée ?

Je me sui posée, et me pose encore, moi aussi, ces questions.
C’est pour cela que j’ai choisi de partager durant ces 21 jours mon expérience personnelle de la méditation avec vous !

Arrêter de râler a profondément changé mon existence !

Et, aujourd’hui, j’ai envie d’aller plus loin… je vous invite à m’accompagner dans cette belle aventure afin d’en extraire ensemble les pépites.

N’ayez pas peur, il ne s’agit pas de le faire « parfaitement ».
Il ne s’agit pas de nous « juger ».
Il s’agit simplement d’être curieux, de commencer, d’essayer, et de partager ce que nous découvrirons.

Alors je vous invite dès mercredi 21 Octobre à commencer ce nouveau challenge avec moi ! Retrouvez le challenge sur la page de l’événement Facebook,
et invitez vos proches à nous rejoindre !

Voici une photo de mon petit coin de méditation dans ma chambre.

IMG_20151014_134805

Encore un challenge en 21 jours !

16 Avr

Je tiens à partager avec vous le dernier challenge que je me suis lancée pour changer ma vie !

Depuis le challenge J’arrête de Râler, je sais du fond de mes tripes que pour changer ma vie je dois faire un effort consistant pendant 21 jours consécutifs. Alors, régulièrement, je me lance de nouveaux challenges ! Voilà comment cela se déroule : les 3 premiers jours je me berce d’illusion et crois que cela va être facile, puis pendant plusieurs jours j’ai envie de tout lâcher… mais je tiens le coup car, petit à petit, une nouvelle habitude va se créer et ma vie sera transformée !

Depuis une semaine j’ai commencé ce challenge proposé par une amie. Il s’agit de boire tous les jours un jus de légumes vert pendant 21 jours. J’ai rejoins un groupe sur Facebook et nous postons nos meilleurs recettes et les photos de nos boissons. Le groupe est en Anglais mais vous êtes les bienvenus pour nous rejoindre !

Ci dessous je traduis et commente les règles du challenge.

Ce challenge se fait en 4 étapes :

1 – S’engager à boire un jus frais VERT tous les jours pendant 21 jours

Il ne s’agit pas d’un régime, ni d’un jeûne. Il s’agit juste de consommer plus de légumes verts en jus.

Vous mangez de la nourriture comme d’habitude quand vous faites ce challenge (c’est pour cela que je l’ai accepté !).

Vous pouvez boire votre jus le matin au réveil (ce que je fais car j’aime l’idée de mettre fin à mon  jeûne de la nuit avec un plein de vitamines et d’énergie). Vous pouvez aussi boire votre jus à tout autre moment de la journée.

L’objectif est d’ajouter des nutriments dans mon corps pendant 21 jours et de voir comment je me sens.

NOTE : Les jus « Verts » doivent être FRAIS et sans additifs. Ce qui veut dire que je ne peux pas acheter les jus des supermarchés qui sont souvent plein de sucres et sans valeurs nutritionnelles. 

2 – Partager votre aventure

Nous postons tous des photos sur les réseaux sociaux. Des photos qui mettent en avant nos habitudes saines et les choix que nous faisons pour notre santé.

Poster sa photo tous les jours permet aussi de créer un système au sein duquel on est responsable (et donc qui empêche la procrastination). Cependant, il n’y a pas d’obligation, postez aussi souvent que vous le voulez !

Vous pouvez poster des photos de votre jus, de vous en train de faire votre jus, des légumes et fruits que vous vous apprêtez à mettre dans votre jus…

Voici ma photo du jour :

 

3 – Partager vos recettes

Si vous avez trouvé une recette que vous adorez, merci de la poster avec votre photo. Cela nous permet de nous inspirer les uns les autres et d’essayer de nouvelles choses.

Pour l’instant une de mes recettes favorites est : Épinard, choux frisé, pomme verte, Citron, Gingembre frais.

4 – Inviter vos amis à vous rejoindre

Comme pour le challenge J’arrête de râler, les aventures sont souvent plus sympas quand on les vit entre amis. Cela ne peut qu’être bénéfique, pour eux et pour vous !

Et si vous choisissez de rejoindre ce challenge aujourd’hui, prenez des photos de votre expérience et postez les sur la page facebook du groupe J’ai le Power !

Bon jus !

Love and Respect,

Christine

Téléchargez gratuitement le KIT J’arrête de râler et Retrouvez-moi sur ma page Facebook pour suivre des articles inspirants et des pépites qui vous aideront un peu plus chaque jour à révéler la meilleure version de vous-même !

Combattre la résistance au changement

9 Nov

N’est-il pas amusant de voir comment bien souvent dans la vie on sait très clairement ce qu’on doit faire pour être heureux ?

Quand on oublie les choses importantes

On a des illuminations, des moments où on se dit « Ahaha, c’est ça, je dois absolument faire cela ! »
Et pourtant, dès le lendemain, ou même parfois l’heure qui suit, on oublie, on dérive, on doute, on reporte au lendemain… C’est comme s’il y avait toujours quelque chose d’autre qui venait nous empêcher de faire ce qu’on doit (veut?) vraiment faire. On trouve des excuses et on procrastine…

Quand on procrastine

On se dit « Je ne peux pas le faire aujourd’hui, j’ai déjà trop de choses à faire, je commencerai demain…. »
Finalement, on laisse d’autres choses prendre le dessus (probablement parce que c’est plus facile de laisser notre vie s’écouler ainsi !).

Voici une petite vidéo en anglais sur la procrastination (pour ceux d’entre vous qui comprennent l’anglais)

Traiter ses emails

Je suis toujours surprise de voir comment lire mes emails peut devenir plus important que de faire ce qui je SAIS va contribuer à ma vie. Au passage, vous connaissez l’expression « je te balance un email » ? En Anglais on dit « shoot me an email » et bien parfois j’ai envie de crier… « Arrêtez de tirer, j’ai une vie à vivre ! » (hummh….serais-je en train de râler?).

Passer du temps sur les réseaux sociaux

Je suis aussi consternée de voir le temps que je prends à observer la vie des autres sur les réseaux sociaux plutôt que de prendre le temps de vivre pleinement la mienne ! Et le soir je me couche en me disant « Ah tiens je n’ai pas fait ce que je voulais vraiment faire aujourd’hui… je le ferai demain ! »

Prendre soin des autres avant de prendre soin de soi

Je suis aussi de plus en plus consciente de toutes les fois où je veux donner aux autres avant de me donner à moi-même. J’ai des emails importants (ou pas) dans ma boite à lettres ou des commentaires sur mon blog et je dois répondre tout de suite et du coup, je choisis que je me consacrerai du temps « à moi », plus tard.

Choisir ce que qu’on veut vivre et commencer

Souvent le plus dur c’est de CHOISIR qu’on veut vivre autrement et COMMENCER. La « chose » qu’on veut faire et qui va nous rendre heureux n’a pas encore de place dans notre vie bien remplie à ras-bord. Or, commencer cela veut dire lui faire de la place.

Choisir de faire « la chose » plutôt que de répondre à ses emails, se perdre sur internet, se servir encore une tasse de thé ou de café, mettre une machine à laver en route ou regarder une série télé.

Pour beaucoup d’entre vous qui me lisez, « la chose » que vous avez envie de faire c’est « arrêter de râler ». Cela veut dire changer sa communication mais comme je l’explique dans le livre, cela veut aussi dire « prendre sa vie en main » et poser les actes qui vont améliorer notre situation.

Pour moi, aujourd’hui, maintenant que j’ai accompli mon premier challenge, je sens que « ma chose » est en train d’évoluer pour approfondir encore le travail que je fais sur moi-même.

Remettre mon épanouissement comme priorité dans ma vie

En ce moment, je ressens qu’il est urgent que je mette les choses importantes pour mon épanouissement et mon bonheur en PREMIER et en PRIORITÉ dans ma vie. Ma responsabilité la plus importante dans ma vie est de prendre soin de moi. C’est en étant nourrie, inspirée, heureuse, en santé, forte…. que je pourrai le mieux (et pas forcément le plus) aider les autres et contribuer autour de moi.

Pour moi « la chose » que je veux faire ces derniers temps, c’est adopter une plus grande discipline de vie et me créer un rituel quotidien qui je sais va contribuer à mon épanouissement (et probablement à l’inspiration du prochain livre).

C’est ma « chose » du moment et cela fait déjà 2 mois que je la ressasse dans ma tête. Il est temps que cela cesse et que je trouve le moyen de rendre mon « idée » une « réalité » parce que marmonner et me dire « Je dois y arriver »,  » Je vais le faire », « J’ai décidé de faire cela… bon je ne l’ai pas fait aujourd’hui mais je vais le faire un jour… » et bien au bout du compte ça me pollue la tête et me fatigue ! J’ai la tête qui tourne et cela m’encombre.

Mettre de la discipline pour rendre mes priorités réalité

Tout d’abord, il a fallu que je décide quelle forme je voulais que mon rituel quotidien prenne. Je sais que la clé est de transformer l’idée en une action concrète et mesurable pour qu’à la fin de la journée je puisse évaluer et me dire « fait » ou « pas fait ».

J’ai ensuite décidé de regarder ce que je recherchais dans cette discipline quotidienne et j’ai pris conscience que ce que je voulais vraiment c’est être connectée avec moi-même et ma source d’inspiration.

Voyez-vous, je reste de plus en plus convaincue que l’inspiration est un trésor de la vie, et qu’il est de notre devoir de la nourrir de toute notre énergie tous les jours de notre existence.

Ce que je veux en ce moment, c’est ne plus laisser mon cerveau être le seul maître de ma vie. Depuis des années, je pense que ma réussite, que ma carrière sera basée sur ma capacité à prendre les bonnes décisions avec mon cerveau ou à dire ou faire des choses intelligentes ou excellentes.

Aujourd’hui, je veux continuer à puiser dans mon cerveau mais je veux plonger encore plus dans mon intuition, dans la sagesse de mon corps et de mon cœur, dans la globalité de mon être ! (dites donc, je deviens philosophe tout d’un coup !).

Les 3 axes que je souhaite développer dans ma vie

Alors pour cela j’ai identifié trois axes que je voudrais développer dans ma vie :

– Le mouvement
– L’écriture et/ou la méditation
– La lecture

Je voudrais voir comment pourrait être ma vie si j’arrivais à intégrer ces 3 choses dans mon quotidien (en priorité numéro 1 dans ma journée). Ce que je recherche, c’est une discipline quotidienne car si je décide de le faire tous les jours et bien je ne peux plus le reporter à demain !!! (magique, non ?).

Je sais que cela ne va pas être facile et qu’il va falloir que je lutte contre mes habitudes. Alors j’ai choisi de me lancer un nouveau challenge ! ( alors que je continue à vivre sans râler).

Cette fois-ci c’est un challenge de 30 jours. Je me fixe 30 jours pour rentrer dans mon petit laboratoire qui est « ma vie » et faire un effort tout particulier pour VIVRE ma routine. Et voilà, comment j’ai choisi de la définir :

– Faire au moins 20mn d’exercice tous les jours (mon objectif étant de bouger et d’augmenter mon rythme cardiaque donc si je choisis la marche, je fais de la marche rapide)
– Écrire ou méditer au moins 10mn tous les jours
– Lire des livres qui m’inspirent, qui m’ouvrent des horizons, qui me nourrissent au moins 10mn par jour.

Évidemment, rien ne m’empêche de faire plus. On peut se dire que 40mn c’est pas le bout du monde mais ce qui compte le plus pour moi est que je puisse changer mes habitudes pour intégrer cette discipline de manière quotidienne. Mon mot d’ordre jusqu’au 4 décembre est : « tous les jours ».

Je reviendrais de temps à autres partager avec vous mon chemin.

%d blogueurs aiment cette page :